Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock #23 (Samedi 17 août 2013)
Widowspeak - Junip - Concrete Knives - Parquet Courts - Tame Impala - Suuns - Hot Chip - Disclosure  (Fort de Saint-Père, Saint-Malo)  du 14 au 17 août 2013

Troisième et dernier jour au Fort de Saint-Père qui, au niveau de la programmation, fut la journée la plus mainstream et accessible. Le public s'est incroyablement rajeuni, si la population éphémère de la Route du Rock était un personnage de fiction, ce serait "Benjamin Button". Après un deuxième jour à moitié plein, l'affluence est aujourd'hui à son comble. L'alcoolémie rode et touche également à son paroxysme.

Comme tous les jours, les concerts prennent place sur la petite scène. Aujourd'hui, ce sera avec le groupe Widowspeak. Le duo composé de deux guitares électriques proposent un folk envoûtant porté par la douce voix de la chanteuse. On n'invente rien, mais cela met parfaitement dans le bain. L'on relèvera tout de même une faute de goût devenue quasi impardonnable avec une reprise de "Wicked Game" (le tube de Chris Isaak), qui fait sombrer le groupe dans un cliché du genre.

Junip monte alors sur la grande scène et il faut reconnaître que le groupe de José Gonzalez fut parfaitement dans la continuité de Widowspeak, avec un set tout en douceur. Le groupe présente son deuxième album en treize ans qui, pourtant élaboré sur des improvisations collective, ne laissera nullement place à l'invention spontanée avec un set un poil trop carré. Rien de bien grave néanmoins, l'ambiance reste au beau fixe et c'est tout ce qui compte.

Après une petite heure de pause, les Concrete Knives débarquent et surchauffent instantanément le Fort de Saint-Père alors légèrement endormi. Ce groupe made in France qui est le penchant normand de Skip The Use est hyper efficace sur scène, avec un show rondement mené. Musicalement en revanche, ça n'est pas très passionnant. Mais l'énergie est telle que la pilule passe finalement plutôt bien et donne la patate.

Les attendus Parquet Courts prennent d'assaut la petite scène, malheureusement elle fut inaccessible à cause de l'affluence encore plus forte sur ce petit lieu aujourd'hui, du coup nous sommes complètement passés à côté… mais si l'on en croit les échos, ce fut l'un des grands moments de cette 23ème édition. Ce qui n'est guère étonnant puisque nous avons tout de même regardé les écrans qui diffusait le concert et même sans le son, le set semblait particulièrement puissant. Le groupe que l'on pourrait qualifier de post-garage semble envoyer une décharge électrique aussi violente que le taureau sur la pochette de leur dernier album, le très bon Light Up Gold. Tant pis, ce sera pour la prochaine fois.

Du coup, nous sommes excellemment placés pour Tame Impala, sensation pop actuelle aux mélodies organiques, oniriques et entêtantes (voire carrément obsédantes). Le dernier album Lonerism était ainsi l'un des must have de l'année dernière. L'attente est énorme et la déception guette.

Tame Impala est loin d'avoir fait un mauvais concert, bien au contraire, mais le cahier des charges est loin d'être rempli. Les morceaux du disque qui ne demandent qu'à être allongés et qui invitent au jam se stopent net après de superbes montées en puissance ce qui est frustrant. Et c'est bien dommage car des morceaux comme "Apocalypse Dreams" sont parfaits d'un bout à l'autre et donc orgasmiques.

L'on reprochera aussi un évident manque d'énergie, le groupe est beaucoup trop statique et se repose sur un écran géant qui diffuse des motifs psychédéliques. Par rapport à l'attitude, l'on regrettera notamment que Kevin Parker (cerveau du groupe) soit souvent dos au public ce qui casse la proximité avec ce dernier pendant le set. Pourtant, on ne peut pas leur reprocher de s'en foutre puisque durant l'après-midi le groupe a privilégié une séance de dédicace quasiment hormonale auprès des fans plutôt qu'une conférence avec la presse.

Le son est ample et le cadre du festival est parfait pour le genre abordé et donne des ailes. La setlist est parfaite et pioche autant dans la nouveauté que dans Innerspeaker avec un magique "Solitude Is Bliss" et l'incroyable "Alter Ego".

