Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Vendredi
Smashing Pumpkins - Archive - The Bloody Beetroots - Woodkid - Airbourne - Skip The Use - Lilly Wood & The Prick - Gesaffelstein - Dead Vally - Action Brown - Fidlar - Beware of Darkness - Jupiter & Okwess Int - Trask Talk - Matthew E. White - Electric El  (Presqu'île de Malsaucy, Territoire de Belfort)  vendredi 5 juillet 2013

Vendredi 5 Juillet : Aïe.

Elles viennent de loin, elles ont un accent à couper au couteau, et leur style vestimentaire est aussi léger qu'inimitable. Voici donc les Deap Vally. Une blonde, une rousse : la première fait tomber sa guitare entre les deux premiers morceaux, la seconde joue de la batterie pieds nus. Et le centimètre carré de peau dénudée semble assez satisfaisant pour ces messieurs les photographes. Quoi qu'il en soit, les petites envoient un rock garage lourd et sauvage assez intéressant qui ne dément pas mes écoutes intempestives de Sistrionix, leur dernier album. Sous une chaleur de plomb, Lindsay Troy et Julie Edwards enflamment la Plage du Malsaucy et placent ce deuxième jour sous le signe sauvage du plus pur rock'n'roll.

De telle sorte que la prestation de Matthew E. White semble, consécutivement, bien terne et bien molle. Et pourtant on attendait beaucoup du "nounours" pro de la pop indie tropicale et perchée. L'homme à la chemise à pois, hippie version 21ème siècle, déroule son set sans accrocs, mais éclats. Dommage.

Nouveau revirement avec Airbourne. Si jusqu'à maintenant la présence scénique des groupes s'était révélée plutôt limitée, au grand dam de mon APN clairement frustré, et ce en dépit de belles prestations d'un point de vue exclusivement musical, Airbourne inverse heureusement la tendance. Les musiciens arrivent déjà trempés, et Joel O'Keeffe donne tout. Grimaces, gros yeux, guitare en l'air, bière frappée sur la tête et ouverte dans un grand éclat de mousse, un grand show à l'australienne qui fait du bien aux yeux et aux oreilles. Du "bon hard-rock", oui, qui me fait arborer, paraît-il, une mine réjouie et satisfaite et me redonne une énergie infernale. La seule question à se poser est la suivante, me semble-t-il : pourquoi Airbourne-t-il joue aussi tôt dans la journée...

La journée est donc sous le signe de la variation des univers : Lilly Wood And the Prick est un groupe dont j'avais maintes fois entendu parler sans jamais avoir pu assister à un set. On sait donc que c'est connu, on se dit "demain je m'y mets" et... Rien. Si je ne suis pas forcément férue du versant parfois très "pop" de leur "folk", le tout reste intéressant et dynamique en live : Nili Hadida fait preuve d'une belle présence, échange avec son public (en lui disant "on", bizarre interpellation), sourit et se laisse emporter, yeux mi-clos, par "Middle of The Night", leur "tube" 2012. Dans le même style, j'avoue préférer The Dø – on dira donc, gentiment et sans rancune, que Lilly Wood And The Prick est un groupe qui, en live, se laisse écouter.

Sur la Grande Scène, Mat Bastard surgit. Et avoue : "Ce sont nos premières Eurocks". Du coup, après quelques titres peu fringants – l'intimidation, sans doute -, Mat Bastard se lâche. Il faut bien faire ses preuves, quand on a été "ouvert" par Airbourne... Le set est un "classique" des Skip The Use, entre les déplacements intempestifs d'un Bastard super-actif, bondissant, et déchaîné, qui aime à utiliser l'espace de la scène mais au-delà encore : on retiendra surtout la reprise osée et, faut-il le dire, un peu fade de Nirvana pour clore le set. Pas sûre que cela ait été nécessaire – mais les STU semble en faire leur marque de fabrique, puisque, quelques jours plus tard aux Déferlantes d'Argelès-sur-mer, c'est une reprise de Motörhead, remplacé au pied levé, qui sera proposée...

