Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je serai toujours là
Philippe Savin  (MA Editions)  octobre 2013

Une grande claque dans les dents. C’est à peu de chose près l’effet que m’a fait la lecture de ce livre. Un premier roman plus que réussi de Philippe Savin : Je serai toujours là. Le ton est donné au premier regard : une jeune femme, trois-quarts dos, un énorme tatouage fait de roses et de barbelé dans le dos. Passion + souffrance = thriller. Raccourci évident et juste.

Il vit dans le Sud de la France, sa cinquantaine se profile à l’horizon, mais quelle importance ? Il pourrait vivre en Corrèze et avoir 80 ans que son talent aurait le même effet. Dès le prologue, Philippe Savin nous plonge dans l’horreur des angoissantes scènes finales des thrillers les mieux côtés. "Il y a des vérités qu’on ne devrait jamais découvrir"…

Nathan Prieur est un flic de Paris, récemment affecté dans les Cévennes, après une affaire glauque. Il y mène une vie plutôt tranquille avec sa femme et ses deux filles, dans la jolie maison héritée de ses beaux-parents. Madame (Karine) est artiste peintre, Lucie est l’adolescente bravache de 16 ans et sa petite sœur Chloé rêve de journalisme et d’investigation (les gènes de papa en somme).

Lucie disparaît. Peu de temps après sa meilleure amie est retrouvée morte, sauvagement torturée, les os brisés, la moitié de son corps brûlé. Une horreur. Nathan Prieur devient une sorte de Liam Neeson, à la recherche de sa fille. Vivante ? Morte ? Qui ? Pourquoi ? Une vengeance ? Une mauvaise fréquentation ?

Autour de lui, sa famille semble s’écrouler, la tristesse, la culpabilité, l’absence, tous ces sentiments se mélangent pour former une ambiance tendue, une atmosphère chargée d’électricité dans laquelle le lecteur évolue à tâtons, craignant de tomber nez à nez face au monstre, au mal qui rôde. Nathan peut-il compter sur ses collègues ? Ses amis ? Peut-il compter sur lui-même ?

Non seulement Je serai toujours là est haletant, mais il s’inscrit en plein cœur de notre société, du monde tel que nous l’avons façonné. A tel point que nous nous demandons si cette histoire ne nous est pas déjà arrivée. Si nous n’avons pas déjà entendu un reportage retraçant une telle horreur. Lucie est exactement à l’image des adolescents de notre siècle : bercés de télé-réalité, pétris d’interdictions parentales (justifiées) et d’envies de rébellion.

Au fil de l’enquête au sein des services locaux, puis à son propre compte, Nathan Prieur s’englue jusqu’au cou dans des pistes lui faisant présager les horreurs les plus plébiscitées par Zone Interdite, Complément d’Enquête ou Faites Entrez l’Accusé… Du glauque, du pas fréquentable, des mauvaises rencontres, des connards, des obsédés, des trafiquants, des maquereaux… et toute la brochette de pourritures associées au crime et au vice en veux-tu en voilà.

Mais Philippe Savin a ce don de rester pudique et de ne pas virer au spectaculaire dans l’horreur, il n’en fait pas des tonnes, mais ses phrases courtes et ses transcriptions des pensées de Nathan nous touchent droit là où il faut.

Hors de question que je vous spoile la fin comme un sale geek qui n’aurait que ça à faire. Je ne vous dirais pas s’il retrouve sa fille. Seulement que la fin n’est pas là où on l’attendait. Et que c’est exactement ce qui fait tout l’intérêt du roman. Palpitant, angoissant, inattendu, Je serai toujours là vous laissera à bout de souffle, l’inquiétude et le frisson à fleur de peau.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Philippe Savin
Le Facebook de Philippe Savin


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=