Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lisa Leblanc
Interview  (Paris)  mardi 26 février 2013

Le premier album de Lisa Leblanc est sorti au début de l'année 2013 en France. Mais son succès au Canada, l'année précédente, avait été fulgurant. La jeune femme, originaire du Nouveau-Brunswick, une province à l'est du Canada, a une personnalité bien trempée. Lauréate du festival de la chanson de Granby en 2010, l'acadienne a parcouru beaucoup de chemin. Elle a participé cet été au festival parisien FnacLive et ainsi pu montrer a un public français beaucoup plus large que lors de ses deux précédents concerts à la Boule Noire qu'elle est une véritable bête de scène.

Avant son concert à la Cigale à la rentrée et une première tournée française, nous l'avions rencontrée pour revenir sur une année exceptionnelle pour cette interprète de "folk trash".

L'album est sorti au Québec en 2012, et au début de l'année 2013 en France. Pourtant, avant 2012 tu as beaucoup bourlingué sur les routes du Québec. Peux-tu nous parler de cette période ?

Lisa Leblanc : Je voulais prendre mon temps pour cet album, je voulais vraiment être prête. Avant que l'album ne sorte, j'ai fait près de deux cent shows. Quand il est sorti, ça a été une période de malade. Quand c'est arrivé, j'avais cette expérience, ce background-là, qui faisait que je pouvais mieux aborder la scène. Tout d'un coup les salles étaient pleines, ce n'était pas le moment pour moi de découvrir comment me comporter devant un public. Je suis contente d'avoir eu ce passé pour franchir cette étape. On continue comme avant, sauf qu'il y a plus de monde aux concerts.

Les chansons de ton premier album sont clairement inspirées de cette période. Appréhendes-tu l'écriture des chansons du second ?

Lisa Leblanc : J'ai commencé à écrire les chansons du deuxième. Tranquillement, je ne me mets pas la pression. Pour l'instant il y a quatre ou cinq nouvelles tounes. Ce n'est pas rapide, mais je suis vraiment dedans.

J'ai l'impression que tu fonctionnes un peu sur un mode à la Springsteen.

Lisa Leblanc : Go, go, go ! Oui, je suis une fille de spectacle. Pour faire la tournée, je suis une gipsy dans l'âme. Voyager, rencontrer du monde, pour moi, c'est parfait.

Lorsque l'album est sorti au Canada, la reconnaissance a été explosive. Est-ce que tu expliques ce phénomène ?

Lisa Leblanc : Je commence à avoir un peu plus de recul maintenant. C'était fou, mais comme pour n'importe qui qui rencontre un succès soudain, je suppose. Tout d'un coup c'est une autre vie à laquelle il faut s'adapter. Il y a des beaux moments, mais aussi des périodes difficiles. Tu gardes les bons moments, et de toute façon tu continues. J'ai fait du mieux que j'ai pu et j'ai connu de belles affaires.

Quels ont été les évènements majeurs de l'année dernière pour toi ?

Lisa Leblanc : Il y a eu le lancement de l'album. Ça a été immense pour moi. C'était incroyable, c'était vraiment le fun. Il y a eu les francofolies de Montréal 2012, où on a fait un grand show en extérieur. Il y avait 40.000 personnes. C'était la première fois que je jouais devant autant de monde. Et wow, tout le monde connaissait les tounes. Ça a été un énorme moment. Il y a aussi eu le mois que je suis venu passer en Europe durant l'été dernier. J'avais joué aux Francofolies de La Rochelle et de Spa en Belgique. Il y a eu mon premier concert à l'Olympia de Montréal, c'était mon premier gros show comme tête d'affiche. Enfin il y a eu le prix de révélation de l'année au gala de l'ADISQ, l'équivalent au Québec des Victoires de la Musique. Pour ma carrière, ça a vraiment été les grandes étapes majeures.

Tu te retrouves dixième dans le classement des personnalités les plus influentes du Nouveau Brunswick, juste derrière, neuf politiciens, tous des hommes. Qu'en penses-tu ?

