Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thomas Fersen - Yvan Marc
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 12 décembre 2013

Rien sur scène. Juste le noir. - Il n'a pas de prénom ? - Si… deux. Yvan Marc.

Il est seul. Il entre. Puis ils sont quatre. Ça bosse en bande, ça produit. C’est un besogneux Yvan Marc, un maraîcher de couplets bien mûrs, un laboureur de chants, un travailleur aux grands airs. Avec son GAEC banjo, percu, guitares, il s’associe à Carotte prod - pour une production locale hors du cumin - et directement aux consommateurs, sa belle cerise se retrouve vendue dans les paniers culturels de l’association InOuïe Distribution. Antoine et Johnny peuvent aller se faire tondre. Pas de cheveux, circuit court. Les locavores sont heureux.

"C’est la cerise sur le dos de ceux qui se tuent au boulot, pas de repos pour les petits, c’est ainsi."

Si La Cerise est sa récolte de l’année, n’oublions pas La grève et A bout de bras, ses albums précédents, ses collaborations, avec Mickey - 3D - Furnon entre autres et de la scène depuis 15 ans. Ainsi avec Yvan Marc, la soirée est lancée. Les titres s’enchaînent et c’est plaisant. Yvan Marc, c’est une écriture pas dégueulasse, qui s’amuse de sonorités dans les jeux de mots. Son phrasé reconnaissable donne du caractère au chant. Les mélodies rock terroir, si elles ne resteront pas au panthéon des aubades immortelles, n’en sont pas pour autant fastidieuses et servent le lien au texte et à l’interprétation. Les entre chansons fonctionnent, le public, bon public accroche.

Le spectacle se déroule sans anicroche ni coup d’éclat, on passe un bon moment et c’est déjà ça. Certes, c’est un peu laborieux parfois, les ficelles sont un peu grosses quelquefois, mais ça fonctionne ! Il n’y a pas tromperie sur la marchandise. A défaut de mettre tout le monde d’accord en imposant un univers scénique indiscutable, Yvan Marc, à la force du poignet, va chercher son public. Celui-ci se laisse prendre, et s’en égaie ! Que demande le peuple ? Au final, une belle prouesse pour une belle première partie de soirée.

Ne nous y trompons pas, Yvan Marc ferait tout aussi bien une belle tête d’affiche. Ses talents cités éclateraient comme autant d’évidences et les faiblesses resteraient bien facilement dans l’ombre. Oui mais voilà, nous avons beau nous vautrer dans l’utilisation outrancière du présent de l’indicatif, les instants chroniqués le sont a posteriori, une fois la soirée passée… et la soirée de ce jour se conclut par une seconde partie, de celle qui fausse les boussoles, font perdre le Nord et efface tous les repères.

Son aura le précède, il la suit à quatre pieds, les mains chaussées de mocassins qu’il abandonnera sur scène, pour s’accrocher à son pied de micro comme à une contrebasse, penché en avant, nonchalamment victime de la gravité et, sans un mot prononcé, dans une simplicité toute maîtrisée, il chante, paupières à demi-closes, Thomas Fersen chante et met tout le monde d’accord.

Bien sûr techniquement la prestation est parfaite. Comme toujours le son est remarquable, chaque note se détache, trouve sa place dans l’harmonie et la voix se pose. Au-dessus, intelligible, cette voix au grain symptomatique, pas forcée mais comme sculptée par les années qui assèchent, les manques qui étranglent et les excès qui affaissent, cette voix, entoure chaque spectateur et lui murmure à l’oreille son concert, son Thomas Fersen.

