Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jules et le vilain orchestra
Le sale gosse  (Absilone)  mars 2013

Faudrait savoir, tout le dossier de presse (une page A4) est destiné à démontrer combien Jules est un mauvais plan, combien un malentendu lui a permis de s’entourer du vilain orchestra pour réaliser cet album, comme il a été stupide de vouloir défendre ses chansons sur scène… limite s’il n’est pas écrit que les prix reçus sont des erreurs.

Deux solutions : le prendre au premier degré… ou pas. Mais quand même, autant les éloges de certaines présentations sont suspectes, autant le contraire a le don de m’énerver. Ça me fait penser à ces collègues sans cesse en train de se plaindre d’être trop comme si ou trop comme ça (pas assez bien en tout cas), juste pour avoir un peu d’attention. C’est de la bonne grosse manipulation de base super efficace… N’empêche que je trouve ça tout pourri.

Mais revenons-en à Jules, entouré du vilain orchestra, et de son nouvel album Le sale gosse. L’envie me prend d’en dire du bien, ce qui me vaudra l’étiquette de simple conne d’après la rumeur le précédant. Mouais. Tant pis.

Derrière le cuir et les grands airs du quadra nonchalant se cache un cœur tendre (père de famille de surcroît), qui "mesure la richesse de toutes les personnes qui se sentent aimées" ("Maintenant que je suis seul"), qui tient plus fermement ses amitiés éprouvées ("Vilain"). Il doit même rêver d’un monde en paix, d’une éradication totale de la connerie et d’un bel avenir pour ses enfants. Oui, il serait même un peu réac. En même temps, il y a de quoi, puisque "pour paraître cool, faut être fainéant" ("Les réacs").

Quant au reste des thèmes abordés, il ne manque pas d’humour (et de l’autodérision indispensable pour survivre entre ici et là-bas), des oreilles rebattues d’un sempiternel "eh, est-ce qu’il est sympa Jean-Jacques ?" ("Jean-Jacques"), d’une destination pas très glamour ("Nemours"), des dimanches en famille ("Le dimanche Pascal") au recrutement national ("La bonne nouvelle"), tout est prétexte à la chansonnette.

Côté son, Jules et son vilain orchestra seraient au rayon "variété alternative", je suis d’accord, ça ne veut pas dire grand-chose, mais il fallait bien trouver quelque chose pour le classement, alors c’est mieux que de devoir demander au boucher s’il ne peut pas nous vendre l’album. L’étiquette variété a été péjorative pendant un temps, elle signifie maintenant "accessible à tous", et par là "non censuré". Et alternatif ? Ce n’est pas ce qu’on doit dire quand on ne sait pas ? "Oh ça, c’est alternatif !"

Bref, concrètement, Le Sale Gosse est une galette de rythmes et de mélodies à taper du pied, les cordes guitare machin et truc (non, je n’ai toujours pas appris leur nom) pour siffloter, quelques chœurs, et quelques autres instruments alternatifs (que je ne connais pas donc !), et des petits coups de trompette pour pimenter les sons.

Au bout du compte, malgré une première rencontre un peu froide, car même si je trouve également "insupportable les gens qui ne se trouvent pas d’autres défauts que leurs qualités" ("Un cri"), il ne faut pas sous estimer la mésestime. Donc, même si ce n’était pas gagné, Jules m’a fait bonne impression. Entre humour et réflexion, quatorze titres à vous repasser en douce en cas de canicule (ou pas).

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jules et le vilain orchestra


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde

Au sommaire cette semaine, du live, du livre, des films, des disques, des découvertes et des oeuvres de légendes et des spectacles à foison. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview ici même mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage
et toujours :
"Maté / Vallancien" de Philippe Maté et Daniel Vallancien
"Princess Thailand" de Princess Thailand
"Peninsular II (The bridge)" de Robin Foster
"Zoot suite Vol 2" de Zoot Octet
"Punk rock academy" de Les Rois de la Suède
"4 A M" de Bryan's Magic Tears
"C'est un joli nom camarade", l'Empreinte de Ferrat
et toujours :

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Ervart" au Théâtre du Rond-Point
"Naufragé(s)" au Théâtre du Rond-Point
"Samo, a Tribute to Basquiat" au Théâtre de la Tempête
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" à l'Espace Cardin
"Pavillon noir" au Centquatre
"King Lear Remix" au Théâtre de Belleville
"Roi et Reine" au Théâtre de Belleville
"Paulina" à la Manufacture des Abesses
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Soliloques du pauvre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Comme disait mon père..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Un Coeur sauvage" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les reprises:
"Et si on ne se mentait plus ?" au Théâtre Tristan Bernard
"Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes" au Théâtre du Petit Saint Martin
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"Monsieur Fraize" à l'Européen
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" au Musée de Montmartre

les films de la semaine :
Oldies but goodies avec :
"La Garçonnière" de Billy Wilder
et "Les Nuits de la pleine lune" de Eric Rohmer dans le cadre des rétrospectives à la Cinémathèque française
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"
et toujours :
"Avalanche hôtel" de Niko Tackian
"Dans l'ombre du brasier" de Hervé le Corre
"Le vieil homme et son chat, tome 1" de Nekomaki
"On dirait que je suis morte" de Jen Beagin
"Pygmalion" de Sandrive Revel
"Tête de tambour" de Sol Elias
"Un bref désir d'éternité" de Didier Le Pêcheur
"Un cadenas sur le coeur" de Laurence Teper

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=