Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gouttes dans l'océan
A La Folie Théâtre  (Paris)  octobre 2013

Comédie dramatique de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Sylvain Martin, avec William Astre, Pierre Derenne, Juliette Dutent et Florence Wagner.

Le bonheur existe-t-il ? Et la liberté ? Et l’envie de vivre ? Sait-on que l’on va se poser de telles questions d’abysse en répondant à l’invitation d’un inconnu à prendre un verre ?

Franz, vingt ans, jeune Apollon bâché, retrouve ainsi dans l’appartement bourgeois d’un homme mûr, Léopold, monsieur qui a des intentions et une stratégie imparable, et se laisse glisser vers le désir, en évoquant quelques garde-fous, sa fiancée, son hétérosexualité presque impeccable, mais l’adversaire renverse les pions un à un et l’on se retrouve nu sur le damier. Franz est ferré.

Quelques mois plus tard, domestiqué, soumis, le jeune homme fête, dans les larmes, cette demi-année de vrai bonheur trouble. Le gaz siffle. Qui agitera le briquet ?

Sur des airs de Lorelei, du "Messie" de Haendel, la tragédie banale de l’asservissement et de l’amour à deux vécu par un seul, se déroule implacablement, avec des visites de femmes, lourdes et conventionnelles, adipeuses en sentiments et optimistes comme la signature d’un contrat-obsèques, des mises au pas conjugales, des reproches acides du sadisme ordinaire, la révélation implacable de l’enfer intime de l’ennui et de l’usure.

"Gouttes d'eau dans l'océan" de Rainer Werner Fassbinder, pièce, désespérée et lucide, est mise en scène avec cruauté par Sylvain Martin, attentif et voyeur, qui nous pousse à partager sa longue-vue.

Les dames, Juliette Dutent et Florence Wagner, sont parfaites, terrifiantes, mornes à souhait, pitoyables. Le sexe féminin ne sera pas glorifié sur cette scène.

Quant aux messieurs, les protagonistes, la paire dantesque, il s’agit, d’abord, pour le chasseur, de William Astre, pervers nanti, épingleur de beaux papillons, effrayant de savoir-faire et de culture dévoyée, gênant de certitude, incapable de ressentir la douleur d’autrui autrement que pour en tirer sa jouissance particulière.

Mais la grande révélation, c’est Pierre Derenne, qui, outre sa beauté qui fustige, se révèle excellent comédien, présent et surnaturel, non sans évoquer un Jean Marais, tant il est solaire et agile, réinventant la nudité, jeune homme qui ira loin et dont le nom doit s’inscrire dans la mémoire. Il est un éblouissant Franz. Qui d’autre pourrait jouer ce rôle, désormais ?

Beau moment de théâtre, de qualité, d’excitante cruauté, ces "gouttes" colorent de sang l’océan gris des jours.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=