Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jay-Jay Johanson
Cockroach  (Universal)  septembre 2013

Peut-être pourriez-vous être tenté de repousser l'écoute du nouveau disque de Jay-Jay Johanson, le crooner suédois favori des français et des turcs, mais ce serait une erreur. Certes, il dit lui-même qu'il a l'impression d'écrire toujours la même chanson, ce en quoi il a tort. Certes, tous ses disques s'installent tranquillement dans votre discothèque, mais ils en ressortent régulièrement atteignant ainsi le rang de classiques indispensables. Pourquoi pas alors se précipiter sur le nouveau chapitre d'une véritable œuvre discographique ?

Durant sa carrière, Jay-Jay Johanson a connu quelques bas, mais beaucoup de hauts, des errances mais la direction de son travail, au final, varie peu. Lorsque Jay-Jay Johanson était devenu la coqueluche de la presse branchée en 1997 avec l'album Whiskey, mêlant jazz vocal et trip-hop, qui aurait cru qu'il parviendrait à se sortir d'un créneau appelé à se démoder rapidement ? Rappelez-vous d'Earthling, Zero 7, Smith & Mighty ou Craig Armstrong... Et pourtant le toujours charmant Jay-Jay Johanson sort un neuvième album de chansons encore excitant car tout d'un coup plus intrigant que ses précédents opus.

Cockroach est intrigant d'abord par sa pochette. Exit le Jay-Jay Johanson christique de l'album Spellbound en 2011. Bonjour le Jay-Jay kafkaïen de Cockroach, ce qui signifie "cafard" en anglais. La fameuse photo de Kafka au chapeau melon, qui inspire la couverture de ce nouveau disque, avait été prise dans un bordel. Kafka n'était pas l'écrivain désespéré et ascète qu'on se plaît à souvent nous présenter, mais aussi un jouisseur, amateur de prostitués comme le laisse entendre son journal.

Il y a de cela dans le nouveau disque de Jay-Jay Johanson, deux faces, une jazz, une électro, une amoureux, une Dom Juan, une séducteur désespéré, une manipulateur paranoïaque. Ce ne sont pas deux côtés d'une même pièce, mais bien deux personnalités dans un même corps, l'une se révélant parfois plus que l'autre.

L'ouverture avec "Coincidence" voit Jay-Jay reprendre son chemin où il l'avait laissé avec Spellbound dans un sillon proche du morceau "Dilemma", un des sommets du précédent album. "Mr. Fredrikson", dont la rythmique rappelle un autre groupe schyzophrène Gorillaz et son "Clint Eastwood", voit poindre le sombre héros d'un film aux ambiances hitchcockiennes. "I can feel there's something going wrong between you and Mr Frederikson... It's too hard to let you go. I know I've got some problems, but so do you". Menaçant.

Cockroach oscille ensuite entre chansons suaves ("Laura", "Hawkeyes"), balade instrumentale ("Imsomnia"), variété soutenue d'électro ("Orient Express", peut-être un hommage au Trans Europe Express de Kraftwerk auquel Jay-Jay Johanson avait déjà emprunté des samples ou "Antidote"), chansons glaçantes aux ambiances froides ("Forgetyounot" ou "Mr. Fredrickson").

Mais il faut aussi s'attarder sur "Dry Bones", reprise des Delta Rythm Boys, véritable colonne vertébrale de l'album. Cette chanson qu'on retrouve dans l'épisode final de la série Le Prisonnier avec Patrick McGoohan ne peut pas se retrouver sur Cockroach de Jay-Jay Johanson comme par hasard. Dans l'épisode final du Prisonnier, épisode entièrement dédié à la folie, le N°6 découvre qu'il est aussi le N°1.

Cet album de Jay-Jay Johanson, à qui on a parfois reproché d'être trop sage, regorge de chausse-trappes, de faux-semblant et d'illusions. Mais surtout il nous dit que cet album n'est pas une fin mais un commencement, et que Jay-Jay Johanson a désormais décidé de laisser ses folies s'exprimer pour mieux nous surprendre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Rush de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album The long term physical effects are not yet known de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Self Portrait de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Spellbound de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Opium de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Sélection singles & EP de Bantam Lyons - Clara Néville - Jay-Jay Johanson - Nadéah - Matt Low - OMOH - Zebra - Perez
La chronique de l'album Bury the hatchet de Jay-Jay Johanson
La chronique de l'album Kings Cross de Jay-Jay Johanson
Jay-Jay Johanson en concert au Bataclan (22 novembre 2005)
Jay-Jay Johanson en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Jay-Jay Johanson en concert à L'Aéronef (jeudi 17 novembre 2011)
Jay-Jay Johanson en concert au Festival MaMA 2015 (6ème édition)
L'interview de Jay-Jay Johanson (30 août 2005)
L'interview de Jay-Jay Johanson (mardi 31 mai 2011)
L'interview de Jay-Jay Johanson (décembre 2013)
L'interview de Jay-Jay Johanson (lundi 22 juin 2015 )
L'interview de Jay-Jay Johanson (jeudi 30 mars 2017)
L'interview de Jay-Jay Johanson (mercredi 20 mars 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Jay-Jay Johanson
Le Soundcloud de Jay-Jay Johanson
Le Myspace de Jay-Jay Johanson
Le Facebook de Jay-Jay Johanson


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Jay-Jay Johanson (22 juin 2015)
Jay Jay Johanson (31 mai 2011)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=