Lisa Leblanc : (rires) C'est un top 10. J'étais contente de me retrouver classé avec ces personnalités. Ça m'a bien fait rire. Mais franchement, je m'en fiche un peu.

Quand ta chanson "Ma vie c'est d'la marde" est sortie, un critique québécois a attribué ton succès au fait que tu chantais dans une langue plutôt verte. Plus tard, il est revenu sur sa première impression. Mais comment as-tu vécu ça ?

Lisa Leblanc : C'est de toute manière la chanson de l'album que j'ai écrite le plus rapidement. Cela m'a pris une journée. Il y a trois accords. Je gueule, je dis "marde". Ce n'est pas la chanson dont je suis la plus fière, et c'est finalement devenu un hit. J'en ai été surprise. Il y a plein de monde qui se l'est appropriée. Les gens m'abordaient et me racontaient leur histoire. Du genre : mon père est à l'hôpital avec le cancer, mais quand j'entends votre chanson à la radio, ça me redonne le sourire". Aujourd'hui, ce n'est plus ma chanson. Tant mieux si cette chanson peut aider des gens. Pour moi, c'est extraordinaire.

Il y a eu aussi des polémiques récentes sur le chiac (NDLR : parler franglais ou anglo-français, utilisé principalement au Nouveau-Brunswick et en particulier par Lisa Leblanc). Ne trouves-tu pas surprenant que ton succès advienne justement au moment où la défense de la langue française au Québec est un sujet sensible ?

Lisa Leblanc : Ce débat date d'il y a déjà longtemps. Je m'en suis tenue éloignée parce que je ne voulais pas alimenter la polémique. Ce sont les mêmes arguments, aussi bien pour ou contre, qu'il y a trente, quarante, voire cinquante ans. Le chiac est un dialecte et un accent du Nouveau-Brunswick. Dans la francophonie, l'accent est la caractéristique de l'endroit d'où tu viens. En France aussi, vous avez différents accents. Au Canada, ce n'est pas le même accent au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario ou au Manitoba. C'est pour cela que je trouve que le chiac est une bonne chose.

Qu'as-tu retiré de ton expérience de la Tournée des Francos 2012 (NDLR : une scène partagée par trois artistes francophones des pays où se déroulent les Francofolies, La Rochelle en France, Spa en Belgique, Montréal au Canada) avec Cédric Gervy, et GiedRé ?

Lisa Leblanc : C'était une super belle expérience. C'était vraiment le fun, ces trois shows-là. Puis j'ai rencontré de belles personnes. De beaux festivals, de belles rencontres. Et maintenant, je suis fan de Cédric Gervy et de GiedRé.

La signature avec le label français Tôt ou Tard a mis du temps parce que tu avais failli signer avec un autre label auparavant, mais ce label était revenu sur sa décision parce que tu avais un accent trop marqué. Peux-tu nous en parler ?

Lisa Leblanc : Non, c'est moi qui ai pris mon temps. C'était tellement gros ce qui arrivait au Québec que j'essayais déjà de dealer avec tout ça. Pour la France, j'ai pris mon temps. J'ai attendu d'être prête pour venir. C'était un peu comme recommencer à zéro. Puis à un moment, je me suis dit : "là, c'est bon. On peut y aller". Et je suis contente d'être sur le label Tôt ou Tard.

Tu disais être une extra-terrestre pour les québécois, comment te sens-tu devant un public français ?

Lisa Leblanc : C'est drôle, et en même temps je m'amuse beaucoup. Je me laisse aller pareil. C'est drôle de voir les réactions.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2011 (43ème édition) - samedi 17 septembre
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2012 (44ème édition) - jeudi 13 septembre
Lisa Leblanc en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Vendredi
Lisa Leblanc en concert au Festival international de la chanson de Granby 2013 (45ème édition) - vendredi 13 septembr
Lisa Leblanc en concert au Bataclan (mardi 15 avril 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Leblanc
Le Bandcamp de Lisa Leblanc
Le Myspace de Lisa Leblanc
Le Facebook de Lisa Leblanc

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=