Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Angels - Elephant Stone
L’Aéronef  (Lille)  dimanche 22 septembre 2013

Naître Québécois n'a jamais été un énorme avantage si ce n'est d'avoir un accent rigolo ou des traductions littérales des titres de films américains (par exemple, Slumdog Millionaire s'intitulait "Le pouilleux millionnaire").

Cette introduction ne va nulle part, puisque nous sommes à Lille et, bien que l'on ait quand même un accent amusant, The Black Angels ne s'appellent pas officiellement "Les Anges Noirs". Par contre, Elephant Stone vient de Montréal (ville située dans la province du Québec donc), et qu'importe les frontières linguistiques "Les Pierres Elephant" (sérieusement...) ont un nom aussi intéressant que la musique qu'ils proposent.

Comme beaucoup de groupes issus de la scène néo / shoegaze / psyché / indie / alternative, bref de la musique à ranger dans plus de cases que n'en contient la bibliothèque nationale (qui peut aussi tenir dans le bac à soldes de la Fnac), "Les Pierres Elephantales" n'ont aucun intérêt, car ils se contentent juste de faire "pareil que". Si bien que pendant 45 minutes tout cela rappelle le fait de rappeler qu'il y a eu bien mieux avant.

Ainsi une liste d'influences plus longue que le bras se fait ressentir : on passe des Spacemen 3 à My Bloody Valentine, en passant par les Horrors ou encore Syd Barrett (mais juste pour la chemise à fleurs) pour, au final, donner l'envie d'avoir envie d'écouter des gens écouter le dernier Placebo !

"Les Éléphants défoncés" quittent enfin la scène et après une courte entracte les lumières s’éteignent.

Des visuels psychédéliques sont diffusés sur les écrans géants, et même si cela ressemble une fois sur trois à un fond d'écran de Windows 95, les jeux de lumières sont très réussis.

Le groupe ne monte pas directement sur scène et diffuse d'abord "One of these days" de Pink Floyd en intégralité. Tentative étrange d'imposer du Flamant Rose à des flamands trop zen.

Ceci étant fait, le groupe débute avec leur morceau le plus floydien qui est par ailleurs leur plus abouti, l'excellent "Mission District" qui fut admirable.

Malheureusement, ce fut à peu près tout, le groupe semble fatigué et en pilotage automatique. Christian Bland est en retrait par rapport au nouveau guitariste (remplaçant de Nate Ryan) qui ne sert pas à grand chose et manque cruellement d'inventivité. Alex Maas l'est complètement, et désintéressé par ses propos. Seront alors bêtement bâclées les perles du premier album Passover : "Young Men Dead", "Black Grease" ou encore "Bloodhounds On My Trails" avec le fameux 1, 2, 3 prononcé sans conviction.

La set list est essentiellement composée de morceau de l'inégal dernier album (Indigo Meadow, "Don't Play With Guns"), même les "tubes" de Phosphene Dream sont expédié ("Telephone", "Entrance Song", "Bad Vibrations"). Les échanges tribaux entre la batteuse (toujours excellente d'ailleurs) et le bassiste ont disparu, dans cette optique un titre aussi génial que "Science Killer" fut négligé, ce qui est impardonnable.

Le rappel fut interminable, le groupe quitte les planches en soufflant et revient en simulant la bonne entente, comme s'ils s'étaient fait remonter les bretelles par le manager. Alex Maas retrouve un peu sa fougue et sa voix aussi singulière quelque part entre Neil Young et Jim Morrison.

Mais cela fut éphémère. Le concert s’achève sur "Black isn't Black", qui manquait cruellement d'une deuxième guitare (pendant ce temps le nouveau faisait semblant de jouer du tambourin).

L’atmosphère sur scène fut particulièrement tendue pendant les 75 minutes du set, ce qui fut certainement à l'origine de son ratage total. Malheureusement, il semblerait que cela soit souvent le cas actuellement. Au vu du niveau discographique largement en baisse depuis deux albums, les Black Angels semblent avoir perdu leurs âmes, et paraissent surtout disloqués.

Encore faudrait-il régler tout ça ailleurs que devant un public qui a diminué de moitié depuis leur dernier passage il n'y a que deux ans. Car non, Les Anges Noirs de la télé réalité, ça n’intéresse personne. Vraiment pas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Phosphene Dream de The Black Angels
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Black Angels en concert à l'Elysée Montmartre (8 décembre 2008)
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
The Black Angels en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
The Black Angels en concert à L'Aéronef (lundi 7 février 2011)
The Black Angels en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Dimanche
The Black Angels en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :
Le site officiel de The Black Angels
Le Myspace de The Black Angels
Le Facebook de The Black Angels
Le site officiel de Elephant Stone
Le Bandcamp de Elephant Stone
Le Myspace de Elephant Stone
Le Facebook de Elephant Stone


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=