Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Julien Gasc
Interview  (Par mail)  janvier 2014

Julien Gasc est une sorte d’esthète. Presque un dandy mais avec un petit côté narquois. Ses inspirations, il les trouve dans le meilleur de la musique pop, surtout française, des années 70, celle finement ouvragée que l’on retrouve chez des artistes comme Gainsbourg ou Le Baron Bernard Estardy. Auteur, compositeur et interprète, Julien Gasc enchaîne avec talent les projets et les collaborations : Aquaserge groupe à la pop psychédélique, Stereolab, Laetitia Sadier, April March, Bertrand Burgalat ou Hyperclean.

Son disque Cerf, Biche et Faon, enregistré sur un magnétophone quatre-pistes à cassette, pour l’approche sonore, est un bonheur pour qui aime cette pop française en technicolor. En bon fils spirituel de Philippe Katerine, l’homme est malin et aime le danger. Souvent enregistré en une prise, dans une certaine urgence, laissant la place aux accidents, certaines chansons ont même été composées et enregistrées en une journée. Pop, romantique et brute mais comme sur du velours.

Qui est Julien Gasc ?

Julien Gasc : Je suis un auteur, compositeur et interprète.

Pourquoi avoir eu envie de sortir un album solo après toutes vos collaborations ?

Julien Gasc : Pour chanter ce que j’avais au fond du cœur et pour me retrouver seul la nuit, très tard dans l’electric mami studio.

Vous semblez inspiré par la musique des années 70, quelles sont vos influences ?

Julien Gasc : Les lieder de Robert Schumann, de Franz Schubert. Patti Smith, The Germs, Yo LaTengo, Margo Guryan, Susan Christie, Paul Williams, R Stevie Moore.

Comment décrire votre musique ?

Julien Gasc : Ce sont des chansons pop du quotidien.

D’où vient ce titre Cerf, Biche et Faon ?

Julien Gasc : C’est mon pote Bruno Persat qui l’avait trouvé en me disant que ce serait un chouette nom de groupe.

Vous vous permettez sur ce disque, bien que très travaillé, des accidents. Est-il un « antidote » à votre travail en studio ?

Julien Gasc : Les prises durent sur toute la longueur des morceaux, j’ai tout gardé, certains passages sont mal joués individuellement, mais sonnent bien dans les mixes.

Pourquoi avoir décidé d’enregistrer sur un quatre-pistes à cassette ?

Julien Gasc : Car mon pote Bruno Persat m’a offert ce quatre-pistes Tascam, j’avais enregistré “Le Meilleur“ d’Eddy Crampes dessus et je voulais continuer à utiliser ce grain.

Cinq albums indispensables ?

Julien Gasc : "L’amour et la vie d’une femme" de Robert Schumann, "Courts Metrages" de Francois De Roubaix, "Phonography" de R. Stevie Moore, "Someday Man" de Paul Williams et "Four Organs - Phase Patterns" de Steve Reich.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Kiss Me, You Fool ! de Julien Gasc

En savoir plus :
Le Soundcloud de Julien Gasc
Le Facebook de Julien Gasc


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=