Chacun est venu voir son Thomas Fersen. Combien y en a-t-il ? Autant que d’albums, autant que de tournées, que de chansons préférées, que de souvenirs de concerts… autant que de spectateurs. Alors le tour de force est de réconcilier ces Fersen. L’expérience parle. Portés par le complice de toujours à la guitare, Pierre Sangra, et s’appuyant sur l’esprit du dernier album, les arrangements de cette tournée font le lien entre les nouveaux morceaux qui ouvrent et referment le set et les titres phares de la carrière déjà conséquente du monsieur. "Louise" croise "La Chauve-souris", "Hyacinthe", "Pégase", "Zaza", "Le Balafré" et les tubes de Pièce montée des grands jours

Mais bien au-delà de la balade au sein de l’œuvre, la grande communion fonctionne grâce à la formule proposée. Par un savant dosage de rapprochement avec le public et de distance alternée, Thomas Fersen aime posséder et se faire désirer. Quitte à saluer et vider la scène au bout d’une heure de spectacle.

Bien sûr tout le monde s’attend à un rappel, mais pas forcément à trois, puis quatre puis… bref au final, personne n’aurait parié sur ce spectacle de deux heures et quart, spectacle au rythme maîtrisé de bout en bout, dans ses respirations comme dans ses pointes les plus énergiques. Chaque retour sur scène est une nouvelle proposition. Solo piano voix. Duo avec Pierre Sangra. Six musiciens en fanfare… et Fersen, pluriel. Nonchalant, vacillant, bovin, dansant, vintage, charmeur, torrentueux, énigmatique, juste, drôle, inébranlable… C’est un roc.

Bien sûr techniquement la prestation est parfaite, mais l’intérêt réside ailleurs et la réussite ne tient pas à cela, loin s’en faut. L’intérêt de voir, revoir et revoir encore ces artistes à la carrière déjà longue est de sentir, tournée après tournée, s’exprimer l’œuvre, dans son naturel le plus brut.

Evidemment, il faut se nourrir de nouveautés, chercher les découvertes, promouvoir la scène émergente, mais comme une expérience à suivre dans la durée, il faut aussi regarder ces bêtes de scène évoluer. De date en date, l’univers Fersen prend le dessus. Pas de décor pharaonique, pas de costumes fabuleux, mais le monde de Fersen qui vous tombe sur le coin de la gueule au premier morceau et dont vous vous libérez au plus tôt à l’extérieur de la salle, plus tard dans la nuit.

Thomas Fersen ne transige pas, ne gère pas son show en bon technicien de la scène, mais crée son univers, de mots, de lumières et de notes, démiurge sur les planches. Tout est naturel mais rien n’est laissé au hasard. Un sourire, une poésie et un pas de danse et son monde est convoqué en grande pompe.

En grandes pompes, du quarante et un dans de l’anguille. Une à chaque main. Noir sur scène.

Il a un prénom. Il s’est fait un nom. La classe !

"Écartez-vous la populace,
Regardez-donc qui c'est qui passe,
C'est Joe-la-Classe."

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Gratte moi la puce, Best of de poche de Thomas Fersen
La chronique de l'album Je Suis Au Paradis de Thomas Fersen
La chronique de l'album Thomas Fersen & The Ginger Accident de Thomas Fersen
La chronique de l'album Un Coup de Queue de Vache de Thomas Fersen
Thomas Fersen en concert au Festival Solidays 2004 (dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2004 (dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Thomas Fersen en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Thomas Fersen en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
L'interview de Thomas Fersen (mardi 13 décembre 2016)
Yvan Marc en concert au Fil (17 janvier 2009)

En savoir plus :
Le site officiel de Thomas Fersen
Le Facebook de Thomas Fersen
Le site officiel de Yvan Marc
Le Soundcloud de Yvan Marc
Le Myspace de Yvan Marc
Le Facebook de Yvan Marc

Crédits photos : Cyril Hortala & Laurence Rigaudon


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Thomas Fersen (13 décembre 2016)


# 10 décembre 2017 : Ah que coucou !

Tout le monde à suffisamment, largement, exagérément parlé de la mort de Johnny. Pour cette édition de Froggy's Delight, rien sur la vieille canaille, que du neuf, du sautillant, du pétillant et de l'excitant. C'est parti pour la sélection de la semaine, de quoi piocher vos idées de Noël.

