Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce 9 semaines 1/2
Elizabeth McNeill  (Editions Au Diable Vauvert)  novembre 2013

"9 semaine 1/2" : le titre est fameux, voire mythique, et renvoie au 7ème art. Quoi qu'en disent les détracteurs du film réalisé en 1986 par Adrian Lyne, film référence de l'esthétique érotique soft des années 1980, film-culte pour les uns, film-clip pour les autres, nombre de scènes hantent l'inconscient collectif par la puissance magnétique qu'elles dégagent.

Cette intensité tient à l'alchimie explosive entre les deux protagonistes, deux acteurs quasiment inconnus à l'apogée de leur charisme physique et de leur potentiel érotique sur pellicule.

Et la liaison "sado-masochiste" soft sur pellicule scandée par une bande-son mémorable, de Kim Basinger ex-mannequin, blonde et solaire, et de Mickey Rourke, ex-boxeur bad boy à la gueule d'ange, qui les a tous deux propulsés derechef au rang de sex symbols, revêt un caractère aussi sexy que ludique même si elle renvoyait à l'érotisme noir.

Rien de tel dans le roman qui en a inspiré le scénario, roman qui serait autobiographique publié sous pseudonyme en 1978 sous le titre "Nine and a half weeks - A memoir of a love affair".

Ecrit par une illustre inconnue, Elizabeth McNeill, il fait l'objet d'une réédition en France présentée en couverture comme "le classique de la littérature érotique".

L'opus, au demeurant dépourvu de qualité littéraire, consiste en une narration rétrospective lacunaire et elliptique à l'écriture approximative, à moins qu'il ne s'agisse d'une traduction dillettante par trop littérale, et essentiellement factuelle, délivrée sur un ton presque clinique qui n'induit ni identification ni projection du lecteur et dont la charge érotique est subliminale.

Quant au caractère "sulfureux" attribué au fond, certes complètement éventé au 21ème siècle, à supposer qu'il ait été justifié lors de sa parution, c'est, sans remonter aux calendes grecques ni au 18ème siècle libertin et sadien, oublier les oeuvres des années 1950 telles par exemple "Histoire d'O" de Pauline Réage et "L'image" de Jean de Berg alias de Catherine Robbe-Grillet qui, de surcroît, le ramène au rang de bluette.

Elizabeth McNeill, alors dépressive en post-cure, raconte son itinéraire doloriste avec l'histoire d'une "Belle au sexe dormant", selon l'expression de la psychanalyste Jacqueline Schaeffer, qui découvre la jouissance sexuelle dans le plaisir-douleur avec un prince "pervers" qui exacerbe sa composante masochiste.

Celui-ci agit sans la tromper, il annonce immédiatement la couleur, ni la forcer, le refus entraînant simplement la rupture de leur relation. Une relation qui ne ressortit pas vraiment du sado-masochisme au sens exact du terme dont il est par ailleurs difficile de percevoir l'implication amoureuse et qui va se gâter pour elle quand son statut d'objet fétichisé sortira du cadre de l'intime.

Le seul intérêt du livre réside dans le fait qu'il révèle un trouble de la personnalité et constitue la partie émergée, à travers la narration de ce qui pourrait n'être qu'un épiphénomène, d'une histoire antérieure, et notamment d'un passé traumatique à peine évoqué et de manière très symptomatique par quelques petits cailloux "oubliés" dans la trame du récit.

Et que Elizabeth McNeill, de son vrai nom Ingebord Day, révèle, peut-être, dans ses mémoires publiées en 1980 - elle n'a que quarante ans - sous le titre "Ghost Waltz".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=