Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joan As Police Woman
The Classic  (PIAS)  mars 2014

Une vitalité débordante

"Don’t wanna be nostalgic for something that never was"

Après trois ans de silence, Joan Wasser, plus connue sous le nom de Joan As Police Woman, vient de publier son quatrième album le 10 mars. The Classic marque une rupture par rapport à sa discographie précédente : les ballades intimes auxquelles elle nous avait habitués s’effacent pour laisser place à une explosion d’énergie et de R&B.

Le penchant mélancolique est la marque identitaire de Joan As Police Woman et il demeure toujours présent dans ce nouvel opus. Après les premières chansons d’un rythme mouvementé et vif, nous arrivons à une partie plus tranquille de l’album. Ici, les personnes qui aimaient le style de "Chemmie" ou "Start of my heart", y trouveront leur compte. La musique semble être reléguée au deuxième plan pour mieux faire ressortir la voix et les paroles. Le chant de Wasser paraît garder en continu la trace d’une douleur, et la teinte soul qu’elle adopte ne fait que renforcer cette impression. Son expressivité marquante retransmet avec force l’intensité des émotions exprimées dans ses morceaux.

Dans "Stay", par exemple, au moment du refrain "why don’t you stay ?" (pourquoi ne restes-tu pas ?), elle monte dans les aigus, prolonge les syllabes et transforme ainsi la chanson en élégie. Tout comme l’éventail de nuances de la voix, les paroles contribuent à donner une sensation d’intimité. Celles de "Get direct" l’illustrent bien : "let’s get direct, let’s get experimental" (soyons directs, soyons expérimentaux). Les brefs moments instrumentaux accompagnent et s’unissent en harmonie avec le flux de paroles : ils deviennent le gage de ce désir de nous laisser entrer dans l’univers privé de la musicienne.

Or, plus que cette continuité, ce que nous retenons véritablement de cet album est le dynamisme qui s’en détache. L’artiste reconnaît "s’être permise faire exactement ce qu’elle voulait" et cet enthousiasme est palpable. Elle reprend des rythmes funk, Motown et R&B qui donnent un élan nouveau à sa musique. Nous pouvons y voir des traces de James Brown ou The Temptations, des chœurs, des cuivres et des rythmes enivrants.

"The classic", titre qui donne le nom à l’album, est la preuve d’un grand optimisme : c’est l’histoire d’un amour idéal. Les instruments sont quasi-totalement remplacés par des chœurs, le rythme est sautillant et les paroles positives : "you threw out all my devils to make room for monumental love" (tu as rejeté tous mes démons pour faire de la place à l’amour monumental). Dans "Shame", nous nous repoussons le pessimisme pour envisager l’avenir : "It’s time, bring the future" (il est temps, apporte le futur). Même si la chanson parle de la honte, elle le fait dans une volonté de dépassement, en ayant recours à l’humour : "I’m not here to be sufferer for the sins of all human kind" (je ne suis pas ici pour être la personne qui souffre pour les pêchés de l’humanité). La musique de The Classic est donc la preuve d’une grande joie de vivre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Deep Field de Joan as Police Woman
La chronique de l'album Let it be you de Joan As Police Woman & Benjamin Lazar Davis
Joan As Police Woman en concert au Festival Les Inrocks 2006
Joan As Police Woman en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Joan As Police Woman en concert à L'Aéronef (mardi 12 juin 2012)
Joan As Police Woman en concert au Café de la Danse (vendredi 21 mars 2014)
L'interview en VO de Joan as Police Woman(15 avril 2008)
L'interview de Joan as Police Woman (15 avril 2008)
L'interview en VO de Joan As Police Woman(vendredi 24 janvier 2014)
L'interview de Joan As Police Woman (vendredi 24 janvier 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de Joan As Police Woman
Le Myspace de Joan As Police Woman
Le Facebook de Joan As Police Woman


Irene Alvarez         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Joan As Police Woman (27 janvier 2014)
Joan as Police Woman (6 décembre 2010)


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=