Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce St. Vincent
St. Vincent  (Seven Four)  février 2014

Après un disque en collaboration avec David Byrne, Love This Giant paru en 2012, St. Vincent revient dans l’actualité avec ce quatrième album solo. Beau parcours pour Annie Clark, seule aux commandes du projet St. Vincent, qui s'est faite connaître par sa participation en tant que guitariste au sein des Polyphonic Spree et du groupe de scène de Sufjan Stevens. On fermera les yeux sur la pochette de l’album avec ce nouveau look qu’on qualifiera au mieux de fâcheux, pour se plonger dans l’écoute de ces 11 nouvelles chansons.

Auteur, compositrice, multi-instrumentiste, Annie Clark a d’entrée toutes les cartes en main pour laisser libre court à son inspiration, sans compromis. De son propre aveu, Annie Clark a laissé très peu de place et de liberté aux musiciens ayant participé à l’enregistrement. Les vrais invités de choix de l’album, ce sont ces rythmiques électroniques et détonantes, et l’instrument de prédilection d’Annie Clark, cette guitare omniprésente et tranchante mais jamais trop bavarde.

Les morceaux sont toujours sur le fil entre le conventionnel et l'avant-garde, dans un mélange savant et singulier d’évidence mélodique et de recherche sonore. Pas de dogme immuable chez St. Vincent, aucun esprit de chapelle mais au contraire un regard tourné vers l’avant, une attirance vers la modernité et les chemins de traverse, toujours au service de la chanson.

L’album défile dans une alternance de morceaux forts et puissants comme l’intense "Birth in reverse" ou "Regret" et d’autres plus poignants tel "Prince Johnny" où Annie Clark laisse éclater toute son aisance vocale. Car la voix est toujours la grande gagnante chez St. Vincent, une composante essentielle de ces chansons singulières. Son amplitude, ses subtiles variations, sa profondeur laissent une empreinte gracieuse sur tous les titres. Si la comparaison avec Kate Bush est aussi facile qu’évidente ("I prefer your love"), on peut aussi évoquer Siouxsie pour sa densité et sa façon ensorcelante de mener la danse. Aucun remord ici à aimer "Psychopath", (une réponse au "Psychokiller" des Talkings Heads de David Byrne ?) ou à se laisser pervertir par les cuivres de "Digital Witness" avant que l’album ne se termine par un ambitieux "Severed Crossed Fingers", en état de grâce. On se rendra alors compte qu’Annie Clark ne se trompait en décrivant son disque comme "un album de fête que l'on pourrait tout à fait passer à des funérailles". De sacrées funérailles à coup sûr.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Une 2ème chronique de l'album eponyme de St. Vincent
La chronique de l'album Masseduction de St. Vincent
St. Vincent en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
St Vincent en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)

En savoir plus :
Le site officiel de St. Vincent
Le Soundcloud de St. Vincent
Le Myspace de St. Vincent
Le Facebook de St. Vincent


Marc Ferrero         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=