Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alela Diane
About farewell  (Believe Recordings)  juin 2013

"Les textes sont très évocateurs de son récent divorce". Vu comme ça, il n’y a pas 36 solutions, soit l’album est triste et mélancolique et plein de chiantude à mourir ou rempli de haine et de colère. Alela Diane a heureusement une jolie voix tout à fait élégante, un genre de crooner au féminin. About farewell est donc son empreinte d’élégance folk et de l’indulgente nostalgie qu’on emploie pour parler de ses premières amours.

L’écriture de l’album a été une sorte de thérapie sur le chemin de la rémission d’Alela, lui permettant à la fois de tourner la page sur ce morceau de passé et de trouver la force d’avancer. Si je n’avais rien su à propos de son divorce, je n’aurai probablement pas interprété l’album dans ce sens, mais puisque le dossier de presse a choisi cette accroche comme ustensile à sa promotion, je ne vois pas pourquoi chercher plus loin.

J’en serai peut-être arrivée à la même conclusion, tant les cordes de guitares pincées une à une font comme une brume propice aux pensées, tant les mélodies portées par le timbre spécial de la chanteuse évoquent la douceur ouateuse dont les souvenirs sont enveloppés. Dans "timbre spécial", j’entends ce type de voix féminine ni trop haut perchée, ni trop masculine, juste là, comme délicatement posée à la porte des cordes vocales, un peu comme si une grosse bulle restait coincée entre la parole et la voix, fragile et élastique à la fois.

About Farewell est son cinquième album, voilà de quoi dire "cet album est celui de la maturité", en même temps c’est vrai qu’un divorce fait prendre un sacré coup de maturité (pour ne pas dire un coup de vieux), et de sagesse qui transparait dans l’ensemble de ses titres. Bien qu’elle soit jeune, elle deviendrait une sorte de grand-mère feuillage capable de répondre aux doutes des filles les plus naïves comme moi, elle dirait "barre-toi, c’est un con", je la croirais direct, elle dirait "fonce, c’est le bon", je le ferai.

Tout en cordes délicates, pianos discrets et flûtes enchanteresses, Alela Diane met les images sur nos blessures en chantant les siennes, et c’est ce qui la rend attachante. Parce que les expériences qu’elle chante lui donnent une crédibilité certaine. Mais on n’avait pas besoin de ça pour reconnaître le talent où il se trouve, ni pour identifier cette musique du fin fond des Amériques, pas franchement folichonne, mais suffisamment apaisante pour calmer certains doutes sans pousser au suicide.

Les trois S sont de mise pour cet album : Simple, Sobre et Sage. So quiet…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The pirate's gospel de Alela Diane
La chronique de l'album To Be Still de Alela Diane
La chronique de l'album eponyme de Alela Diane & Wild Divine
La chronique de l'album Cold Moon de Alela Diane & Ryan Francesconi
Alela Diane en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Alela Diane en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Alela Diane en concert à L'Aéronef (1 avril 2009)
Alela Diane en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Alela Diane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #16 (jeudi 21 mars 2013)
L'interview de Alela Diane (5 mars 2011)
L'interview de Alela Diane (samedi 17 juin 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Alela Diane
Le Myspace de Alela Diane
Le Facebook de Alela Diane


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=