Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jordaens, la Gloire d'Anvers
Petit Palais  (Paris)  Du 19 septembre 2013 au 19 janvier 2014

Avec la première rétrospective consacrée à "Jordaens, la Gloire d'Anvers" qui met en lumière d'un des maîtres de la peinture baroque flamande, le Petit Palais s'inscrit dans le peloton de tête des grandes expositions de la rentrée muséale 2013, tenant la dragée haute à son "grand" frère de l'avenue Einsehower.

Organisée sous le commissariat de Alexis Merle Du Bourg, historien d'art, et Maryline Assante di Panzillo, conservateur en chef au Petit Palais, l'exposition se déroule selon un parcours thématique lié aux différents registres picturaux.

Passionnante, foisonnante, imposante et truculente, elle bénéficie de surcroît d'une scénographie en majesté conçue par Iva Berthon Gajsak et Giovanna Comana, originale et excellente à visée didactique tant dans la structuration intrinsèque des espaces que dans le rythme scandé par des cabinets de dessins regroupant les oeuvres graphiques.

Jordaens : le Maître d'Anvers

Tout commence avec la ville natale de Jordaens qui ne la quitta guère et une salle évoquant l'intérieur cossu des maisons flamandes de la bourgeoise d'affaires. Car Jacques Jordaens, né dans une famille d'artistes et de riches négociants, n'est pas un "artiste maudit".

Et à tout maître tout honneur, est mis en exergue l'autoportrait de l'artiste peint en compagnie de son épouse, de sa fille et d'une servante, toile dont un gros plan est retenu pour le visuel de l'affiche de l'exposition.

Tout aussi grandiose, la troisième salle consacrée à la peinture religieuse de Jordaens s'inspire de l'architecture de la nef d'église dont la ligne de fuite plonge sur une très belle crucifixion d'inspiration caravagesque ("Le Christ en croix").

Les peintures de dévotion sont toutes empreintes d'un réalisme sans hiératisme et témoignent du talent de coloriste de Jordaens ainsi que de son goût pour l'abondance ("Sainte Famille", "L'Adoration des bergers", Le sacrifice d"Isaac").

Et c'est avec cette abondance généreuse sous influence rubenienne qui se retrouve dans les peintures monumentales illustrant des thématiques mythologiques qu'il traite en toute liberté et dans lesquelles les opulents nus féminins ( "Les filles de Cérops") explosent sous le regard.

En revanche, Jordaens ne rivalise pas les deux autres grands du triumvirat flamand que sont Rubens et Van Dyck dans le registre du portrait et fort judicieusement se contente de portraits de famille et d'amis.

A la mi-temps du parcours, le visiteur découvre le point d'orgue de l'exposition avec la section consacrée à la peinture de genre et ses scènes de festivités - dont notamment les toiles de la série "Le Roi boit" - et l'illustration des proverbes qui conforte la réputation de Jordaens comme maître des "bambochades".

Car c'est dans la peinture de genre, à la fois excessive et ambigüe car il ne faut pas oublier la dimension du double regard, qui exalte les scènes de festivités paillardes que s'illustre Jordaens avec ses joyeuses tablées de personnages rubiconds en pleine libation.

L'exposition rappelle également l'importance de l'art de la tapisserie dans les Pays-Bas espagnols au 17ème siècle à laquelle a contribué Jordaens par sa production de cartonnier et elle s'achève avec un élégant et astucieux cabinet de curiosités à vocation pédagogique dont les tiroirs mobiles permettent au public de découvrir les arts, techniques et culture de l'époque.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Petit Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Petit Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=