Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mudwoman
Joyce Carol Oates  (Editions Philippe Rey)  octobre 2013

Véritable machine à écrire, Joyce Carol Oates livre avec "Mudwoman" un pavé de six cents pages qui fera les délices des fans de la prolifique écrivaine américaine et déroutera sans doute les autres, peut-être trop rationalistes, qui chercheront, au-delà de l'autosatisfaction graphomaniaque de l'auteur, le sens de l'opus.

Tout commence par une tragédie - celle de Mudgirl, toute petite fille miraculeusement rescapée après avoir été abandonnée quasi-morte dans un marais boueux - et, plusieurs décennies après, le déplacement professionnel de la femme bien sous tous rapports qu'elle est devenue qui la ramène sur les lieux du crime.

Parvenue à la mi-temps de sa vie, que cherche Meredith Ruth Neurkichen ? Elle connaît son histoire, notamment son ascendance maternelle, une mère zolacienne, psychotique ravagée par une folie mystique qui a motivé son geste infanticide, elle a bénéficié d'une adoption par un bienveillant couple de quakers qui lui ont inculqué des principes rigoristes de haute tenue morale et, après de brillantes études de philosophie et de psychologie, elle est devenue la première présidente d'université de surcroît d'une des prestigieuses de l’Ivy League.

Sous le masque de la réussite sociale et professionnelle se terrent le refoulement et une quête inassouvie de reconnaissance et d'amour et M.R. abrite Mudgirl devenue une Mudwoman dépourvue d'affect.

De quoi laisser augurer d'un roman sur l'identité, bouteille à l'encre de la littérature contemporaine, avec la quête des origines, la quête d'identité personnelle des enfants abandonnés, mais également celle de l'identité statutaire, sociale et communautaire, voire nationale, le traumatisme de l'abandon et de la perte et la résilience.

Mais Joyce Carol Oates ne se cantonne pas à ces thématiques cependant suffisamment riches pour nourrir une intrigue psycho-romanesque, d'autant que cette immersion dans un passé traumatique est traitée selon la déclinaison de la décompensation névrotique.

Par le truchement de faits de société et d'événements politiques, elle aborde, entre autres, le nationalisme, du paradoxe du Patriot Act à la manipulation médiatique avalisant la guerre d'Irak, le statut de la femme et la féminitévues à l'aune d'un autre siècle (l'auteure est née en 1938), la maltraitance des enfants, le droit à la vie, les contre-mondes, l'élitisme du système universitaire américain et le cercle non vertueux du financement des universités privées (milieu qu'elle connaît bien pour y avoir fait sa carrière comme professeur de littérature), la religiosité et la pauvreté dans les campagnes américaines.

Même si elles sont habilement insérées dans l'histoire du personnage, manifestant la volonté de l'auteure de dispenser des convictions personnelles, elles n'en conservent pas moins le caractère de digressions parasitantes, de surcroît souvent fastidieuses et/ou agaçantes par leur humanisme bien-pensant et, parfois, leur didactisme.

Cela étant, l'écriture de Joyce Carol Oates, chantre de l'art de la fiction gothique, reste percutante quand elle pratique de manière totalement maîtrisée dans la recension de la la confusion du paysage mental de l'héroïne qui navigue entre passé et présent et entre réalité, fantasme et délire hallucinatoire.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "Le mystérieux Mr Kidder" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Le musée du Dr Moses" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Maudits" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Premier amour" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Carthage" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Sacrifice" et de "Dahlia noir & Rose blanche" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Valet de pique" de Joyce Carol Oates
La chronique de "La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
La chronique de "Paysage perdu" de Joyce Carol Oates


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 octobe 2018 : L'Eclectisme n'est pas un gros mot

Du joyeux, du triste, du beau, du sombre, du symphonique, du dépouillement, de l'épique, de l'intimiste... Encore une semaine chargée en actualité et pleine d'éclectisme dans notre sélection culturelle à découvrir sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Wanderer" de Cat Power
"I Am As You Are" de Sol Seppy
"Dag Wiren : Sinfonietta in C major, Serenade, Synphony N3 & Divertimento" de Rumon Gamba & Iceland Symphony Orchestra
"Une issue" de Samuel Cajal
"Comme un ours" de Alexis HK
"Antilles méchant bateau" par divers artistes
"Blow" de Donny McCaslin
Rencontre avec Gontard! et son nouveau clip "Arcade Fire" à découvrir
"Weapons of mass percussion" des Tambours du Bronx
"Houdini" de San Carol
"Vendredi soir EP" de Céline Tolosa
et toujours :
"La fragilité" de Dominique A
"Il Francese" de Jean Louis Murat
"Pink air" de Elysian Fields
Qu'en Pense Gertrude ? en interview accompagnée d'une session acoustique dans une cave à vins
"Certaine ruines" de Cyril Cyril
"Northern chaos gods" de Immortal
"Feel" Invigo
"La gueule de l'emploi" de Lénine Renaud
"Si c'était à refaire" de Septembre
"Voodoo magic" de Spiral Deluxe
"Midnight in an moonless dream" de The Buttertones

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Banquet" au Théâtre du Rond-Point
"Le Pouvoir" au Théâtre de Ménilmontant
"La Nostalgie du futur" au Théâtre national de Bordeaux
"La Cantate à trois voix" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Queen Mary" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Laïka" au Théâtre du Rond-Point
"Oscar et la Dame rose" à la Comédie Bastille
"Jean-François Derec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif" au Théâtre L'Archipel
les reprises :
"Tous mes rêves partent de la gare d'Austerlitz" au Théâtre 13/Seine
"Camille contre Claudel" au Théâtre du Roi René
"Deux mensonges et une vérité" au Théâtre Rive-Gauche
"Le Potentiel érotique de ma femme" au Théâtre des Mathurins
"Ma cantate à Barbara" au Théâtre des Variétés
"K Surprise" au Théâtre Les Déchargeurs
"Clouée au sol" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Gloire de mon père" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"J'ai mangé du Jacques" au Théâtre Les Déchargeurs
et la chronique des autres spectacles d'octobre

Exposition avec :

"Caravage à Rome - Amis et Ennemis" au Musée Jacquemart-André
"Giacometti - Entre Tradition et Avant-garde" au Musée Maillol

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Guantanamera" de omas Gutierrez Alea et Juan Carlos Tabio
"Wine Calling" de Bruno Sauvard
Ciné en bref avec :
"A Star is born" de Bradley Cooper
"Climax" de Gaspar Noé
"L'Ombre d'Emily" de Paul Feig
"Frères ennemis" de David Oelhoffen
"The Little stranger" de Lenny Abrahamson
"Voyez comme on danse" de Michel Blanc
la chronique des films de septembre
et la chronique des autres sorties d'octobre

Lecture avec :

"Bandidos" de Marc Fernandez
"Commode, l'empereur gladiateur" de Eric Teyssier
"La mort selon Turner" de Tim Willocks
"La riposte" de Philippe Meirieu
"Reporter criminel" de James Ellroy
"Un gentleman à Moscou" de Amor Towles
et toujours :
"Sympathie pour le démon" de Bernardo Carvalho
"Réelle" de Guillaume Sire
"Personne n'est obligé de me croire" de Juan Pablo Villalobos
"Les illusions" de Jane Robins
"Les exilés meurent aussi d'amour" de Abnousse Shalmani
"L'autre siècle" de Xavier Delacroix

Froggeek's Delight :

"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=