Du côté de la musique :

"L'empreinte" de Angel Fall
"Too many things to light" de Black Car Crossin'
"Le violon de Proust" de Gabriel & Dania Tchalik
"Dreameater" de Garciaphone
"A kind of magic" , Jazz Loves Disney 2 avec George Benson, Jamie Cullum, Eric Cantona, Madeleine Peyroux, Bebel Gilberto...
Riviera, Nuits Blondes, The Newtons dans une sélection single & EP
"Vocalises" de Romain Leleu & Thiierry Escaich
"Vestida de nit" de Silvia Pérez Cruz
"Vive la patate libre !" de Stéphane Blek
et toujours :
"Handel : Shades of love, Italian cantatas" de Anna Kasyan
"The thread" de Lysistrata
"Jolly new songs" de Trupa Trupa
"Heaven upside down" de Marilyn Manson
"Besame mucho" de l'Ensemble Contraste & Orchestre Philarmonique Royal de Liège
"Royaume EP" de La Féline
"Babylone EP" de La Jarry
"La caverne" de Lande
"Après l'orage" de Nour
"Renaissance" de Pépite
Interview de Bajram Bili

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Empire des lumières" à la MC93 à Bobigny
"Le dernier voyage de Sinbad" au Théâtre 13/Seine
"Quitter la terre" au centre Culturel Suisse
"Adieu Ferdinand ! - Le Casino de Namur" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Adieu Ferdinand ! - Clémence" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"La Chambre de Marie Curie" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Trio en mi bémol" au Théâtre de l'Opprimé
"Pierre Palmade - Aimez-moi !" au Théâtre du Rond-Point
"Youpi c'est reparti !" au Cabaret La Nouvelle Eve
"La croisière ça use !" au Théâtre Edgar
"Tinder Surprise" au Théâtre Edgar
"Apzurde !" au Théâtre Trévise
"Stomp" aux Folies Bergère
"Les Réformés" au Kibélé
des reprises à ne pas rater :
"Berlin 33" au Théâtre de Belleville

"C'est la guerre" au Théâtre Essaion
et les chroniques des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"Jean Echenoz - Roman Rotor Stator" au Centre Pompidou
"Icônes et arts chrétiens d'Orient" au Petit Palais
et dernière ligne droite pour "Anders Zorn - Le maître de la peinture suédoise" au Petit Palais

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Lucky de John Carroll Lynch
"Soleil battant" de Clara Laperrousaz et Laura Laperrousaz
"La Fiancée du désert" de Cecilia Atán et Valeria Pivato
Ciné en bref avec :
"Les Gardiennes" de Xavier Beauvois
"Marvin ou la belle éducation" de Anne Fontaine
"Battle of The Sexes" de Jonathan Dayton et Valerie Faris
"Plonger" de Mélanie Laurent
"Tueurs" de François Troukens et Jean-François Hensgens
"Le brio" de Yvan Attal
"Le Bonhomme de neige" de Tomas Alfredson
"Bad Moms 2" de Scott Moore et Jon Lucas
les chroniques des autres sorties de décembre
et les chroniques des sorties de novembre

Lecture avec :

"L'espionne" de Paulo Coelho
"La belle sauvage" de Philippe Pullman
"La lagune" de Armand Marie Leroi
"La vallée du diable" de Anthony Pastor
"Le journal d'Anne Frank" de Ari Folman et David Polonsky
"Quattrocento" de Stephen Greenblatt
"Retour sur Belzagor : Tome 1" de Robert Silverberg, Philippe Thirault et Laura Zuccheri
et toujours :
"Après la chute" de Dennis Lehane
"L'araignée de Mashhad" de Mana Neyestani
"L'une pour l'autre" de Hilding Sandgren
"La disparue de noël" de Rachel Abbott
"La faute de l'orthographe" de Arnaud Hoedt, Jérôme Piron et Kevin Matagne
"Une vie exemplaire" de Jacob M. Appel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=