Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Glasser
Interiors  (True Panther Sounds)  octobre 2013

Quand Cameron Mesirow changea de peau pour devenir Glasser, elle fut de suite identifiée par les audiophiles comme une engeance onirique de la lignée de Kate Bush, Björk ou encore Natasha Khan. Comme elles, Glasser joue avec une voix hantée, parfois haut perchée et modulée, qu’elle couple avec des batteries en tous genres et de l’électro au pire expérimentale, au mieux spacieuse. Avec son EP "Apply" et le single du même nom, elle a ménagé dès 2009 une voix royale à son album qui sortit en 2010 : Ring.

Fort d’un exotisme déroutant et quelque peu naïf, cette envoûtante production léchée a très vite charmé les afficionados du genre.

Trois ans plus tard, Glasser est de retour avec un second opus, intitulé Interiors dans lequel il est question de forme et d’architecture, mais surtout de la centralité de l’être humain dans le monde. Et c’est donc sans surprise que la chanteuse cite l’architecte Rem Koolhaas comme inspiration. L’homme ayant été l’un des rares de sa profession à rendre l’architecture ludique et didactique dans des écrits acclamés par les masses (les théories de Coney Island et "New York Delirious").

En ouvrant son album sur le titre "Shape", l’artiste nous avertit d’emblée, elle maîtrise son art bien mieux, puisqu’elle y met maintenant les bonnes formes. Ainsi ce titre alterne entre montée en puissance et rechute calculée, voire mesurée. En bref, l’énergie qui personnifiait son album précédent est ici tenue en laisse et n’explose qu’au besoin impérieux des cadres imposés par la chanteuse.

Sa technique a donc évolué et se fend même d’un triptyque ("Window I", II et III) qui non content d’être bien évidemment des fenêtres sur l’univers mental (et musical) de Cameron, reprend des sonorités classieuses exploitées sur des très courtes durées et qui ne sont pas sans rappeler d’une part Iamamiwhoami, d’autre part Saint Vincent.

Fort heureusement, cela ne veut pas dire que l’artiste s’est départie de l’exotisme de ses sons électroniques. Les titres comme "Landscape" ou "Window III" marquent le retour du duo bienvenu de sa voix au vocalisme orientalisé et d’une production électro qui joue avec les oreilles de façon malicieuse.

Alors que "Keam Theme", "Divide" ou même "Dissect" explore allègrement le psychisme de la chanteuse, en traitant notamment de la solitude, le plan de la chanteuse devient un peu plus clair. Celle-ci dépeint une société humaine, où les espaces privés comme publiques finissent toujours par empiéter sur son bien-être ou tout du moins sur l’image qu’elle renvoie d’elle-même. C’est d’ailleurs d’autant plus évident que la pochette de l’album en question montre une Cameron Mesirow en plein mouvement dans un habitat qui se tord sous l’action de sa poignée, tout en ayant un regard de défi à l’encontre de son propre reflet.

Glasser joue donc en réalité la carte de l’album introspectif, tout en se plaçant dans un monde consistant ("Shape", "Window") et conscient de l’autre (sur "Landscape", elle parle d’un autre avec qui elle veut admirer le même paysage, la recherche d’un autre étant présente en filigrane sur tout l’album).

Néanmoins, Interiors trouvera ses limites à la source même de son originalité, puisque contrairement à "Apply", sa compréhension au travers de multiples écoutes pourrait lui être fatale. Une bien triste conclusion pour un album qui aurait très bien pu marquer le temps et peut-être même les lieux (entendons par ici le genre) à la façon des constructions de l’architecte qu’elle citait plus haut comme influence !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ring de Glasser
Glasser en concert au Point Ephémère (mercredi 13 octobre 2010)
Glasser en concert au Grand Mix (mardi 29 mars 2011)

En savoir plus :
Le site officiel de Glasser
Le Myspace de Glasser
Le Facebook de Glasser


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël

Si vous voulez piocher dans notre sélection culturelle quelques cadeaux pour noël, c'est le moment. Vous pouvez même encore commander quelques tote bags en édition limitées Froggy's Delight ici : Envoi garanti avant noel ! En attendant c'est parti pour du théâtre, des disques, des films, des expos... et même un joli casque de réalité virtuelle à mettre sous le sapin.

Du côté de la musique :

"American Utopia on Broadway" de David Byrne
"Le roi des ruines" de Andoni Iturrioz
Rencontre avec C GEM qui nous offre aussi une session avec son Red Moon Orchestra
"Street talk : Saxophone summit" de Dave Liebman, Joe Lovano et Greg Osby
"Single so over" de Kid Francescoli
"Brutal pop" de Sun
"Big bang" de Les Bons Becs
"Whosampled.com", mix numéro 6 de notre podcast Listen In Bed
"I don't know what i'm doing" de Molto Morbidi
"Aside" de My Imaginary Loves
"Hits hits hits hourra" de Marcel et son Orchestre
"Midnight colors" de Midnight Colors
Et pour finir, un petit tour aux aux 41eme Transmusicales de Rennes
et toujours :
"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Warm" au Théâtre du Rond-Point
"Les Chiens" au Théâtre La Flèche
"L'Entrée en résistance" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Pâtes à l'ail" au Théâtre La Scène Parisienne
"Comme des soeurs" au Théâtre La Scène Parisienne
"Une femme se déplace" au Théâtre des Abbesses
"La Valse d'Icare" au Théâtre Le Lucernaire
"Monsieur X" au Théâtre de l'Atelier
"Dracula, Lecture rock dans la veine de Bram Stocker" à la Maison de la Poésie
"Les Wriggles - Complètement Red" au Palace
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de la Tempête
"Camille contre Claudel" au Théâtre Lepic
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée - Spécial Fêtes" au Théâtre La Bruyère
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Sculptures infinies" aux Beaux-Arts

Cinéma avec :

"The Lighthouse" de Robert Eggers
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"La Wehrmacht, la fin d'un mythe" de Jean Lopez
"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'Amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=