Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alison Moyet
The Minutes  (Cooking Vinyl)  juin 2013

Comme quoi, l’expérience, la maturité et le talent peuvent se sentir à travers des artistes totalement inconnus. C’est ce qui m’est arrivé quand j’ai écouté Alison Moyet que je ne connaissais pas du tout (comme quoi ma manie de choisir des albums rien que par feeling pour un nom ou un titre ne me donne pas que de mauvaises surprises !).

The Minutes est son huitième album, elle est déjà bien connue dans le pays de la chanson britannique et au-delà. Elle est à un âge où il n’y a plus de coquetterie à cacher son âge (enfin j’imagine, je ne lui ai pas demandé), mais elle porte tellement bien ses 52 ans que je ne vois pas l’intérêt de les taire. Comme quoi l’âge n’est qu’un vulgaire numéro.

Elle a débuté avec le duo Yazoo avec Vince Clarke (ex-membre fondateur de Depeche Mode) puis, après une première séparation, d’autres associations, de nouvelles séparations, elle décide de mener sa carrière en solo et d’après ce que j’en lis un peu partout, elle a bien fait. Comme quoi la séparation est le début d’autre chose de mieux.

Dès les premières notes, une vague New Wave électro nuageuse vous enveloppe, telle une grosse masse de brume mystérieuse à l’intérieur de laquelle la voix d’Alison Moyet vous envoûte de son timbre blues soul, grave, passant de la subtile caresse à une puissance insoupçonnée. Et même sans connaître grand-chose à la musique en général et à ce style en particulier, on sent la qualité des arrangements et la précision des accords. Comme quoi, pas besoin de faire l’ENA pour voir le talent où il est.

Certains déploreront l’électronisme poussé des titres, comme quoi l’arrangeur se serait un peu trop lâché avec ses platines, robotisant la chose méritant plus de naturel. Personnellement, je trouve que les ajouts électroniques modernisent les sonorités un brin désuètes qu’adopte parfois la new wave des années 80. Comme quoi les mécontents sont toujours les mêmes, si Alison Moyet était restée avec ses premières amours, ceux-là l’aurait accusée d’immobilisme et quand elle évolue (ici même), elle est accusée de dénaturalisation de ses origines. Faudrait savoir.

Pourquoi les voix Blues-soul seraient cantonnées aux génériques de James Bond et aux bougies dans les églises ? Cet album lui permettra certainement de rentrer sur les platines DJet, dans les festivals fantastiques et dans les soirées mystiques avec tables qui tournent et coupes de champagne qui volent. Alors welcome !

 

En savoir plus :
Le site officiel d'Alison Moyet
Le Myspace d'Alison Moyet
Le Facebook d'Alison Moyet


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=