Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman
Kerry Hudson  (Editions Philippe Rey)  janvier 2014

Une jeune auteure pour ce titre à rallonge : Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman. La plupart du temps, ce genre de titres laisse présager un roman humoristique, ou un roman tellement simplet qu’une phrase le résume tout entier. Ce qui n’est pas le cas ici.

Mais avant de commencer, parlons un peu de Kerry Hudson, l’auteure en question. Originaire d’Aberdeen (en haut à droite de la péninsule Angliche : les brumeuses plages écossaises), elle a grandi entre location HLM, Bed and Breakfasts et campings. Elle vit actuellement à Londres.

Oui, c’est exactement là que je voulais en venir : elle sait de quoi elle parle. Je soupçonne même le roman d’être une autobiographie incarnée par Janie Ryan, jolie petite chose née au milieu des cris et des injures.

Le roman est certes un témoignage rare, parce qu’il est clair, linéaire, intro et extraspectif (comment ça, ce mot n’existe pas encore ?). Parce que le lecteur est tantôt dans les pensées des personnages, tantôt observateur extérieur de la scène auquel il n’est pas forcément convié (ça gâcherait l’intimité du moment). Le mauvais côté, c’est que le roman réaliste ne laisse pas beaucoup de place aux retournements heureux, ni aux happy ends.

Avec une grande pudeur, Kerry Hudson retrace les premières années des enfants nés sous une mauvaise étoile, ceux qu’on plaint, ceux qui nous font relativiser sur notre grasse condition et notre enfance entrecoupée de caprices et de sorties piscine.

Oui mais non. Parce que si vous demandez à Jodie Ryan si elle est malheureuse, si vous lui tendez ce que votre bonne âme pense devoir être indispensable (et par conséquent lui manquer cruellement), cette dernière vous jettera un regard de travers et vous affirmera (droite dans les yeux) qu’il ne lui manque rien, et qu’’elle est très heureuse. Non mais.

Et ce ne sera pas un mensonge, loin de là. Evidemment, elle caresse l’idée d’une vie meilleure, mais pas forcément de la vie d’une poule de luxe vautrée dans un canapé design, qui ne cuisine même pas dans son intérieur en marbre blanc, le dressing débordant de vêtements qu’elle ne portera plus jamais.

Jodie est élevée par sa mère, qui fait ce qu’une mère fait le mieux : de son mieux. Et ce que sa mère avant elle avait fait pour elle : de son mieux. Malgré les trafics en tous genres qui égaient son quotidien, Irene Ryan (la maman) aime Jodie, la place au dessus de tout, pense à elle avant de prendre une décision.

C’est pour elle qu’elle trouve la force de déménager dans les premières années de la vie de Jodie. Plusieurs fois. Tellement souvent. C’est pour elle qu’elle vit avec un pauvre type violent et macho. Pour avoir "un papa". C’est pour elle qu’elle se cache de ce pauvre type… Mais la vie est dure avec elle, comme un fait exprès.

Kerry Hudson sait de quoi elle parle, et elle en parle bien, fort bien même. Loin du roman social, Tony Hogan m’a payé un ice-cream soda avant de me piquer maman serait un ragoût d’entrailles qui sent le Givenchy. Ni cynique, ni larmoyant, sans pitié ni mauvaise fois, le roman est bourré de ce petit truc en plus qui manque à trop de monde : l’espoir, dans toute sa beauté, sa splendeur, son optimisme bienveillant (et un peu naïf oui). Mais qui a dit que le destin était déjà tracé ? J’en mettrai ma main à couper au feu que le canapé design n’y est pas pour rien.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "Basse naissance" du même auteur
La chronique de "La couleur de l'eau" du même auteur

En savoir plus :
Le site officiel de Kerry Hudson
Le Tumblr de Kerry Hudson


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=