Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La bonne âme de Se-Tchouan
Ateliers Berthier  (Paris)  novembre 2013

Comédie dramatique de Bertold Brecht, mise en scène par Jean Bellorini, avec Danielle Ajoret, Michalis Boliakis, François Deblock, Karyll Elgrichi, Claude Evrard, Jules Garreau,Camille de la Guillonnière, Jacques Hadjaje, Med Hondo, Blanche Leleu, Côme Malchiodi, Clara Mayer, Teddy Melis, Léo Monème, Marie Perrin, Marc Plas, Geoffroy Rondeau, Hugo Sablic et Damien Zanoly.

Les dieux se rendent dans la province reculée et misérable du Se-Tchouan pour y trouver une bonne âme mais, dans un monde corrompu et dur où les hommes redoublent d'égoïsme et se moquent bien des dieux, ils ont beaucoup de peine à voir aboutir leur quête. Ils finissent cependant par rencontrer Shen Te, une prostitué au grand cœur et la récompensent d'un peu d'argent.

Cet argent permet à Shen Te de se sortir de la misère et d'acheter un petit commerce, mais très vite, le voisinage va chercher à tirer profit de la bonne fortune de la jeune fille qui voudrait pouvoir sauver tout son petit monde et se retrouve bien vite à devoir faire des choix drastiques et inextricables.

Dans "La bonne âme du Se-Tchouan", Bertold Brecht évoque nombre de problématiques qui trouvent une grande résonance dans notre société, comme la difficulté d'améliorer l'état du monde par l'action individuelle, l'intransigeance capitaliste qui broie les individus et leurs conséquences désastreuses telles que l'égoïsme et une certaine dureté assumée mais sans doute nécessaire à la survie. Pour une fois, Bretch questionne le spectateur mais ne lui livre aucune réponse, laissant le débat ouvert, flottant.

Jean Bellorini et sa Compagnie Air de lune, déjà acclamés les saisons précédentes pour leurs adaptations vivantes et inventives de Rabelais ("Paroles gelées") et d'Hugo ("Tempête sous un crâne"), s'emparent de ce texte dense et mordant au message politique fort et prennent le parti d'en faire un spectacle contemporain, rythmé et poétique à l'esthétisme léchée et envoutante au détriment sans doute de l'ironie impitoyable et de la noirceur de l'auteur allemand.

Sur un plateau globalement nu et gris, évoquant un Se-Tchouan universel et post-industriel en plein délabrement les personnages aux looks un peu Deschiens (imaginés par Macha Makeïeff, assistée de Claudine Crauland) évoluent dans une mise en scène qui nous prouve que Jean Bellorini possède un sens du plateau et du show incomparable ainsi qu'une finesse de narration privilégiant le rythme et un certain lyrisme poétique.

S'affranchissant des partitions originelles, Jean Bellorini, Michalis Boliakis et Hugo Sablic nous proposent un univers sonore original, inspiré à la fois du répertoire lyrique et populaire, avec des musiciens toujours présents sur scène et qui composent une voix supplémentaire de la narration.

Le texte originel, traduit et adapté par Camille de la Guillonnière et Jean Bellorini, se trouve certes amputé d'une partie de son contenu (en particulier la toute fin) mais sans que cela ne trouble ni la narration, ni le message, porté d'autre part par une troupe de comédiens engagés et qui semblent prendre beaucoup de plaisir sur scène.

Les prestations de Karyll Elgrichi, magnifique de sensibilité dans une incarnation de Shen Te et du cousin Shui Ta d'autant plus percutante qu'elle est sans fioriture tout en étant très puissante, et celle de François Deblock, débordant d'énergie et de fraicheur dans le rôle du marchand d'eau, se distinguent cependant notablement.

Les trois heures de spectacle, qui pourraient en rebuter certains, passent admirablement grâce aux efforts de Jean Bellorini et de sa troupe pour capter le spectateur.

