Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Génération A
Douglas Coupland  (Editions Au Diable Vauvert)  septembre 2013

Plus qu’une nouvelle guerre mondiale, c’est maintenant la fin du monde que les esprits les plus fiévreux sont en train d’envisager. Les signes annonciateurs sont multiples : l’épuisement des ressources naturelles, le risque de la production d’énergie nucléaire, les catastrophes écologiques, les marées noires, le réchauffement climatique, la pollution des nappes phréatiques due à l’exploitation du gaz de schiste, aux rejets de l’industrie pharmaceutique. Le monde animal et végétal perd de sa richesse, de sa diversité, d’étranges mutations se produisent dans le domaine du vivant.

D’autre part, la Nature sauvage imprévisible recèle d’autres menaces : les tornades, les tsunamis, les inondations, les épidémies font passer de vie à trépas les humains sans soucis de leur catégorie socioprofessionnelle. Et rien ne semble être reconsidéré pour autant : nous consommons toujours plus d’énergie, nous profitons des dernières technologies sans prévoir le traitement des déchets à venir, nous appauvrissons nos capacités à être autonomes, autosuffisants autant que notre spontanéité à jouir de la vie. Est-ce qu’on attend le bug de l’an 2000, la fin du monde du calendrier maïa de décembre 2012 ? Force est de reconnaître que notre imaginaire se tourne de plus en plus vers l’Après, quand quelques survivants, quelques élus seraient embarqués sur l’Arche de Noé de la nouvelle planète à coloniser.

Douglas Coupland dans Génération A, son dernier livre à paraître au Diable Vauvert, imagine en effet notre futur. Cartographie sans concession de ce qui se fait jour dès maintenant. Notre monde est global : peu de différences entre des jeunes qu’ils vivent au Sri Lanka, en France, aux Etats-Unis, au Canada, en Nouvelle Zélande, ils ont les mêmes références de séries américaines, ont des amis sur le net dans différents fuseaux horaires, perdent le sens de la réalité en passant des jours et des nuits sur des jeux vidéos en réseau, sont dans une grande misère affective, paient cher pour vivre des sensations fortes, sans parler qu’ils portent des vêtements Gap ou Abercrombie & Fitch, ou qu’ils ont perdu le goût des aliments simples naturels authentiques.

Dans l’univers de Génération A, les abeilles ont quasiment disparu, exterminées par la pollution chimique qui sort des laboratoires pharmaceutiques. Les abeilles ont pourtant le rôle modeste et fondamental de polliniser les cultures. Les laboratoires, la Science ont bien sûr remédié au problème en créant des plants qui se passent de pollinisation. Sur le modèle de Génération X, paru en 1991, l’auteur s’attache à un nombre limité de personnages qu’il met en présence et leur fait raconter des histoires. Trois jeunes adultes dans Génération A font place au club des cinq : Julien de la France, Diana du Canada, Samantha de la Nouvelle Zélande, Harj du Sri Lanka, Zack des Etats-Unis, âgés de 22 à 34 ans. A quelques jours d’intervalle ils se font piquer par une abeille et ces évènements filmés sur smartphone, enregistrés sur webcam, prennent subitement des proportions considérables. Sont-ils les heureux gagnants d’une loterie comme les enfants de Charlie et la Chocolaterie ? Qu’ont-ils en commun dans leur organisme, leur ADN qui a été distingué par les abeilles ? Comment ces cinq crétins vont-ils tirer profit de leur soudaine célébrité ? Est-ce qu’ils vont se transformer en leur avatar de jeux vidéos ? Génèrent-ils naturellement plus d’éons, protéines produites par une certaine activité du cerveau ? "Eon" est bien l’anagramme de Noé. Les cinq comparses apprennent à se connaître à travers des histoires, des fictions personnelles, alors qu’ils sont transportés sur une île au milieu d’une communauté aux structures d’organisation solides… pour combien de temps encore.

Coupland n’est pas tendre avec ses personnages ; Harj du Sri Lanka est le seul qui trouve grâce à ses yeux. Il est l’Epargné, rescapé du tsunami, il n’est pas dupe de la vacuité d’une certaine jeunesse occidentale, il est le plus conscient d’avoir une culture propre, singulière qui lui donne un regard plus critique sur les évènements. Il est sorti d’un centre d’appels de prise de commandes "Abercrombie & Fitch" délocalisé au Sri Lanka : ça donne forcément les armes pour voir toute cette agitation, cette effervescence d’un œil périphérique.

Cette écriture féroce, sans illusions est pleine de vitalité sur l’air de "dépêchons-nous d’en rire de peur d’en pleurer". Mais n’a-t-il par une vraie tendresse pour ces hommes, ces femmes du commun pour leur faiblesse, leur paresse, leur obsession parce que les abeilles n’ont pas élu le haut du panier, loin s’en faut. Mais le petit coup de pouce du destin révèle au monde entier, leur singularité, la perle dissimulée dans l’huître. Le lecteur est maintenu dans un suspens permanent : est-ce qu’on chemine vers le "village des damnés" ou on regarde un programme de téléréalité où cinq hommes et femmes vont finir par copuler dans une piscine ou refuser de se prêter du shampooing ? Génération A, est-ce que c’est Après, Apocalypse ou Athée ? Ce n’est sûrement pas A comme Amour.

Le nouveau roman de Douglas Coupland est comme autant d’écrans de télévision sur notre monde actuel, qui donne le vertige dans tous ces possibles offerts et cette superficialité d’instantanés sans ancrage historique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Génération X" du même auteur
La chronique de "Toutes les familles sont psychotiques" du même auteur
La chronique de "Miss Wyoming" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Douglas Coupland
Le Facebook de Douglas Coupland


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=