Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ebony Bones
Behold A Pale Horse  (1984 Recordings)  août 2013

Dès 2012, la chanteuse annonçait qu’elle travaillait avec l’orchestre national de Mumbai et partageait un extrait qui deviendra par la suite l’introduction éponyme épique à son nouvel album. Intitulé Behold A Pale Horse et truffé de références bibliques, le second opus d’Ebony Bones voit surtout l’avènement d’une musique pop qui prend de la distance quant au style (il faut le reconnaître) un peu fourre-tout avec lequel nous l’avions découvert en 2009.

Plus mélodieux, moins festif, Bones réussit néanmoins à concentrer son énergie si particulière dans sa voix et dans l’omniprésence pétaradante et tonitruante des percussions. Pour autant, on appréciera une évidente volonté à ne pas simplement répéter les recettes passées.

De fait, son véritable premier single se lançait à l’assaut de territoires nouveaux et prenait un parti résolument plus mature dans son orchestration. "Mystery Babylon Balloons" s’entendait alors comme une production écartelée entre une atmosphère sombre, presque pesante et un chant frôlant l’hystérie, le tout étant renforcé en vidéo par une utilisation judicieuse des scènes du Metropolis de Fritz Lang.

Plus sombre encore, "I See, I Say" voit une Bones s’essayer à un genre proche de la musique Trap, une comparaison qui remettra en lumière certains de ses titres parus en 2009, la frappant au final du sceau de l’avant-gardisme.

Et puisque l’album conjure de nombreuses références à la Bible ("Pale Horse", "Lazarus" et "Bread & Circus"), avec une pure logique manichéenne celui-ci trouvera ses moments de grâce lumineux, comme lors de la reprise du titre de The Smith, "What Difference Does It Make" ou sur "While The People S.L.E.E.P." et leur triple couche de percussions. On y remarquera aussi plus évidemment, la présence d’une guitare électrique qui hantera avec beaucoup plus de force le background sonore.

Mais tous ses artifices peineront à dissimuler une certaine pauvreté. D’abord dans les textes, depuis "I See, I Say" qui joue la carte de la mise en abysse samplé, jusqu’à la réédition de son excellent titre "W.A.R.R.I.O.R." comme piste bonus. Mais aussi - et sutout - avec des pistes à l’instrumentalisation lente, sans surprises et qui finiront par lasser bien vite. Tel le titre "I.N.V.I.N.C.I.B.L.E.", pointant ici les véritables faiblesses d’un album qui peine à se ménager une identité solide et au moins aussi tonitruante que son prédécesseur.

C’est qu’en réalité, "Behold A Pale Horse" trébuchera sur son manque d’efficacité à rallier les oreilles aussi facilement que "Bone of My Bones" sorti en 2009 et sur la rude concurrence entre-temps apparue. Etant entendu que les prémices musicaux initiés par Bones, dans lesquels s’entremêlaient plusieurs genres et références, ont été assimilés par une toute nouvelle génération de musiciens. Forçant le retour de la londonienne colorée, à s’effectuer en demi-teintes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Ebony Bones en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Ebony Bones en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
Ebony Bones en concert à La Maroquinerie (dimanche 23 février 2014)
L'interview de Ebony Bones (dimanche 23 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Ebony Bones
Le Soundcloud de Ebony Bones
Le Myspace de Ebony Bones
Le Facebook de Ebony Bones


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=