L'ensemble, cohérent, vivant, humaniste et frais, avec quelques trouvailles visuelles véritablement excellentes, remportera certainement l'adhésion du plus grand nombre, mais laissera peut-être un peu pantois les puristes de l'auteur qui regretteront, éventuellement, une version un peu trop aseptisée et dépolitisée, manquant de mordant, d'ambiguïté, voire de caractère.

Il est cependant rafraichissant de se confronter de temps à autre à un théâtre moderne qui a su désacraliser les classiques sans pour autant les vider de leur substance, s'affranchissant ainsi d'un certain élitisme intellectuel souvent contreproductif.

 

Cécile B.B.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 juin 2018 : Le jour le plus long

Cette semaine, c'est l'été, la Saint Jean et ses feux, le jour le plus long et sa Fête de la musique. Ca fait beaucoup pour un 21 juin. Pour marquer le coup, on organise un petit concert gratuit avec Donald Pierre, Alex Rossi, Nicolas Vidal et Cyril Adda ! En attendant, voici le sommaire de la semaine :
N'oubliez pas : On travaille actuellement sur une nouvelle version de Froggy's Delight et vous pouvez nous aider en répondant à ce petit questionnaire

Du côté de la musique :

Rencontre avec Brisa Roché autour de son album "Father"
"Hekatombeando" de Flor del Fango
Rencontre avec Foray
"Fortune EP" de Ghern
"Broken land" de Initiative H
"Matelot EP" de Laïn
"The iron age" de Nicolas Gardel et The Head Bangers
"F..k the jazz !" de Pascal Pistone et Delphine Lavergne au Petit théâtre du Bonheur
"Strangers" de The Ramona Flowers
"Banburismus" de Zonk't
et toujours :
Entretien avec Manu autour de son nouvel album "Entre deux eaux Vol. 1"
"Tarab" de Oiseaux-Tempête
"Father" de Brisa Roché, nouvel album à découvrir bientôt en session ici même
"Quelqu'un dans mon genre" de My Concubine
"Wild awake" de Parquet Courts
"Le deuxième soir non plus" de La Fille de la Côte
"The future and the past" de Natalie Prass
Rencontre avec Karina Duhamel et son projet K! à retrouver en session pour 3 titres

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Triomphe de l'Amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Manga Café - Trouble in Tahiti" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Cerisaie - Variations chantées" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le Bord" au Théâtre de l"Epée de Bois
"Feu la mère de Madame - Mais n'te promène donc pas toute nue !" au Théâtre Le Lucernaire
"7 contre 7" à la Manufacture des Abbesses
"Chance" au Théâtre La Bruyère
"Ava, la Dame verte" au Cirque Electrique
"Elle...Emoi" au Théâtre Raspail
"Peguy, le visionnaire" au Théâtre de la Contrescarpe
"50 ans , ma nouvelle adolescence" à la Manufacture des Abbesses
et les chroniques des autres spectacles de juin

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Sans un bruit" de John Krasinski
"Jericó, le vol infini des jours" de Catalina Mesa
Oldies but Goodies avec ;
"Cocktail Molotov" de Diane Kurys en version restaurée
"La Religieuse" de Jacques Rivette en version restaurée et en avant-première
Ciné en bref avec :
"La mauvaise réputation" de Iram Haq
"Jurassic World : Fallen Kingdom " de Juan Antonio Bayona
"Mon Ket" de François Damiens
"Demi Soeurs" de Saphia Azzeddine, François-Régis Jeanne
et les chroniques des autres sorties de juin

Lecture avec :

"Dehors" de Yann Moix
"Divine vengeance" de Fransceso Muzzopappa
"Funambules" de Charlotte Erlih
"L'Afrique, nouvelle frontière du djihad ?" de Marc antoine Pérouse de Montclos
"Le coeur des amazones" de Christian Rossi et Géraldine Bindi
"Le Grraaou" de Etienne Beck et Jonvon Nias
"Mon autre famille" de Armistead Maupin
"Une femme infréquentable" de Chris Dolan
"Une seconde de trop" de Linda Green
et toujours :
"Ayacucho" de Alfredo Pita
"Ceinture, rétro, clignotant" de Dorthe Nors
"La nuit de l'usine" de Eduardo Sacheri

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=