Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kramies
The Wooden Heart EP  (Hidden Shoal Recordings)  octobre 2013

"Steiles Felsenufer. Das Meer nimmt den größten Teil der Bühne ein ; weite Aussicht auf dasselbe. Finsteres Wetter ; heftiger Sturm. Das Schiff Dalands hat soeben dicht beim Ufer Anker geworfen : die Matrosen sind mit geräuschvoller Arbeit beschäftigt, die Segel aufzuhissen, Taue auszuwerfen usw. Daland ist an Land gegangen ; er ersteigt einen Felsen und sieht landeinwärts, die Gegend ist zu erkennen".

Der Fliegende Holländer.

Il y a des artistes qui attirent la sympathie alors que l’on n’a pas encore écouté une seule note de leur travail. Des artistes où l’on sait dès le départ que leur musique sera sincère et touchante.

"J’aime à penser que je suis simplement un artiste. J’écris de petites histoires dans ma tête tout en essayant de les transformer en paroles et en chansons. La plupart du temps lors de la phase de composition, il me semble que j’ai besoin de m'isoler du monde, de sombrer dans mes pensées. Je suis donc un peu solitaire. J’essaie de communiquer d'une manière positive et abstraite. En tant qu'être humain, je suis un amoureux de la vie et je crois en ses étranges moments magiques. J’aime me perdre dans les mots et voyager à travers mon imagination. J’ai un respect presque amoureux pour la vie et tout ce qu'elle représente."

Voilà comment se définit le musicien hollando-américain Kramies Windt. Kramies est un musicien bourré de talent et cet EP aussi beau que bouleversant en est la preuve. Produit par Jason Lytle et Todd Tobias, ce Wooden Heart est un délice de folk et de pop où se mêlent lyrisme, mélancolie et romantisme. Quelque chose de presque immatériel se dégage de cette musique aux mélodies aériennes, comme une rêverie ou un songe. Kramies, lui qui aime tant la nature et les rêves, fait voguer nos oreilles et notre âme en toute harmonie.

"Quand j’étais enfant, ma famille avait un vieux tourne-disque, un très gros casque cassé et quelques enregistrements hors d’âge. La plupart des disques étaient de vieux vinyles de Noël. Il y avait aussi un album sur une maison hantée avec des bruits effrayants et des effets sonores. Je pouvais écouter ces enregistrements et les effets sonores de cette maison hantée encore et encore, pendant des heures allongé sur le sol en rêvant. Il me semblait qu’au bout d’un certain temps tous les sons se confondaient. C'était mon premier goût de la musique, quelque chose de très enchanteur pour un jeune enfant et cela me remplissait d'émotion.

C’est un peu plus âgé que j'ai réalisé la force du lien entre les paroles, la musique et les émotions. Avec l'album de David Bowie, Honky Dory par exemple et d'autres artistes de génie comme Simon & Garfunkel, Elton John, Bob Dylan et Neil Young qui m'ont aidé à faire ce lien. Certains jours, je suis capable d’écouter la même chanson 100 fois. La musique qu’ils ont créée m'a rempli de la même émotion que celle que j’avais quand j’étais gosse quand j’écoutais les vieux disques de Noël, mélangeant les étranges photos dans mon imagination avec ces sons que j'aime tant. Je me sens fortement influencé par mon entourage et les émotions qu'ils suscitent. Je suis très influencé aussi par des photos magnifiques, des paysages et des images de l’inconnu."

Si l’on pense à des groupes comme Grandaddy, à Mercury Rev ou à Portishead, le terme de Dream pop pourrait lui convenir parfaitement.

"Je crois que les lignes invisibles entre les sons et les genres musicaux commencent à se brouiller, ce qui pour moi est très agréable. Je n'avais jamais vraiment entendu parler de l'expression "dream pop", jusqu'à récemment, mais je pense vraiment que ce terme est l'une des façons les plus belles pour décrire ma musique. Ce qui est important c’est le sentiment de bonheur pour moi."

Et c’est ce qui se dégage de ce disque, un sentiment de bien être et de plénitude.

Quand on demande à Kramies si c’est un rêveur ou un romantique, il nous répond qu’il croit fermement en l'amour et qu’il faut vivre sa vie comme dans un rêve. Qu’être un rêveur lui permet une certaine abstraction au moment de l'écriture, un certain lyrisme. "Je n'ai jamais été très bon pour expliquer ma musique mais être un rêveur et un romantique dans la vie contribue à bâtir ma musique."

The Wooden Heart lui est venu en Irlande alors qu'il était en tournée à Galway. Il avait décidé de se balader dans les petites rues de la ville au crépuscule juste au moment où le soleil se couchait. En marchant, il remarqua une guirlande de Noël dans la vitrine d’un magasin de jouet. En plus de la guirlande, il y avait également un bateau en bois.

"Je suis resté là pendant une longue période simplement à regarder le navire en bois. Ce fut un moment magique et l'élément déclencheur de ce disque. Je suis très heureux que Jason Lytle et Todd Tobias aient pu produire et jouer sur cet EP. Jason et Todd sont des musiciens brillants et ils m'ont vraiment aidé à retracer l'histoire et les sons que j’avais imaginés, alors que j’étais en Irlande debout devant la vitrine d'un magasin de jouets."

"Peut-être plus que tout, je suis inspiré par la nature. Je suis capable de me perdre dans la forêt ou dans les bois pendant toute la journée. Il y a quelque chose de tellement magique dans la nature. La nature a la capacité de créer un si beau silence et ce silence est si grand qu’il me permet de rendre ma vie plus simple." Pour Kramies Windt, les choses les plus importantes dans la vie son l’amour et l’imagination. Deux choses qui débordent de ce Wooden Heart.

 

En savoir plus :
Le Soundcloud de Kramies
Le Myspace de Kramies
Le Facebook de Kramies


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=