Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aline
Interview  (Par mail)  janvier 2014

Il y a un an jour pour jour sortait Regarde Le Ciel, le premier album d’Aline. Un album qui proposait une musique pop mélodique et soignée. Le groupe a rencontré un succès critique et public amplement mérité, et s’est inscrit comme un des fers de lance de cette nouvelle scène pop française. Rencontre avec Romain Guerret, chanteur et guitariste du groupe.

Une année est passée depuis la sortie de Regarde le Ciel. Une année que j'imagine riche en émotions. Quel regard portes-tu sur cette année écoulée ?

Romain Guerret : Avec le recul on peut dire que 2013 fut une année tourbillonnante, une année exténuante aussi. On a beaucoup appris sur le milieu de la musique, sur la scène, sur nous-même, sur la France et son réseau autoroutier. On croisait beaucoup de gens sur la route et partageait de très bons moments avec d'autres groupes, le public. Des amitiés se sont créées, on a aussi pas mal progressé.

L’imaginais-tu ainsi ?

Romain Guerret : Non. On avait au fond de nous l'espoir que les choses se passent bien mais comme depuis le début, ça a toujours été assez compliqué pour Aline, on ne se faisait pas trop d'illusion. On profite de ce qu'il y a de bon à prendre, rien n'est acquis, on vit les choses au jour le jour avec, pour seule ambition, de ne pas mourir trop vite.

Avec le recul, si tu avais des choses à changer sur le disque...

Romain Guerret : C'est très compliqué d'être objectif avec son propre travail. Raisonnablement, je ne dirais pas grand chose en fait... Il est le reflet exact de mon état d'esprit d'il y a trois ou quatre ans. C'est un premier album qui est une synthèse entre Young Michelin et Aline, un passage. Personnellement, je n'écoute pas ce que j'ai fait par le passé, ou très rarement ou par hasard. Donc Regarde le ciel n'échappe pas à la règle. Si je l'écoute, je vais lui trouver plein de défauts et déprimer. En tout cas, il gardera toujours une place à part dans mon cœur. C'est la chose qu'on a faite qui a le plus "marché" et il sera à jamais chargé de souvenirs, bons et mauvais, car sa genèse correspond à une période difficile pour moi et sa sortie et son exploitation à une période d'excitation et de nouveauté comme une renaissance.

Pour le prochain album, je me suis juré de composer des morceaux dans ma tonalité !

Vous avez pas mal tourné. Quels sont tes meilleurs souvenirs ? Les pires ?

Romain Guerret : Oui nous avons fait une petite centaine de concerts avec Aline. Nos meilleurs souvenirs sont, je pense, et là je parle pour tout le monde, liés au fait même de tourner. Il y a bien évidemment des anecdotes précises qui resteront mais ce qu'il en reste ce sont des impressions, des ambiances, des atmosphères, des décors, des lumières et des paysages, une poésie du déplacement et malgré la petite pression que les concerts engendrent un certain lâché prise. Une sorte de "dérive" raisonnée. Sillonner la France, un territoire, en camion en compagnie de gens que l'on apprécie pour aller donner des concerts, c'est assez magique quand c'est la première fois et que l'on n'est pas blasés. J'ai pu dresser une espèce d'état des lieux d'un pays et d'une population à une période donnée, établir des comparaisons, noter des différences. Si j'ai pu déplorer une certaine uniformisation, des décors urbains et des modes de vie (du style vestimentaire, du champ lexical), j'ai aussi pu constater avec plaisir qu'il y avait encore et malgré tout des spécificités liées aux régions, aux histoires des villes, aux individus. Je n'aime rien tant que de voir défiler des paysages en écoutant de la musique. Une douce rêverie à l'exact opposé des pseudo-poses rock'roll en vigueur dans ce milieu parfois débilitant.

Les mauvais souvenirs s’il y en a sont dus à quelques concerts médiocres qui plombent un peu l'ambiance des lendemains.

A postériori que penses-tu de l’émergence de cette nouvelle scène pop française ?

Romain Guerret : J'espère qu'elle ne va pas s'éteindre trop vite et souhaite qu'elle puisse dépasser l'excitation d'une saison en prenant un peu de profondeur. Il y a très longtemps qu'un tel phénomène ne s'était pas produit en France donc je pense qu'il a sa raison d'être. Il fallait que ça arrive et n'en déplaise aux trolls de tout poil cette scène, cette "première vague" car une deuxième arrive avant peut-être une troisième, a vu le jour de façon tout à fait spontanée, sans calcul.

Certains vont disparaître, d'autres muter, d'autres s'installer sur la longueur. En tout cas, je souhaite à tous ceux dont on a croisé la route ces deux dernières années de continuer le plus longtemps possible à composer et jouer sans se poser trop de question.

Vous êtes rentrés il y a quelques jours en studio. Peux-tu m'en dire un peu plus ? Quelle couleur a les nouvelles compos ?

Romain Guerret : On est allé enregistrer des maquettes, 6 morceaux à Valence dans le studio que nous ont gentiment prêté les musiciens du groupe Dionysos. Pour l'instant, je ne peux pas te dire grand chose, ces démos constituent une base de travail, on a essayé différentes directions, quasiment une par titre pour voir ce que pouvait donner Aline dans des tempos, des couleurs, des ambiances différentes. Il y a du pure Aline, pop, lumineux et direct, des choses plus "dansables", chez Aline ce mot prend un sens assez particulier je dois dire, bref on a une toile blanche et on essaie des nouvelles huiles. En tout cas, on garde l'essence de notre son, pas de production tape-à-l'œil à la mode, pas d'arrangement bling bling, toujours ce souci d'épurer. Peut-être une place plus grande aux nappes de synthés dans le mix et une touche d'électronique raisonnée ? A voir. Un jour à force de légèreté et d'épure, ça va finir par un album complètement blanc et silencieux avec juste une phrase répétée en boucle en infrason.

Ces maquettes ont été écrites sur la route ?

Romain Guerret : Non, sur la route on écrit des recueils de blagues et d'aphorismes.

Une sortie est-elle envisageable en 2014 ?

Romain Guerret : Une sortie d'un ou plusieurs EP, des collaborations, des split singles, oui je l'espère mais de l'album non ! Tout est tellement long, il règne dans cette industrie une telle inertie, c'est déprimant. On aimerait bien aussi sortir un disque de face B et d'inédits, je ne sais pas où ni avec qui ni comment mais ça nous botte vraiment en attendant la sortie du deuxième album.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Aline parmi une sélection de singles (mai 2012)
Aline parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Regarde le ciel de Aline
La chronique de l'album La Vie Électrique de Aline
Aline en concert au Café de la Danse (jeudi 21 février 2013)
L'interview de Aline (lundi 15 janvier 2013)
L'interview de Aline (mardi 1er septembre 2015 )

En savoir plus :
Le site officiel de Aline
Le Soundcloud de Aline
Le Myspace de Aline
Le Facebook de Aline


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Aline (15 janvier 2013)


# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=