Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ignatus - Jean Luc LE Ténia
Le Zèbre  (Paris)  7 décembre 2004

Les concerts d’Ignatus, au Zèbre en ce mois de décembre se présentent comme une grande fête autour de la personne de Jérôme Rousseau (alias Ignatus). Ce mercredi soir, Ignatus a invité son poulain de l’écurie Ignatub : Jean Luc le Tenia à assurer la première partie.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Jean Luc le Tenia il est l’auteur de quatre cd’s dont le récent Le meilleur chanteur français du monde où se bousculent quelques quarante et un titres.

La découverte de Le Tenia sur scène est un véritable choc ; rares sont les premières parties à la fois marquantes et à ce point marrantes.

Il est 20h30, lorsqu’il se présente seul sur scène armé d’une simple guitare acoustique. Il commence par égrener un accord et demander au public si lui aussi entend le larsen dans les graves. Le ton est donné ! Et ça ne s’arrêtera pas avant la fin du concert.

Les chansons de Le ténia ne sont pas très sexy : trois accords de ci, de là, des rimes improbables (tour rime avec Youssou’n’dour) et un refrain pourri (aurélie hi hi hi la la la la).

Il nous dépeint des petites scénettes de la vie courante avec nonchalance et humour. Et le public est ravi. Mort de rire mais ravi. Car c’est l’hilarité générale dans la salle. L’interprétation accentue le comique des mots, fait ressortir les défauts, les faiblesses. Mais c’est là que réside le génie de Le Ténia.

Alors que le public rit comme un seul homme, il réussit à faire passer des idées, des sentiments qui font mouche. En se rendant lui-même un peu ridicule, il créé un lien empathique avec le public, qui lui permet de décrire la vie de monsieur tout le monde sans tomber dans le misérabilisme.

Un concert surprenant, drôle et vivifiant.

Le concert de Le Ténia terminé, le voile est enfin levé sur les installations scéniques d’Ignatus.

En frontal de la scène, une série de poupées assises sur un banc masquent un clavier. En arrière, on aperçoit un mannequin de couturière portant une veste noire et blanche dont on sait déjà qu’elle nous réserve des surprises. Sur le côté droit, une guitare blanche sans cordes mais avec poignées de portes et capteurs attend d’être manoeuvrée pour révéler samples et boucles.

Le groupe qui accompagne Ignatus sur scène est composé de trois musiciens : un bassiste, un batteur, et un multi instrumentiste assigné au cuivres.

Ce soir, Amour et Christian Makouya viendront épauler l’homme au cœur de boeuf dans un corps de nouille sur une poignée de chansons. Le groupe nous restituera l’intégralité du dernier opus d’Ignatus dans une ambiance décontractée. Notre hôte parle beaucoup au public entre les chansons, présentant avec humour ses morceaux, ses instruments et ses nouveaux projets.

Sur scène, on assiste à un véritable show original et très personnel : Ignatus tape sur les poupées pour déclencher des samples, joue de la guitare à poignées et de la veste à capteurs pour démarrer et trafiquer des sons. On est très loin du classique concert pop-rock.

Le groupe, produit une trame solide sur laquelle Ignatus s’appuie pour aller papillonner au gré des samples et autres riffs de guitares à poignées et capteurs.
Mais Ignatus sait également revenir à une bonne vieille guitare classique. Sa musique est à la croisée des chemins, et sur scène cet étonnant mélange de Jazz, d’électro, de rock acquièrt une remarquable cohérence. C’est le jeu scénique qui donne à l’ensemble sa cohésion, son sens. En le voyant sur scène, on accède à une meilleure compréhension de cet univers musical si inhabituel.

Cela reste malgré tout de l’Ignatus : baroque, drôle, loufoque, féroce. Cet homme possède visiblement un amour sincère pour la musique, pour tous les genres de musiques, pour les textes drôles et acides et les prestations décalées. Il cherche à faire cohabiter toutes ses passions et ses amours. Si l’ensemble paraît est parfois un peu insolite et difficile d’accès, c’est qu’Ignatus recréé sur scène un langage qui lui est propre, une forme d’expression originale.

Ignatus est un artiste à part dans la scène musicale française, et le public ne s’y trompe pas. Ravi de cette étrange prestation, il en redemande. Alors Ignatus revient lire un des ses textes en ultime rappel. Il nous livre une fantaisie historico-enfantine où s’entrecroisent Jésus Christ et Barbapapa.

Restez à l’écoute ; cet homme est fada et rien ne l’arrête.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album [e.pok] de Ignatus
Ignatus en concert à Théâtre de Verre (jeudi 26 octobre 2017)
L'interview de Ignatus (17 novembre 2004)

En savoir plus :

Le site de Ignatub
Le site de Jean Luc le Ténia

Crédits photos : Valérian


Valérian         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=