Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Wedding Present
Seamonsters  (Camden)  mai 1991

1991 : après le succès de Bizarro, The Wedding Present rentrent en studio avec Steve Albini pour leur nouvel album. Le disque est attendu et les fans se demandent ce qu'ils vont bien pouvoir faire pour surpasser le précédent opus. Le précieux cd à la pochette épurée arrive donc sur les platines des fans après une difficile attente et avec un peu d'appréhension.

Dès la première écoute, dès le premier titre, dès les premières secondes, il est facile de sentir que l'on tient là quelque chose d'unique. Le volume est intentionellement très bas quand "Dalliance" commence. S'en suivent 40 minutes d'une plongée dans un univers sombre, violent et dans la découverte d'un chef d'oeuvre.

Le premier titre, "Dalliance" donc, annonce la donne et déroule sur 5 petites minutes une incroyable escalade dans le son, les guitares se cumulant les unes aux autres tandis que les distortions se multiplient pour créer un brouillard de plus en plus épais dans lequel la voix de David Gedge se déchire. Le malheureux qui aurait augmenté le volume de son ensemble hifi au début du morceau en sort assourdi, décomposé.

Il n'y aura aucune trêve dans l'album : sitôt la puissance du premier titre retombée, l'album enchaîne sur "Dare", court morceau à l'efficacité incroyable. Ici pas de mur de son mais une tornade dévastatrice sur le thème cher à Gedge qui est l'adultère ('Nothing can go wrong/if you're not here too long/Stay all night I dare you').

C'est sur "Suck" que l'on commence à voir l'importance de la batterie dans cet album. Là où la plupart des groupes utilisent principalement cet instrument pour donner le rythme, The Wedding Present, avec la complicité du roi Albini, le mettent au même plan que la guitare ou la voix. La batterie est omniprésente, pesante, variée et participe grandement à l'ambiance de chaque titre.

Après quelques excellents titres plus calmes, l'album atteint son apogée avec les deux morceaux siamois reliés par une ligne de larsen que sont "Lovenest" et "Corduroy". Alors que le premier propose de fabuleux roulements de batterie dans une atmosphère lourde et bruyante, le second alterne les changements de rythmes, les passages noisy et les envolées de guitares cinglantes ultra rapides à la Tommy ou George Best. Deux titres enchainés pour le sommet de l'album, deux lovesongs à la Gedge.

Après cette tempête, l'album retrouve le calme avec les derniers morceaux. Un calme tout relatif émaillé de quelques envolées distordues mais dans lequel on sent que l'orage est passé. Le disque s'achêve sur le magnifique "Octopussy", justement l'un de ces monstres marins dont nous parle David Gedge et qui retournent dans les profondeurs après avoir tout retourné sur leur passage.

42 minutes, 10 chansons (avec un seul mot pour chaque titre), à peine plus d'accords de guitare, le génie de Gedge, la patte d'Albini et un frisson à chaque écoute presque 15 ans après. L'album du siècle.

 

Note : en 2001 une version remasterisée et agrementée de différents bonus a été publiée. Même si elle contient certains titres enregistrés par Albini et issus des singles de Seamonsters, elle contient également des chansons qui n'ont pas grand chose à voir avec l'ambiance de l'album.

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hit Parade de The Wedding Present
La chronique de l'album Bizarro de The Wedding Present
La chronique de l'album Take fountain de The Wedding Present
La chronique de l'album Search for paradise de The Wedding Present
La chronique de l'album Live de The Wedding Present
La chronique de l'album Valentina de The Wedding Present
Articles : The Wedding Present - Le retour
The Wedding Present en concert à La Maroquinerie (16 mars 2005)
The Wedding Present en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
The Wedding Present en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The Wedding Present en concert au Trabendo (25 octobre 2005)
The Wedding Present en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
The Wedding Present en concert à L'Ubu (lundi 22 octobre 2012)
La conférence de presse de David Gedge - The Wedding Present (12 août 2005)

En savoir plus :

Le site officiel des Wedding Present : www.scopitones.co.uk


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=