Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alaïa
Palais Galliera  (Paris)  Du 28 septembre 2013 au 26 janvier 2014

Pour sa réouverture, le Palais Galliera a choisi de consacrer un exposition monographique, qui s'avère en sus une première rétrospective parisienne, au couturier Azzedine Alaïa et célèbre trois décennies de créations intemporelles qui célèbrent le corps de la femme érigée en vestale sculpturale.

Le commissaire de l'exposition, Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, historien d'art qui a signé nombre des expositions de mode présentées notamment au Musée des Arts Décoratifs, a opéré, en collaboration avec l'intéressé, une rigoureuse sélection de soixante-dix modèles iconiques pour retracer un parcours créatif unique.

Loin de la monstration spectaculaire, le designer Martin Szekely chargé de la scénographie oeuvre dans l'épure avec un jeu de lumières tamisées qui exaltent les volumes majestueux coiffés par les coupoles réalisées par le célèbre mosaiste italien Giandomenico Facchina, les boiseries noires et les murs au rouge pompéien du lieu.

Sans vitrine ni stockman, mais des podiums noirs et des formes en plexiglas, les modèles exposés vus à distance semblent en apesanteur soulignant la silhouette parfaite de corps invisibles et cependant, à l'approche, à la présence presque palpable.

Alaïa, le couturier de l'éternel féminin

L'exposition ne propose pas un parcours chronologique imposé mais une déambulation libre au sein des collections mêlées qui mettent en évidence la permanence du vocabulaire stylistique du couturier "body liner".

Alaïa, le petit grand couturier à l'austère costume noir à la Mao conçoit le vêtement comme une seconde peau et s'inscrit comme l'héritier assumé de Madeleine Vionnet, créatrice du début du 20ème siècle qui constitue "la" référence absolue et met une technique hors pair au service de la beauté plastique.

Formé à l'ancienne dans un atelier de couture tout en étudiant la sculpture à l'Ecole des Beaux-Arts de Tunis, Azzedine Alaïa maîtrise toutes les étapes de la réalisation du vêtement qu'il conçoit comme une seconde peau indissociable d'une anatomie féminine idéale.

Car la femme d'Alaïa a non seulement un physique sans défaut mais une morphologie qui répond aux canons de la beauté classique qu'il résume ainsi : "L’épaule est essentielle, la taille primordiale. La cambrure des reins et le derrière sont capitaux. La poitrine, on s’en arrange toujours"

Alaia c'est donc une technique époustouflante qui tend à l'épure, la sophistication de la coupe sous une apparente évidence, la fluidité de la forme et des tissus et l'exploration tant des matières souples et malléables, du strech à la maille en passant par la fibre antistress, que de la souplesse insoupçonnée des matières "raides" à l'instar du cuir, du drap ou du raphia.

Et le vêtement Alaïa n'étant ni costume ni déguisement, l'utilisation économe de l'ornement, souvent né d'un détournement tels le zip ou l'oeillet, requis davantage pour sa valeur structurante que pour sa finalité décorative.

S'il joue sur les couleurs solaires saturées ou les ocres séculaires et les imprimés qui évoquent la terre d'Afrique et exaltent la beauté de la femme noire - Grace Jones fut une de ses muses - , il sublime la palette minérale avec toutes les déclinaisons du noir avec des création stout aussi intemporelles que novatrices pour l'oeil contemporain.

Et il ne reste ensuite au visiteur qu'à traverser les jardins du Palais Galliera pour se rendre au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris.

La salle Matisse, en accès libre, accueille un florilège de modèles d'exception présentés en résonance avec les deux compositions monumentales du peintre sur le thème de la danse.

Ainsi les robes à l'évasé corolle et "La Danse ou Lutte des Nymphes". Ou quand les robes-sculptures dialoguent avec la peinture.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Palais Galliera

Crédits photos : © Pierre Antoine
avec l'aimable autorisation du Palais Galliéra


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=