Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ebony Bones
La Maroquinerie  (Paris)  dimanche 23 février 2014

S’il a fallu près de 4 années de battements avant de pouvoir entendre un nouvel album d’Ebony Bones, la chanteuse londonienne avait su ménager son effet, délivrant au compte-goutte des informations sur un éventuel album à venir.

Finalement de retour en août en 2013 avec un album intitulé Behold A Pale Horse, Ebony Thomas, de son vrai nom, apporte un nouveau chapitre épique à son histoire sonique. Et quel meilleur endroit pour débuter sa tournée européenne que la Maroquinerie, salle dans laquelle elle avait fait ses débuts il y a près de 7 années !

Les observateurs le faisaient remarquer, son second opus est généralement considéré comme plus sombre, pourtant sa déclinaison live n’en déborde pas moins d’énergie et réussit à nous livrer une facette bien plus rock'n roll de l’artiste.

La guitare campe donc un rôle prédominant dans cet album et ses arrangements s’invitent sur les titres les plus anciens de la discographie de la chanteuse. "The Muzik" ou l’ultra énergique "W.A.R.R.I.O.R" se parent alors d’une urgence nouvelle que vient doubler une indéniable euphorie. Basculant parfois dans la folie, Ebony, véritable rockeuse dans l’âme, exécute avec un brio scénique des titres un brin oppressant comme "Morphine For The Masses" ou "Neu World Blues" à l’aide d’une voix empreinte d’hystérie.

Et puisque dès les première minutes, Ebony s’élançait dans la fosse à la rencontre de son public, transformant celle-ci en une gigantesque aire de jeu, sur scène, ses deux danseurs donnent le change avec des déguisements à têtes de chevaux blancs ou formés d’un unique et gigantesque œil, à mettre en écho avec le nom de l’album et au titre "I See I Say".

Malgré la taille réduite de la salle (qui lui vaut tout son charme), Ebony fait son show, changement de tenues à l’appui. De fait, pareille à un diable en boîte, légèrement surexcitée et incapable de tenir en place, on la retrouve à sauter de gauche à droite, à se rouler par terre ou à usurper la place du batteur. Bref, sous ses mimiques, l’artiste s’amuse, voire embrigade le public et entraîne une trentaine d’âmes à danser sur scène, presque en transe et comme convertis à la messe dont l’artiste s’est imposée prêtresse.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Behold A Pale Horse de Ebony Bones
Ebony Bones en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Ebony Bones en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
Ebony Bones en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
L'interview de Ebony Bones (dimanche 23 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Ebony Bones
Le Soundcloud de Ebony Bones
Le Myspace de Ebony Bones
Le Facebook de Ebony Bones

Crédits photos : Stéphane El Menshawi


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=