Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cleo T.
Interview  (Paris)  jeudi 27 juin 2013

A l'occasion de la sortie du second album de Cleo T., rencontre avec la jolie chanteuse brune à l'univers art moderne, chez elle, sur son balcon du côté de Montparnasse.

Que s'est-il passé pour vous depuis la session et l'interview accordée à Froggy's Delight en 2011 qui venait saluer la sortie de votre EP "Songbirds Singing" ?

Cleo T. : Nous avons beaucoup tourné, en France et en Europe. L'équipe technique a évolué. En cours de parcours, on a embarqué une régisseuse lumières, un ingénieur du son, une régisseuse générale. Nous avons maintenant des partenaires à l'étranger. Ça se met en place de mieux en mieux, mais ça prend du temps.

Lorsqu'on lit des articles sur vous, on a l'impression d'un parcours évident, avec des rencontres, mais vous donnez l'impression de prendre les chemins de traverse.

Cleo T. : (rires) C'est vrai. Nous faisons les choses de manière extrêmement spontanée. On va vraiment là où quelque chose nous entraîne. On n'a pas pris le chemin traditionnel d'une résidence parisienne avec invitation de tous les professionnels. Si quelqu'un nous dit : "Allez, je vous organise une tournée en Angleterre", alors on y va. Ce qui fait qu'on a une carrière éclatée entre plusieurs pays, et qui ne ressemble pas aux schémas traditionnels. Néanmoins, ce qui compte, c'est que nous n'arrêtons pas de jouer, de travailler. Par contre, il est vrai qu'en France, alors que c'est l'endroit où nous sommes basés, nous trouvions une équipe pour coordonner tout ça parce que nous-mêmes nous nous y perdons un peu. Nous aimerions sortir l'album de manière correcte, officielle, ne serait-ce que pour les personnes comme John Parish qui ont travaillé dessus. Même si c'est un premier album, j'ai envie de lui donner une existence honnête.

En raison du nombre de musiciens, il me semble que cela devrait plutôt être un frein pour les tournées, d'autant plus à l'international. Quels sont vos circuits ?

Cleo T. : En fait, notre formule est très modulable. Parfois nous partons à deux avec Valentin, le violoncelliste. Il joue aussi du banjo. Moi, je joue du piano et de l'auto-harpe. Donc c'est beaucoup plus léger. Quand je pars avec l'ensemble des musiciens, c'est pour de très longues périodes de plus d'une vingtaine de dates. Finalement, si on part en camion, on trouve toujours des solutions. Il est sûr que ce n'est pas ce qui va nous rendre riche de pièces qui tintent et qui clinquent mais c'est une expérience unique pour le groupe. Mais l'économie du projet est assez peu conventionnelle.

Sur les arrangements la voix est mise en avant, loin du visuel de dark wave baroque (Ans Also The Trees, Nick Cave période The Carny) auquel le visuel pourrait pourtant renvoyer.

Cleo T. : D'abord l'univers des années 80 m'est totalement étranger. Ensuite, je ne suis pas quelqu'un de très intéressée et impliquée dans les idées de son. C'est pourquoi j'ai souhaité travailler avec John Parish en qui j'ai une entière confiance. Ce qui m'intéresse, c'est travailler avec quelqu'un qui parviendra à rendre l'idée que je me fais de ma chanson, et capable de retranscrire mes idées en son. Dans les tendances, c'est plutôt le songwriting dans le genre des Lady Sings The Blues qui m'intéresse. Et des chanteuses de cabaret aussi, Marlène Dietrich, Marilyn Monroe... Le focus, pour ce premier album, reste concentré sur le songwriting, sur la voix, la chanson et ce qu'elle nous raconte.

John Parish était-il la bonne personne pour trouver un son européen ?

Cleo T. : Je n'en sais absolument rien. Par contre, je reste persuadée que c'était la personne idéale pour m'accompagner sur un premier album et me permettre de libérer ce que j'avais envie de libérer. Au moment de l'enregistrement, il est facile de se perdre en raison de la technique. On peut découper, recoller, mettre des effets, et passer ainsi complètement à côté de sa chanson. John était la bonne personne pour travailler comme je l'entendais, c'est-à-dire en nous enfermant dans une pièce pendant six jours, enregistrer en live, ne rien découper. Il a vraiment capturé le son que nous avions à l'époque, qui a d'ailleurs beaucoup évolué depuis en partie en raison des tournées. Quant au son "européen", j'ai du mal à imaginer ce que c'est en 2013. Le côté européen est lié à la multiplicité des influences qui m'animent, qui donnent ce côté cosmopolite à ma musique. Mes influences musicales, mais cinématographiques aussi, partent de Paris, mais c'est un Paris qui a un peu avalé l'Europe au cours du XXème siècle.

A propos de ce côté "européen", comment expliquez-vous que vous puissiez toucher un public à la fois italien, anglais ou allemand dont les sensibilités sont forcément différentes ?

Cleo T. : Hier, quelqu'un m'a demandé si je me sentais en décalage avec mon époque. Je lui ai répondu à la fois oui et non. Je suis old-school, je ne parviens pas à être dans le courant des tendances. Peut-être est-ce la raison pour laquelle ma musique peut séduire des publics différents. J'ai l'impression que c'est lorsqu'on fait quelque chose de très personnel qu'un plus grand nombre de gens peuvent s'y reconnaître parce que cela va s'inspirer d'une sorte inconscient collectif. Par exemple, aujourd'hui, on peut encore écouter Nina Simone, trouver cela très moderne alors que le son n'est plus du tout ce qui se fait aujourd'hui ou qu'on pourrait entendre dans les salles de concert actuellement. Mais elle touche à un fondamental de l'humanité et touchera forcément des gens. Je ne dis pas que c'est ce que je fais, mais je considère que chercher à atteindre cela est plus intéressant que reproduire le son d'une époque. C'est peut-être cette recherche qui touche les gens.

Retrouvez Cleo T.
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

En savoir plus :
Le Bandcamp de Cleo T.
Le Myspace de Cleo T.
Le Facebook de Cleo T.

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Cléo T. (27 juin 2013)
Cleo T. (7 juillet 2011)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=