Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lise
Les Infirmières Galerie  (Paris)  mercredi 18 juillet 2013

Paris, à la mi-juillet, c’est le soleil qui cogne sur les vitrines, les glaces qui fondent sous les abribus, les touristes qui se promènent main dans la main, les amis qui bavardent, souriants, sur les marches du Sacré-Cœur. Et en ce jeudi 18 juillet, vers 19h30, Paris c’était aussi une quarantaine de personnes assises à même le sol chaud d’une galerie d’art, pour écouter quasi religieusement Lise. Lise et son piano, électrique pour l’occasion. Lise et son trac habituel, même dans une petite salle comme ce soir là, même après les applaudissements tenus qui ont fini chacun de ses concerts, depuis le lancement de son album.

Avant de débuter, Virgile Durand, le directeur artistique des "Infirmières Galeries" prend le temps d’expliquer aux spectateurs la philosophie qui imprègne ce lieu : cette galerie a une mission, celle d’exposer les œuvres d’artistes féminines qui racontent ce qu’est être une femme au 21ème siècle. Ce n’est pas du féminisme, c’est un autre message, d’autres chemins, et c’est une volonté de "faire l’Histoire" en donnant enfin de la place à ces femmes et à leur art. Virgile conclut en soulignant que la musique et les créations de Lise s’inscrivent, selon lui, parfaitement dans ce projet et qu’elle est donc forcément la bienvenue dans ce lieu d’engagement.

Et elle commence. Le concert est désormais bien rôdé : il débute avec "She’s made of death", puis les notes se déroulent et glissent pour délivrer en cascade  "Dors", "Le bal des autos", "Trucks for lovers", "Le trac", "L’émigrant de Landor Road", "Le cycle des mirages", la reprise de "PIMP", et "Paris". Si, au dehors, les trottoirs luisent sous une trentaine de degrés, à l’intérieur de la galerie, les chansons de Lise rafraichissent les esprits et les cœurs. La jeune chanteuse subjugue son public et le fait sourire grâce à ses propos complices et sincères. Entorse à son programme habituel, "Tourne" vient s’y immiscer "parce qu’elle correspond bien à l’esprit de cette galerie". Et Lise d’expliquer qu’elle a été surprise d’apprendre qu’au MoMA la part des artistes féminines exposées n’étaient que de 4% alors que, parallèlement, 76% des œuvres représentaient des nus féminins…

Ce concert est aussi l’occasion de dévoiler de nouveaux morceaux ; pour le premier, Lise se présente seule face à son public, sans piano pour la dissimuler. Des paroles anglaises s’élèvent, lumineuses et douces. Rythme lent et voix claire. Retour au piano pour quelques notes en fin de chanson. Lise vient d’offrir à son public une interprétation à couper le souffle. Pour présenter le second titre inédit, elle explique : "On m’a demandé de faire un morceau qui fasse danser les gens. J’ai fait un slow !" Les paroles sont encore en anglais et la mélodie semble aussi très calme. Fausse impression. Car, par ci, par là, des petites notes imprévues égaient le morceau, le rendent plus léger et animé. Enfin, "Ice Lady" referme ce récital et, à l’instar de tous ses précédents concerts, Lise est applaudie longuement jusqu’à l’obtention du fameux rappel ! Elle présente alors une version très épurée de "Un jour en France" (de Noir Désir), et une troisième nouvelle chanson : "L’hiver".

Le concert se termine alors réellement, avec un public de nouveau conquis et heureux d’apprendre que trois dates sont prévues*, avant la fin de l’année, aux 3 Baudets, ainsi qu’un nouvel album-normalement au printemps 2014. Deux bonnes nouvelles qui se fêtent… au jus de fruit servi par Lise, en toute simplicité, comme à la maison ! Douceur, passion, textes poétiques (souvent), mélodies enlevées et entrainantes, beauté du piano, gentillesse et simplicité… Il faudra encore certainement de nombreuses chroniques pour réussir à relater tout ce que Lise apporte à la scène musicale française.

*Concert aux 3 Baudets le 2 octobre 2013 puis en novembre et décembre - dates exactes à préciser.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lise parmi une sélection de singles (mars 2011)
La chronique de l'album eponyme de Lise
La chronique de l'album La Fille Que Je N'Embrasse Pas de Lise
La chronique de l'album L'Ailleurs de Lise Cabaret
Lise en concert à l'Espace Vauban (16 mars 2005)
Lise en concert à Théâtre Les Déchargeurs (avril 2011)
Lise en concert à Lise au Festival des Francofolies 2011
Lise en concert à Zèbre de Belleville (mercredi 28 septembre 2011)
Lise en concert à La Menuiserie (vendredi 19 avril 2013)
Lise en concert à La Ferronnerie (vendredi 7 février 2014)
Lise en concert à Maze (vendredi 13 février 2015)
Lise en concert au Festival L'Estival (édition 2015) - Les Vitrines - samedi 3 octobre
Lise en concert aux Trois Baudets (jeudi 14 janvier 2016)
Lise en concert à Lise - My Broken Frame (lundi 8 février 2016)
Lise en concert à L'International (mercredi 8 novembre 2017)
L'interview de Lise (10 mars 2011)

En savoir plus :
Le Soundcloud de Lise
Le Facebook de Lise


Nathalie Clément         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Lise (10 mars 2011)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=