Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La campagne
Théâtre Le Lucernaire  (Paris)  septembre 2013

Comédie dramatique de Martin Crimp, mise en scène de Patrick Schmitt, avec Larissa Chomolova, Emmanuelle Meyssignac et Patrick Schmitt.

Un couple quitte la ville pour s'installer à la campagne. S'agit-il de fuir la ville, la vitesse, le bruit, la pollution, l'oubli de soi pour se retrouver enfin, loin des tentations, loin des distractions et reconstruire un have de paix et des conditions de vie meilleures ?

On pourrait tout d'abord l'imaginer, jusqu'au moment où Richard, le mari, le médecin de campagne ramène sous son toit une jeune femme égarée sur le bord du chemin. Qui est cette fille ? Quel est ce trouble qui perturbe alors les deux époux ? Quel est ce passé qui se rappelle à la mémoire de sa femme Corinne ? Est-elle dérangée pour lui faire une scène quand tout porte à croire qu'il a pris une sage décision, la meilleure option ?

Richard, parti en visite, la jeune femme se réveille et entre en confrontation avec Corinne. Qui est innocent? qui est victime ?

Martin Crimp dans "La campagne", met en place des tableaux successifs de face à face : Corinne et Richard puis Corinne et Rebecca puis Rebecca et Richard et se plait à déjouer les apparences : la campagne devient ce lieu étrange, inquiétant, étouffant, la nature est rassurante et dangereuse, le médecin serait-il capable de tuer ? Pourquoi se méfie-t-elle du verre d'eau qu'il lui tend ? Sous chacun des gestes, des mots : un malentendu, un heurt, une entaille.

Avec une formidable simplicité d'effets, de procédés, Martin Crimp met en situation des personnages, fragiles, perdus qui savent davantage griffer que caresser. La fuite est impossible. En présence les uns des autres, ils sont comme ces liquides inflammables à manier avec précaution, sous danger de mort.

Le metteur en scène Patrick Schmitt qui joue également le trouble Richard a pris le parti d'un rythme ralenti où les corps sont lents, sont lourds afin que le dévoilement soit progressif que le spectateur se retourne sur de nouvelles hypothèses, interprétations en écho avec les craintes des personnages.

Corinne interprétée par Emmanuelle Meyssignac se tient en équilibriste sur le fil d'une guerre des nerfs : perd-elle pied ou pas ? Elle laisse le spectateur dans l'entre deux. Larissa Cholomova prête à Rebecca l'instinct de vie le plus marqué, elle regarde cette famille et ces enfants, du dehors, comme son idéal. Elle a pourtant en son pouvoir de tout détruite elle aussi. Patrick Schmitt réserve à Richard le rôle du manipulateur, en retrait, se refusant, se dérobant pour mieux faire vaciller ses partenaires.

"La campagne" de Martin Crimp mise en scène par Patrick Schmitt suscite malaise et vertige comme si les relations entre les êtres ne pouvaient être que truquées, et que chacun avait à lutter pour sa survie, sans répit, face à qui que ce soit.

 

Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=