Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ebony Bones
Behold A Pale Horse  (1984 Recordings)  août 2013

Dès 2012, la chanteuse annonçait qu’elle travaillait avec l’orchestre national de Mumbai et partageait un extrait qui deviendra par la suite l’introduction éponyme épique à son nouvel album. Intitulé Behold A Pale Horse et truffé de références bibliques, le second opus d’Ebony Bones voit surtout l’avènement d’une musique pop qui prend de la distance quant au style (il faut le reconnaître) un peu fourre-tout avec lequel nous l’avions découvert en 2009.

Plus mélodieux, moins festif, Bones réussit néanmoins à concentrer son énergie si particulière dans sa voix et dans l’omniprésence pétaradante et tonitruante des percussions. Pour autant, on appréciera une évidente volonté à ne pas simplement répéter les recettes passées.

De fait, son véritable premier single se lançait à l’assaut de territoires nouveaux et prenait un parti résolument plus mature dans son orchestration. "Mystery Babylon Balloons" s’entendait alors comme une production écartelée entre une atmosphère sombre, presque pesante et un chant frôlant l’hystérie, le tout étant renforcé en vidéo par une utilisation judicieuse des scènes du Metropolis de Fritz Lang.

Plus sombre encore, "I See, I Say" voit une Bones s’essayer à un genre proche de la musique Trap, une comparaison qui remettra en lumière certains de ses titres parus en 2009, la frappant au final du sceau de l’avant-gardisme.

Et puisque l’album conjure de nombreuses références à la Bible ("Pale Horse", "Lazarus" et "Bread & Circus"), avec une pure logique manichéenne celui-ci trouvera ses moments de grâce lumineux, comme lors de la reprise du titre de The Smith, "What Difference Does It Make" ou sur "While The People S.L.E.E.P." et leur triple couche de percussions. On y remarquera aussi plus évidemment, la présence d’une guitare électrique qui hantera avec beaucoup plus de force le background sonore.

Mais tous ses artifices peineront à dissimuler une certaine pauvreté. D’abord dans les textes, depuis "I See, I Say" qui joue la carte de la mise en abysse samplé, jusqu’à la réédition de son excellent titre "W.A.R.R.I.O.R." comme piste bonus. Mais aussi - et sutout - avec des pistes à l’instrumentalisation lente, sans surprises et qui finiront par lasser bien vite. Tel le titre "I.N.V.I.N.C.I.B.L.E.", pointant ici les véritables faiblesses d’un album qui peine à se ménager une identité solide et au moins aussi tonitruante que son prédécesseur.

C’est qu’en réalité, "Behold A Pale Horse" trébuchera sur son manque d’efficacité à rallier les oreilles aussi facilement que "Bone of My Bones" sorti en 2009 et sur la rude concurrence entre-temps apparue. Etant entendu que les prémices musicaux initiés par Bones, dans lesquels s’entremêlaient plusieurs genres et références, ont été assimilés par une toute nouvelle génération de musiciens. Forçant le retour de la londonienne colorée, à s’effectuer en demi-teintes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ebony Bones en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Ebony Bones en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
Ebony Bones en concert à La Maroquinerie (dimanche 23 février 2014)
L'interview de Ebony Bones (dimanche 23 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Ebony Bones
Le Soundcloud de Ebony Bones
Le Myspace de Ebony Bones
Le Facebook de Ebony Bones


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=