Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Blur - Skunk Anasie - Keny Arkana - Tame Impala - Mass Hysteria - Neurosis - The Black Angels - The Vaccines - Disclosure - Palma Violets - Graveyard - Red Fang - Hyphen Hyphen - Churches - Kvelertak - Da Octopusss  (Presqu'île de Malsaucy, Territoire de Belfort)  dimanche 7 juillet 2013

Dimanche 7 Juillet : j'ai beau être matinale, j'ai (vraiment) mal.

Inutile de scruter le ciel : pour ce dernier jour, les Dieux de la musique et des festival en ont décidé autrement. Pour faire taire les mauvaises langues qui médisent sur la boue collante et absorbante du Malsaucy quand il est détrempé, le ciel est d'un bleu limpide et la chaleur à couper le souffle, une fois encore. La fatigue et le poids des appareils photos me feront, malgré tout, entamer un compte à rebours que je suis bien honteuse d'avouer ici : plus que sept groupes et... Dormir.

Courons donc à la Plage aller écouter les Da Octopusss. En arrivant, de belles donzelles bronzées nous distribuent des badges du groupe, et on est très rapidement et agréablement surpris par le son heavy électro – qui tâche - de ces deux énergumènes planqués derrière leur platine, et dissimulés derrières des masques de... poulpe (ou de pieuvre, je ne suis pas spécialiste) – spécialement créés, paraît-il, par le grand chef des effets spéciaux de X-Men. Une excellente claque musicale idéale pour commencer ce dernier jour de festival.

Palma Violets ? Connais pas. Sur scène, immédiatement, j'ai l'impression de retrouver la violence et la sauvagerie des Refused, vus l'an dernier sur la même scène des Eurocks, sauf que cette fois-ci les Palma Violets sont inspirés des Clash et des Libertines... Pour l'anecdote, notons que l'ouverture du concert est assez héroï-comique : un membre de leur staff, réquisitionné pour être "chauffeur" de set, débarque en zigzaguant. Dans un français approximatif et bégayant, le jeune homme termine par ces mots : "Vous pensez sans doute que je suis bourré, mais non!". Il esquisse alors trois pas en avant, soit un pas de trop et s'écrase – le terme n'est pas excessif – comme une crêpe – le terme n'est pas trop imagé - deux mètres plus bas, sur les photographes étourdis et le public scotché. Une chute libre, qui lui vaudra une arcade sourcilière dégoulinante de sang et le poignet cassé. Rock'N'Roll, baby !

On court ensuite voir Graveyard, mais on est tellement déçu par le froid polaire du hard-rock suédois qu'on décide de ne pas en parler ici. Du coup, on se console en se disant qu'on va voir The Vaccines, qui sera en réalité le raté dominical du jour. Un membre de l'organisation arrive sur scène et annonce : "Les Vaccines seront en retard" - un problème de matos coincé quelque part... Pendant ce temps, et parce qu'il faut bien prendre son mal en patience : un festivalier monte sur un de ses camarades de beuverie et décide faire l'hélicoptère avec son sexe – les photographes frustrés coincés dans le pit de la Green Room immortaliseront à souhaite le moment -, une jeune fille crie "Charles ! Charles !" à celui qui n'est autre que Luz... qui bosse, comme nous le savons tous, pour Charlie Hebdo et qui occupe avec nous le pit, muni de son petit carnet noir, et qui sautille pour ne pas perdre une motivation qui tend, ce dernier jour, à se faire volatile. Une demi-heure plus tard, on abandonne. Les Vaccines ne joueront qu'un petit quart d'heure, et... nous ne serons pas là. Du coup, on regrette amèrement de ne pas avoir été rôdé du côté des Kvelertak, vikings à tête de hibou recouverts de tatouages qui ont retourné, paraît-il, la Loggia.

Non, je ne serai pas objective pour parler du concert de The Black Angels. Parce que je suis une groupie digne de ce nom qui ne pourra que vous dire que... Eh bien ce fut excellent. La question reste quand même – et ce n'est pas la première fois que je la pose, d'ailleurs – pourquoi placer ce groupe mythique à 18h45 ? On restera sans voix en écoutant "Bloodhounds on my Trail" et, évidemment, "Manipulation". Pour le coup, on se moque qu'il n'y ait que peu de scénique : on ferme les yeux, et on se laisse emporter. Groupie, je vous dis.

Pour ceux qui ne connaissent pas les Tame Impala, sachez que ces petits Australiens sont influencés tour à tour par Pink Floyd, Jefferson Airplane, et les Beatles. Rien que ça. Autrement dit, quels que soient les albums que vous vous mettez dans les écoutilles, c'est excellent, de Inner Speaker sorti en 2010 à Lonerism, leur petit dernier. Mais sur scène... Quel ennui. Leur "psychedelic hypno-groove rock music" - à vos souhaits – les place loin, loin, très loin du public et les empêche visiblement de décrocher de leur micro et, surtout, d'apprécier la foule d'amateurs venue se presser pour les écouter. Le set est mou, lent, lassant, à vous faire soupirer et bailler aux corneilles : c'est une des (grosses) déception de ce festival, malheureusement.

