Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Accapareurs
Théâtre de l'Opprimé  (Paris)  novembre 2013

Comédie dramatique de de Phillip Löhle, mise en scène par Clément Carabédian, avec Clément Carabédian, Alex Crestey, Benjamin Groetzinger, Eloïse Hallauer, Marie-Cécile Ouakil, Benït Peillon, Marion Petit, Guillaume Ravoire, Tiphaine Rabaud-Fournier, Colin Rey, Naïé Dutrieux, Estelle Gautier, Grégoire Durrande, Mathieu Durbec, Thibaut Champagne et Eve Ragon.

Pépin vient de se marier. A l'issue de la cérémonie, il s'installe avec sa nouvelle épouse dans un prototype de maison qu'il est en train de mettre au point, une maison écologique, en bord de rivière, qui sauvera l'humanité de la montée des eaux.

Malheureusement l'Allemagne traverse une très longue période de sécheresse. Pépin doit alors faire face à des difficultés techniques à l'intérieur de la maison et des difficultés financières en raison des investisseurs qui le soutiennent mais attendent des résultats en grandeur réelle. En quelques mois, son obsession pour la maison finira, au fil de nombreux quiproquos, par détruire son couple et ses amitiés.

La pièce de Philipp Löhle, "Les Accapareurs", a été créée en 2008. Le jeune auteur allemand aborde le thème de l'écologie pour mieux soutenir une réflexion sur la perte de repères au sein de la société, l'absence d'écoute de l'autre et la déliquescence des rapports humains. L'écriture de Philipp Löhle participe aussi de l'impression grandissante d'un mental qui se fracture puisque ses phrases sont hachurées et le rythme soutenu.

Mise en scène par Clément Carabédian, la pièce est essentiellement portée par Colin Rey en personnage central. Dans la figure du sauveur, c'est autour de lui, de ses obsessions, de son invention qui petit à petit se transforme en une forteresse mentale, que se déroule l'action.

Retranché à l'intérieur de la maison, Pépin se défend contre les "accapareurs" de toute espèce. Chacun des autres personnages devient alors un ennemi potentiel.

Dans le rôle de la meilleure amie de sa femme, on remarquera le jeu solide de Marie-Cécile Ouakil. Enfin, autour de Pépin, sa femme, le couple d'amis et les investisseurs, il y a le monde, le regard extérieur. Six comédiens sont donc les narrateurs de l'histoire, qui, habillés en uniformes de lycéens, s'adressent directement au public.

Ces comédiens, jeunes, symbolisent autant ce monde extérieur et suicidaire que Pépin doit sauver de lui-même que l'avenir. Le parti-pris de Clément Carabédian est, d'une part, de faire référence au chœur antique et, d'autre part, de montrer la pensée unique à laquelle Pépin se sent confronté.

On pense aux lycéens de "Battle Royal" ou aux adolescents du "Village des Damnés". En dialogue avec les choristes, Naïé Dutrieux à la flûte traversière offre des mélodies qui visent à établir un contact entre le spectateur et les états d'âme contemplatifs de Pépin.

Le texte de Philipp Löhle tend vers la satire et l'absurde mais ne parvient pas à monter en crescendo comme on pourrait s'y attendre. Loin des explosions de rires que Tom Sharpe ou Elmore Leonard, par exemple, pourraient tirer d'une telle situation de départ, Philipp Löhle semble engoncé dans un humour trop timide.

Dans l'imaginaire collectif, la nation allemande est plus encline à exporter ses voitures que ses comédies ou ses auteurs et ses acteurs comiques. Peut-être le spectateur français manque-t-il des références nécessaires pour accrocher à l'humour de Philipp Löhle.

Au final, malgré des thèmes abordés intéressants et d'actualité, une mise en scène astucieuse et des acteurs à la hauteur de leur rôle, la pièce peine à accrocher totalement le spectateur. 

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=