Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Mondial du Tatouage - Edition 2014
La Grande Halle de La Villette  (Paris)  Les 7, 8 et 9 mars 2014

Je suis un tatoué, je suis même devenu addict. J’en ai fait quatre en moins de deux ans et je ne compte pas m’arrêter. Du coup, je me faisais une joie d’aller au Mondial du Tatouage édition 2014.

J’ai vite déchanté car le salon était un enfer à visiter en début d’après-midi. Quand on entre dans la Grande Halle de la Villette, on est frappé par la foule (et la chaleur aussi, mais c’est lié). Une masse de gens compacte qui avance très doucement, compressés les uns aux autres dans les petites allées. Impossible d’avancer et de voir ce qu’il y avait sur chaque stand. Il y avait tellement de monde que feuilleter le book d’un des artistes était mission impossible.

Le concours de tatouage sur scène, retransmis sur des écrans géants rajoutait à l’atmosphère lourde. L’animateur enchaînait les gags et jeux de mots plus ou moins drôles. Je ne lui jette pas la pierre, c’est un exercice difficile auquel je me suis déjà frotté, mais je pense qu’il aurait fallu laisser un peu plus de silence ou juste mettre de la musique en fond plutôt que d’avoir cette ambiance foire de l’agriculture. Surtout que si c’était lourd pour moi en tant que visiteur bloqué dans une foule transpirante, ça devait être encore plus chiant pour les gens en train de se faire tatouer.

Là, je balance tous les points négatifs d’un coup mais c’était quand même cool. Il y avait malgré tout une ambiance sympa. C’est aussi l’occasion de voir travailler des artistes très talentueux et d’en découvrir des nouveaux, d’avoir accès à des tatoueurs vivant dans d’autres pays. Si on ne pouvait / voulait pas se faire tatouer, on pouvait acheter des reproductions d’illustrations réalisées par les tatoueurs sur pratiquement chaque stand.

Après 18h, la foule a beaucoup diminué et c’était enfin devenu possible de se balader et de découvrir des choses.

Pour ma part, j’ai bien aimé voir en vrai des techniques très particulières, comme le tatok, une méthode de tatouage de Borneo, où le tatoueur travaille au sol en tapotant un bâton au bout duquel une aiguille est fixée, alors qu’une autre personne s’assure que la peau soit toujours bien tendue. J’ai adoré voir des papys se faire encrer, preuve que le tatouage se démocratise et que ce n’est pas réservé aux rockstars et autres hipsters. Tout le monde s’y met !

Il y en avait pour tous les goûts, du tattoo Old School au dessin réaliste ou japonais. Pour ma part, j’étais à deux doigts de craquer pour les flash (dessin préparatoire pré-tatouage) d’un artiste canadien, mais il n’avait plus de spot disponible avant le lendemain. Puis j’avoue que j’aurais eu un peu de mal à me faire tatouer avec une foule de badauds qui passe devant, te dévisage et te prend en photo alors que tu es en train de te faire graver la peau. Mais cela m’a motivé pour retourner voir rapidement mon tatoueur.

L’expo photos et installations artistiques étaient plus que minimaliste. C’est con, car il y avait matière à faire beaucoup mieux sur le sujet. Après avoir été debout quasi immobile pendant 4 heures, j’avoue que je n’avais plus trop la motivation pour rester pour les concerts, même si je me serais bien fait Burning Heads (comme quand j’avais 17 ans en Ardèche) et Dog Eat Dog. Je commence à me faire vieux et je sais que pour la prochaine édition, au lieu du choisir le samedi comme jour de visite, j’irais le vendredi ou le dimanche. Je râle comme un vieux (que je deviens de plus en plus), mais en réalité j’ai bien aimé ce salon quand même...

 

En savoir plus :
Le site officiel du Mondial du Tatouage
Le Facebook du Mondial du Tatouage

Crédits photos : Didier Richard


Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=