On savait que Skin était un peu barrée, grâce à moult photos de confrères qui la montrent bouche démesurée collée au micro, dans des costumes, il n'y a pas d'autres mots, plus délirants les uns que les autres. La folie Skunk Anansie ne s'est pas émoussée avec le temps, rassurez-vous. Moulée dans un body rouge pailleté, version gym tonic que Véronique et Davina n'auraient pas méprisé, bref dans un look comme on n'en fait plus, Skin saute, saute partout, marche sur le public, se déchaîne à qui mieux mieux. Un classique donc, un peu déjà vu cependant, qui reste appréciable dans la mesure où sa musique ne nous fait pas un effet "boeuf", loin de là. Et l'inévitable "Just because you feel good", titre qui ne date pourtant que de 2011, nous fait quand même penser que Skunk Anansie est un peu has been sous bien des aspects...

"Le dernier album de Blur date de 2003. Bien qu'encore en activité, son avenir est aujourd'hui incertain." Voici donc comment Wikipédia présente le groupe mythique de Britpop. On voudrait secrètement que le petit rédacteur de cette petite phrase ait assisté au concert de Blur ce 8 juillet 2013 aux Eurockéennes. Parce qu'il se serait rendu compte, dès Girls and Boys, qu'il aurait mieux fait de se taire. Damon Albarn, toujours aussi charismatique, habite littéralement la Grande Scène. Sur l'avancée de celle-ci, de petites bouteilles d'eau s'alignent joliment. On a prévenu les photographes, avant le début du set : "be careful", en gros, ça va arroser, chéri. En effet, Damon Albarn, après quelques va-et-vient dignes d'un lion enragé dans sa cage, rôdant le regard aussi fixe que dur pour jauger le degré de fanatisme de son auditoire, arrosera public – et, nécessairement, photographes – dans un accès moins de folie furieuse et que de plaisir potache non dissimulé. Un spécialiste fanatique de mes amis a fait le tour de la setlist proposée, et s'extasie : "Beetlebum", "Song 2", "This is a low", "Trimm Trabb", "Caramel". Les mots ne sont parfois ni assez précis, ni assez forts pour qualifier l'intensité et la puissance émotionnelles que l'on ressent lors d'un concert. Il faudrait alors une interjection salvatrice, un "ah" de satisfaction, un "oh" d'admiration, un "eh" d'étonnement, qui se concluraient enfin par un "hum" de frustration : car cette fois-ci, c'est bien la fin des Eurockéennes, et il faut dire que le final a surpassé nos espérances...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Think Tank de Blur
Blur en concert au Bataclan (19 mai 2003)
Blur en concert à l'Olympia (16 octobre 2003)
La chronique de l'album Smashes & Trashes - Best Of de Skunk Anansie
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Skunk Anansie en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Skunk Anansie en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Top 3 des meilleurs sets de ReS 2010
Keny Arkana en concert au Festival Les Inrocks 2006
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
Tame Impala en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Tame Impala en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)
Tame Impala en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Tame Impala en concert au Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Mass Hysteria en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Mass Hysteria en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Mass Hysteria en concert au Festival Class'Eurock 2007
Mass Hysteria en concert à Download Festival
Mass Hysteria en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (du 5 au 15 août 2016)
Mass Hysteria en concert à Mass Hysteria - Arch Enemy - Slayer - Limp Bizkit (mercredi 10 août 2016)
Mass Hysteria en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - samedi 27 et dimanche 28 août
Mass Hysteria en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)
Mass Hysteria en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
L'interview de Mass Hysteria (vendredi 1er mars 2019)
Articles : Nirvana - Neurosis - Les contours de l'intolérable noirceur
La chronique de l'album Phosphene Dream de The Black Angels
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Black Angels en concert à l'Elysée Montmartre (8 décembre 2008)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
The Black Angels en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
The Black Angels en concert à L'Aéronef (lundi 7 février 2011)
The Black Angels en concert à L’Aéronef (dimanche 22 septembre 2013)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
The Vaccines en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
The Vaccines en concert au Festival International de Benicàssim #18 (dimanche 15 juillet 2012)
The Vaccines en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Vendredi
Disclosure en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Disclosure en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Disclosure en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Disclosure en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
Disclosure en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
Palma Violets en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Jeudi
Hyphen Hyphen en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du samedi
Hyphen Hyphen en concert à MJC Picaud (vendredi 20 mars 2015)
Hyphen Hyphen en concert au Festival Le Printemps de Bourges #39 - Edition 2015
Hyphen Hyphen en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
L'interview de Hyphen Hyphen (vendredi 20 mars 2015)
La chronique de l'album The Bones Of What You Believe de CHVRCHES
La chronique de l'album Love Is Dead de CHVRCHES
Chvrches en concert au Festival Rock en Seine 2013 (dimanche 25 août 2013)
Chvrches en concert à La Maroquinerie (samedi 19 octobre 2013)


En savoir plus :
Le site officiel du festival des Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Sophie Hébert (retrouvez toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=