Pour tous les fans, l'on conseillera de se plonger dans l'immense et insondable discographie de Todd Rundgren en attendant un éventuel troisième album avec le chef-d'oeuvre A Wizard, A True Star, dont Tame Impala reprenait le morceau d'ouverture : "International Feel".

A la surprise générale, Suuns s'empare de la petite scène, où le problème de taille n'aura jamais été aussi important. La grande scène eut été plus appropriée au niveau de l'affluence mais l'intimité avec le public fut cruciale pendant un set particulièrement glacial et hypnotique. Le groupe est parfaitement à l'aise : bouteille de Jack au pied, cancerette à la bouche. Voyage au bout de la trans, coup de maître, concert inoubliable. Le public et le groupe ne font qu'un, et l'expérience est presque métaphysique. Grand moment.

Registre plus léger pour la fin du festival avec Hot Chip, qui devrait s'intituler Hot Cheap, tant les compositions du groupe semblent être en carton. Pas grand chose à raconter donc sur un groupe qui n'a définitivement rien à dire. Pour leur défense, les échos entendus ici et là annoncent un concert bien plus dynamique que d'habitude.

Le jeune duo Disclosure prend la relève à 02h40 pour clôturer le festival en transformant le Fort de Saint-Père en véritable dancefloor, avec un vrai dispositif live comprenant une guitare et une batterie.

Malgré quelques déceptions, cette 23ème édition de la Route du Rock fut passionnante, le tout dans une ambiance optimale jumelée d'un temps adéquat (si l'on néglige les quelques gouttes de pluies).

Les découvertes furent nombreuses et l'on en redemande déjà. Alors vivement la prochaine collection hiver, puisque le public ayant été au rendez-vous (22 000 festivaliers), l'on ne peut qu'espérer une programmation du même acabit.

Un grand bravo également à tous les bénévoles (environs 600) et aux organisateurs pour tous ces beaux moments de musique. Grâce à eux, nous en sommes désormais sûrs : toutes les routes mènent au rock.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Junip en concert au Grand Mix (vendredi 1er octobre 2010)
Junip en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
La chronique de l'album Our Hearts de Concrete Knives
Concrete Knives en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
Concrete Knives en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du dimanche
Concrete Knives en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Concrete Knives en concert au Festival Crazy Week !!! #4 (édition 2013) - vendredi
Concrete Knives en concert au Festival Fnac Live #3 (édition 2013) - Samedi
Concrete Knives en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet
La chronique de l'album Light Up Gold de Parquet Courts
La chronique de l'album Kadavar - Pond - My Morning Jacket - Last Train - Hot Chip - Here we go magic - Tame Impala de Festival Rock en Seine 2015 - Dimanche 30 août
La chronique de l'album Wide Awake! de Parquet Courts
Articles : Playlist des 30 sons Froggy's Delight - Idles - Shame - The Last Detail - Gruff Rhys - Soft Moon - Father John Misty
Parquet Courts en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Jeudi
Parquet Courts en concert au Grand Mix (jeudi 13 novembre 2014)
Parquet Courts en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
Parquet Courts en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Parquet Courts en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Dimanche 8 juillet
Tame Impala en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Tame Impala en concert au Festival International de Benicàssim #17 (samedi 16 juillet 2011)
Tame Impala en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
Tame Impala en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Tame Impala en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019)
Tame Impala en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Jeudi 15
Suuns en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
Suuns en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
La chronique de l'album The warning de Hot Chip
La chronique de l'album One life stand de Hot Chip
Hot Chip en concert au Festival International Benicàssim 2008
Hot Chip en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Hot Chip en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Hot Chip en concert au Festival International de Benicàssim #16 (vendredi 16 juillet 2010)
Hot Chip en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Hot Chip en concert au Festival La Route du Rock #29 (édition 2019) - Vendredi 16
Disclosure en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Disclosure en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Disclosure en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - vendredi
Disclosure en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet

En savoir plus :
Le site officiel du Festival La Route du Rock
Le Myspace du Festival La Route du Rock
Le Facebook du Festival La Route du Rock

Crédits photos : Jasmina Vulic


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=