Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je serai toujours là
Philippe Savin  (MA Editions)  octobre 2013

Une grande claque dans les dents. C’est à peu de chose près l’effet que m’a fait la lecture de ce livre. Un premier roman plus que réussi de Philippe Savin : Je serai toujours là. Le ton est donné au premier regard : une jeune femme, trois-quarts dos, un énorme tatouage fait de roses et de barbelé dans le dos. Passion + souffrance = thriller. Raccourci évident et juste.

Il vit dans le Sud de la France, sa cinquantaine se profile à l’horizon, mais quelle importance ? Il pourrait vivre en Corrèze et avoir 80 ans que son talent aurait le même effet. Dès le prologue, Philippe Savin nous plonge dans l’horreur des angoissantes scènes finales des thrillers les mieux côtés. "Il y a des vérités qu’on ne devrait jamais découvrir"…

Nathan Prieur est un flic de Paris, récemment affecté dans les Cévennes, après une affaire glauque. Il y mène une vie plutôt tranquille avec sa femme et ses deux filles, dans la jolie maison héritée de ses beaux-parents. Madame (Karine) est artiste peintre, Lucie est l’adolescente bravache de 16 ans et sa petite sœur Chloé rêve de journalisme et d’investigation (les gènes de papa en somme).

Lucie disparaît. Peu de temps après sa meilleure amie est retrouvée morte, sauvagement torturée, les os brisés, la moitié de son corps brûlé. Une horreur. Nathan Prieur devient une sorte de Liam Neeson, à la recherche de sa fille. Vivante ? Morte ? Qui ? Pourquoi ? Une vengeance ? Une mauvaise fréquentation ?

Autour de lui, sa famille semble s’écrouler, la tristesse, la culpabilité, l’absence, tous ces sentiments se mélangent pour former une ambiance tendue, une atmosphère chargée d’électricité dans laquelle le lecteur évolue à tâtons, craignant de tomber nez à nez face au monstre, au mal qui rôde. Nathan peut-il compter sur ses collègues ? Ses amis ? Peut-il compter sur lui-même ?

Non seulement Je serai toujours là est haletant, mais il s’inscrit en plein cœur de notre société, du monde tel que nous l’avons façonné. A tel point que nous nous demandons si cette histoire ne nous est pas déjà arrivée. Si nous n’avons pas déjà entendu un reportage retraçant une telle horreur. Lucie est exactement à l’image des adolescents de notre siècle : bercés de télé-réalité, pétris d’interdictions parentales (justifiées) et d’envies de rébellion.

Au fil de l’enquête au sein des services locaux, puis à son propre compte, Nathan Prieur s’englue jusqu’au cou dans des pistes lui faisant présager les horreurs les plus plébiscitées par Zone Interdite, Complément d’Enquête ou Faites Entrez l’Accusé… Du glauque, du pas fréquentable, des mauvaises rencontres, des connards, des obsédés, des trafiquants, des maquereaux… et toute la brochette de pourritures associées au crime et au vice en veux-tu en voilà.

Mais Philippe Savin a ce don de rester pudique et de ne pas virer au spectaculaire dans l’horreur, il n’en fait pas des tonnes, mais ses phrases courtes et ses transcriptions des pensées de Nathan nous touchent droit là où il faut.

Hors de question que je vous spoile la fin comme un sale geek qui n’aurait que ça à faire. Je ne vous dirais pas s’il retrouve sa fille. Seulement que la fin n’est pas là où on l’attendait. Et que c’est exactement ce qui fait tout l’intérêt du roman. Palpitant, angoissant, inattendu, Je serai toujours là vous laissera à bout de souffle, l’inquiétude et le frisson à fleur de peau.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Philippe Savin
Le Facebook de Philippe Savin


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=