Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je serai toujours là
Philippe Savin  (MA Editions)  octobre 2013

Une grande claque dans les dents. C’est à peu de chose près l’effet que m’a fait la lecture de ce livre. Un premier roman plus que réussi de Philippe Savin : Je serai toujours là. Le ton est donné au premier regard : une jeune femme, trois-quarts dos, un énorme tatouage fait de roses et de barbelé dans le dos. Passion + souffrance = thriller. Raccourci évident et juste.

Il vit dans le Sud de la France, sa cinquantaine se profile à l’horizon, mais quelle importance ? Il pourrait vivre en Corrèze et avoir 80 ans que son talent aurait le même effet. Dès le prologue, Philippe Savin nous plonge dans l’horreur des angoissantes scènes finales des thrillers les mieux côtés. "Il y a des vérités qu’on ne devrait jamais découvrir"…

Nathan Prieur est un flic de Paris, récemment affecté dans les Cévennes, après une affaire glauque. Il y mène une vie plutôt tranquille avec sa femme et ses deux filles, dans la jolie maison héritée de ses beaux-parents. Madame (Karine) est artiste peintre, Lucie est l’adolescente bravache de 16 ans et sa petite sœur Chloé rêve de journalisme et d’investigation (les gènes de papa en somme).

Lucie disparaît. Peu de temps après sa meilleure amie est retrouvée morte, sauvagement torturée, les os brisés, la moitié de son corps brûlé. Une horreur. Nathan Prieur devient une sorte de Liam Neeson, à la recherche de sa fille. Vivante ? Morte ? Qui ? Pourquoi ? Une vengeance ? Une mauvaise fréquentation ?

Autour de lui, sa famille semble s’écrouler, la tristesse, la culpabilité, l’absence, tous ces sentiments se mélangent pour former une ambiance tendue, une atmosphère chargée d’électricité dans laquelle le lecteur évolue à tâtons, craignant de tomber nez à nez face au monstre, au mal qui rôde. Nathan peut-il compter sur ses collègues ? Ses amis ? Peut-il compter sur lui-même ?

Non seulement Je serai toujours là est haletant, mais il s’inscrit en plein cœur de notre société, du monde tel que nous l’avons façonné. A tel point que nous nous demandons si cette histoire ne nous est pas déjà arrivée. Si nous n’avons pas déjà entendu un reportage retraçant une telle horreur. Lucie est exactement à l’image des adolescents de notre siècle : bercés de télé-réalité, pétris d’interdictions parentales (justifiées) et d’envies de rébellion.

Au fil de l’enquête au sein des services locaux, puis à son propre compte, Nathan Prieur s’englue jusqu’au cou dans des pistes lui faisant présager les horreurs les plus plébiscitées par Zone Interdite, Complément d’Enquête ou Faites Entrez l’Accusé… Du glauque, du pas fréquentable, des mauvaises rencontres, des connards, des obsédés, des trafiquants, des maquereaux… et toute la brochette de pourritures associées au crime et au vice en veux-tu en voilà.

Mais Philippe Savin a ce don de rester pudique et de ne pas virer au spectaculaire dans l’horreur, il n’en fait pas des tonnes, mais ses phrases courtes et ses transcriptions des pensées de Nathan nous touchent droit là où il faut.

Hors de question que je vous spoile la fin comme un sale geek qui n’aurait que ça à faire. Je ne vous dirais pas s’il retrouve sa fille. Seulement que la fin n’est pas là où on l’attendait. Et que c’est exactement ce qui fait tout l’intérêt du roman. Palpitant, angoissant, inattendu, Je serai toujours là vous laissera à bout de souffle, l’inquiétude et le frisson à fleur de peau.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Philippe Savin
Le Facebook de Philippe Savin


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=