Sur un coup de tête, et parce que ma curiosité frôle parfois le voyeurisme malsain, je décide d'aller voir le "phénomène" Woodkid – sachant que mon unique écoute de The Golden Age avait eu sur moi un effet soporifique majeur. Yoann Lemoine, dans son monde, mi-hilare, mi-blasé, yeux dissimulés sous une casquette, chante froid, dans un univers qui l'est tout autant – il paraît qu'il s'agit d'un mélange entre "electrorock gothique et pop orchestrée". Un mot ? Grandiloquent. Une question : imposture ? Le tout est considérablement lassant, on soupire, on s'en va – et on s'en veut d'avoir raté, sur la Loggia, les Rebel Assholes.

Voilà, nous y sommes. Je pense avoir eu en tête, toute la journée, de discrets extraits de Mellon Collie et the Infinite Sadness – sorti en... 1995, et la voix de Billy Corgan comme une berceuse éternelle. S'il y a une déception personnelle dans ces Eurockéennes, quelque chose qui m'a profondément touchée – et la question se pose hic et nunc de supprimer ce paragraphe et cet aveu -, c'est bien de voir entrer Corgan sur scène – entre nous, ma première rencontre avec lui. Tête baissée, corps avachi et mou, regard peu expressif : tout cela, mon œil, forcément vissé dans mon 7D, ne peut que le constater amèrement et de trop près. Les revival ont donc des limites, Corgan a mal vieilli, paraît lourd et maladroit, et le set est d'une longueur infinie.

Vu qu'on a un peu zappé la scène électro depuis deux jours, on se dit : Gesafflestein, pourquoi pas ? Le nom du monsieur nous rappelle nos cours d'allemand d'écolière studieuse (ah ah) – alors que ça n'a rien à voir puisque Gesaffelstein est français. La conclusion de tout cela, c'est que l'on réussit à tenir, grand maximum, cinq minutes avec ce son électro techno pourtant tout à fait reconnu dans le milieu avant de fuir à grandes enjambées. La déception Corgan nous tient peut-être encore trop aux tripes pour que l'on puisse passer à autre chose... Le premier dilemme cornélien du festival se pose très exactement à 1h30 du matin.

D'un côté, on m'assure que les Bloody Beetroots ont un scénique d'enfer, de l'autre... j'aimerais voter, sans condition aucune, Archive. Je fais donc un choix de folie : je décide de tenter les deux. Un morceau et demi pour les BBS – hormis un saut, et un petit jeu avec son pied de micro, Sir Bob Cornelius Rifo restera rivé, pour les premiers morceaux du moins, à son clavier...

Courir. Courir par le chemin technique entre la Grande Scène et la Plage, avec l'ancien batteur d'Ezéchiel, reconverti en (très bon) photographe, en guise de sparring partner (ça ne s'invente pas). Me reste donc un morceau et demi sur Archive – que je regrette d'emblée de ne pas avoir choisi sans concession. Je ne sais pas vraiment si un concert d'Archive peut se résumer ou se décrire : la trip-hop emporte tout sur son passage, et le reste perd son sens.

 

 

 

Intermède en guise de bilan nocturne

Arrivée à mi-course – c'est le moins que l'on puisse dire -, il semble assez pertinent de revenir sur ces deux premiers jours. Photographiquement, le bilan est, finalement, mitigé : si de bonnes découvertes musicales ponctuent mes déambulations, les jeux de scène sont, selon moi, bien pauvres et clairement en-dessous de certaines folies scéniques entraperçues l'an dernier. Qui plus est, et parce qu'il n'y a pas d'heure pour râler, je voudrais rappeler ici quelles ont été les nouvelles "modes" dans la fosse aux lions-photographes cette année. Tout d'abord, le photographe "à pied", qui tend sa (grande) perche, sur laquelle trône un boîtier. Il shoote à l'aveugle, tantôt la scène, tantôt le public, et... apparaît sur la moitié des photographies de ses confrères... tous fort énervés. Ensuite, les producteurs d'images obsédés du live view. Ecran de l'APN orienté vers le bas, bras tendus en l'air, ils ont un mépris total pour ceux qui sont derrière eux et shootent à qui mieux mieux également – qu'on ne les confonde pas avec les ayatollah de l'Hasselblad qui, eux, ont autant de mérite que de talent. Enfin, les "classiques" dont on ne s'étonne même plus : les photographes à tabourets – qu'on ne condamne pas dans la mesure où ils savent se placer sans trop gêner -, et les photographes dont on ne saura jamais d'où leur vient leur accréditation photo prioritaire et qui attendent, dépités, sans pouvoir shooter, car un 18-55, c'est mignon, mais c'est un peu court, jeune homme. La perte de déontologie est totale, quand on voit certains "confrères" se hisser sur la plateforme réservée aux handicapés pour voler quelques images, encore. En bref, des conditions de travail – et j'insiste sur le terme pour ceux qui pensent encore que shooter ne peut être qu'un plaisir – déplorables qui expliquent en partie ma production médiocre des deux derniers jours...

