Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alela Diane
About farewell  (Believe Recordings)  juin 2013

"Les textes sont très évocateurs de son récent divorce". Vu comme ça, il n’y a pas 36 solutions, soit l’album est triste et mélancolique et plein de chiantude à mourir ou rempli de haine et de colère. Alela Diane a heureusement une jolie voix tout à fait élégante, un genre de crooner au féminin. About farewell est donc son empreinte d’élégance folk et de l’indulgente nostalgie qu’on emploie pour parler de ses premières amours.

L’écriture de l’album a été une sorte de thérapie sur le chemin de la rémission d’Alela, lui permettant à la fois de tourner la page sur ce morceau de passé et de trouver la force d’avancer. Si je n’avais rien su à propos de son divorce, je n’aurai probablement pas interprété l’album dans ce sens, mais puisque le dossier de presse a choisi cette accroche comme ustensile à sa promotion, je ne vois pas pourquoi chercher plus loin.

J’en serai peut-être arrivée à la même conclusion, tant les cordes de guitares pincées une à une font comme une brume propice aux pensées, tant les mélodies portées par le timbre spécial de la chanteuse évoquent la douceur ouateuse dont les souvenirs sont enveloppés. Dans "timbre spécial", j’entends ce type de voix féminine ni trop haut perchée, ni trop masculine, juste là, comme délicatement posée à la porte des cordes vocales, un peu comme si une grosse bulle restait coincée entre la parole et la voix, fragile et élastique à la fois.

About Farewell est son cinquième album, voilà de quoi dire "cet album est celui de la maturité", en même temps c’est vrai qu’un divorce fait prendre un sacré coup de maturité (pour ne pas dire un coup de vieux), et de sagesse qui transparait dans l’ensemble de ses titres. Bien qu’elle soit jeune, elle deviendrait une sorte de grand-mère feuillage capable de répondre aux doutes des filles les plus naïves comme moi, elle dirait "barre-toi, c’est un con", je la croirais direct, elle dirait "fonce, c’est le bon", je le ferai.

Tout en cordes délicates, pianos discrets et flûtes enchanteresses, Alela Diane met les images sur nos blessures en chantant les siennes, et c’est ce qui la rend attachante. Parce que les expériences qu’elle chante lui donnent une crédibilité certaine. Mais on n’avait pas besoin de ça pour reconnaître le talent où il se trouve, ni pour identifier cette musique du fin fond des Amériques, pas franchement folichonne, mais suffisamment apaisante pour calmer certains doutes sans pousser au suicide.

Les trois S sont de mise pour cet album : Simple, Sobre et Sage. So quiet…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The pirate's gospel de Alela Diane
La chronique de l'album To Be Still de Alela Diane
La chronique de l'album eponyme de Alela Diane & Wild Divine
La chronique de l'album Cold Moon de Alela Diane & Ryan Francesconi
Alela Diane en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Alela Diane en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Alela Diane en concert à L'Aéronef (1 avril 2009)
Alela Diane en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
Alela Diane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent #16 (jeudi 21 mars 2013)
L'interview de Alela Diane (5 mars 2011)
L'interview de Alela Diane (samedi 17 juin 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Alela Diane
Le Myspace de Alela Diane
Le Facebook de Alela Diane


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=