Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Blood Orange
Cupid Deluxe  (Domino Records)  novembre 2013

Le retour de Blood Orange avec un second album ne signifie pas que l’homme derrière le pseudonyme a été inactif, c’est même tout le contraire.

Dev Hynes a été vu et entendu partout en 2012, notamment aux cotés de Solange et du retentissant succès que fut le leur autour de l’EP True ou encore à la production du très réussi Everything is Embarassing de Sky Ferreira.

Mais Blood Orange reste pour l’homme l’occasion de développer tout un esthétisme sonique imaginé à partir de la sous culture new yorkaise, largement homosexuel, des "Ball" et immortalisé dans le documentaire Paris Is Burning.

Ce n’est d’ailleurs pas sans raisons, que la pochette de son premier album sorti en 2011 (Coastal Grooves), montrait une photo d’Octavia Saint-Laurent, l’un des personnages clés du dit documentaire. Et de voir l’artiste faire appel à un style vestimentaire proche des mouvances "Afro-chic" et d’exécuter des pas de danse inspirés du "Voguing", deux éléments qui sont eux aussi massivement présents dans les "Ball". Cupid Deluxe s’inscrit dans la ligne directe de son prédécesseur, mais on y découvre aussi une nouvelle profondeur et surtout un style qui s’affirme complètement.

De fait, ce nouvel album devient à la fois un opus éminemment classieux grâce à présence de guest tels que David Longstreth (Dirty Projectors) ou de Caroline Polachek (Chairlift) mais qui trouvera aussi le moyen de rythmer doucement vos belles soirées en empruntant les paillettes de la fin des années 80 / début 90 (rappelant par intermittences un Prince ou un MJ), mais aussi un album qui au-delà de la couleur pastel de sa pochette recèle une part d’ombre.

Une ombre qui pourra, par exemple, prendre forme sur les paroles du titre "Uncle Ace", référence directe aux lignes A, C et E du métro new yorkais, refuge et dortoir précaire des jeunes LGBT en déperditions. Et c’est ici que le charme de Dev Hynes réside. Non seulement celui-ci se pose comme un homme sensibilisé aux souffrances des minorités mais fait aussi largement usage du thème universel du cœur brisé.

En faisant appel à ses guitares et ses synthés exportés depuis les années 80, l’artiste mâtine ses chansons d’un air indéniablement respectable, alors que sa propre voix au modulo léger et hermaphrodite, réussit à conduire chaque oreille sur un terrain où la nostalgie prend des accents autant familiers qu’inédits. Ce tour de force dichotomique, son premier single "Chamakay" le répétait en alliant sensualité et chaleur à un chant onirique, presque absent. Même recette pour le titre "Uncle ACE" mentionné plus tôt, qui insiste sur une production pleine de chaleur et de vie et qui s’oppose aux lyrics évoquant une situation difficile. Dans les deux cas, Hynes trouve le moyen d’insuffler des mouvements organiques à ses deux titres, notamment grâce à l’intervention judicieuse d’un saxophone. Ailleurs, des titres comme "Time Will Tell" et "Chosen" réussiront avec leurs puissantes percussions à marquer l’artiste et son chant comme une âme sensible et légèrement anachronique, explorant les limites entre la musique à vocation romantique et celle rythmique.

Dev Hynes prouve avec Cupid Deluxe qu’il s’est construit un univers à fleur de peau, naviguant entre un romantisme au charme naïf et une connaissance intime d’un groove aux accents un tantinet érotique. Cocktail détonnant et alliance incongrue, si l’album ne garantira pas de grands émois à tous, il devrait au moins être capable de vous donner quelques frissons.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Freetown Sound de Blood Orange
La chronique de l'album Blood Orange Sirup de Teleferik
Blood Orange en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)

En savoir plus :
Le site officiel de Blood Orange
Le Soundcloud de Blood Orange
Le Myspace de Blood Orange
Le Facebook de Blood Orange


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=