Pour passer du coq à l'âne : mais pourquoi si peu de photos et de reports de la scène "Club Loggia", où fourmillent chaque année la fine fleur des découvertes Eurocks ? Eh bien... Parce que les conditions ont changé et qu'il est désormais impossible aux photographes de prendre seuls le chemin technique qui y mène. Moralité, à moins de s'y prendre vraiment à l'avance pour traverser la foule et de ne pas avoir d'impératif photographique ensuite... L'accès reste vraiment compliqué. Ce qui nous a fait rater, entre autres choses, Parquet Courts et Fidlar, dont nous n'avons entendu que du bien par la suite...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Smashing Pumpkins en concert au Festival Primavera Sound 2007 (jeudi)
Smashing Pumpkins en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Smashing Pumpkins en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
La chronique de l'album Noise de Archive
La chronique de l'album Lights de Archive
La chronique de l'album Controlling Crowds de Archive
La chronique de l'album With us until you're dead de Archive
La chronique de l'album Restriction de Archive
Archive en concert au Festival des 3 éléphants 2006
Archive en concert à l'Ancienne Belgique (6 octobre 2006)
Archive en concert au Festival Europavox 2007
Archive en concert au Nouveau Casino (2 avril 2009)
Archive en concert au Fil (mercredi 27 janvier 2010)
Archive en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Archive en concert au Grand Rex (lundi 4 avril 2011)
Archive en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Dimanche
Archive en concert au Grand'place (samedi 9 juillet 2011)
Archive en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Archive en concert au Zénith (vendredi 16 novembre 2012)
Archive en concert au Festival Les Paradis Artificiels #7 (édition 2013) - vendredi 12 avril
Woodkid en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Nîmes
Woodkid en concert au Festival Art Rock #30 (édition 2013)
Airbourne en concert au Festival Rock en Seine 2014
Airbourne en concert au Festival Rock en Seine 2014 (Dimanche 23 août 2014)
Airbourne en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Airbourne en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
La chronique de l'album eponyme de Skip The Use
Skip the Use parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Skip the Use en concert au Festival Art Rock 2010
Skip the Use en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Skip the Use en concert au Splendid (jeudi 29 mars 2012)
Skip the Use en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Skip the Use en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Skip the Use en concert à Main Square Festival 2012 - Samedi
Skip the Use en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
Skip the Use en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Skip the Use en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
Skip the Use en concert au Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - vendredi 13 juin
Skip the Use en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
Skip the Use en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3
La chronique de l'album Lilly Wood and The Prick EP de Lilly Wood & The Prick
La chronique de l'album Invincible Friend de Lilly Wood & the Prick
La chronique de l'album The Fight de Lilly Wood & The Prick
Lilly Wood & the Prick en concert au Festival Rock en Seine 2009 (dimanche 30 août 2009)
Lilly Wood & the Prick en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Lilly Wood & the Prick en concert au Fil (vendredi 25 novembre 2011)
Lilly Wood & the Prick en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Lilly Wood & the Prick en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
L'interview de Lilly Wood & the Prick (avril 2010)
Gesaffelstein en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Gesaffelstein en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
La chronique de l'album Femejism de Deap Vally
La chronique de l'album eponyme de Fidlar
Fidlar en concert au Festival Fireworks! #2 (édition 2013) - mardi 19 février
Fidlar en concert au Festival La Route du Rock #26 (dimanche 14 août 2016)
Electric Electric en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Electric Electric en concert au Festival La Route du Rock #23 (jeudi 15 août 2013)

En savoir plus :
Le site officiel du festival des Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (retrouvez toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lilly Wood & The Prick (19 avril 2010)


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=