Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Verone
Retour au zoo  (Martingale/Productions Spéciales)  janvier 2005

Vérone, c'est un trio de petits jeunes gens bcbg du genre que l'on ne croise pas forcément dans la musique pop mais plutôt dans les café branchés des quartiers hype. Vérone c'est aussi forcément un petit peu Roméo et Juliette, Serge Reggiani et Anouk Aimée...

Alors évidemment, quand on combine, belle gueule et nom à consonance shakespearienne ça place déjà la barrière assez haut. Pas question de se louper ou de nous servir une soupe réchauffée pour bobo sur le retour.

En concert au Nouveau Casino, nous en avions eu un premier aperçu prometteur : Vérone nous avait bluffé et si les chansons de l'album Retour au zoo sont traitées de manière assez différentes du live, la surprise n'en est pas moins à multiples facettes.

Plus atmosphériques, comme dépouillées de tout ce qui faisait leur densité sur scène, cette sorte de puissance contenue, ces claviers omniprésents et bien sûr les images projetées en fond de scène, mais là, je vous l'accorde, à moins de faire un album en DVD comme le 64-95 des Lemon Jelly ce n'est guère possible, la première écoute paraît décevante. E puis ... on réécoute... et on découvre de petites merveilles.

Ou plutôt une petite merveille de disque, car c'est globalement qu'il faut écouter Retour au zoo qui est remarquablement construit. Plus qu'une suite de chansons, Vérone nous propose de nous laisser porter par des ambiances et de plonger dans leur univers qu'ils construisent en grande partie grâce à leur musique singulière, mélange de minimalisme pop et d'électro, mais aussi avec des textes introspectifs, intimistes et poétiques d'une écriture simple, presque évidente, précise, et redoutablement efficace.

En fait, Vérone, c'est un peu Christophe qui jouerait avec Swell.

On retrouve notamment l'univers de Christophe (celui des années 2000, époque Comm' si la terre penchait) sur "Alaska" le morceau d'ouverture de l'album mélangeant les textes intrigants et une musique calme, presque contemplative ("Ton souffle m'emmène/Si tu m'aimes ne t'éloigne pas/Parle parle moi encore/Dis moi où j'irais où j'irais bientôt") .

"Tout est léger", chanté par une voix féminine et presque entièrement électro est lui aussi très proche de cet univers avec cette mélodie en apesanteur qui fait son chemin dans votre esprit sans crier gare. Oui, mais gare à l'addiction !

Loin de raconter les petites contingences urbaines quotidiennes, Vérone transcende le réel par la voie poétique et crée de véritables poèmes, parfois surréalistes comme "Caméleon" ("Je suis un rôdeur qui se faufile dans ton dos, je suis le néant qui brunira ta peau/A quoi bon mentir encore quand je vois clair en toi") parfois oniriques avec "J'ai vu des chevaux sous la mer" ("J'ai vu des chevaux sous la mer libres comme le vent/Franchir les montagnes portés par un tapis volant/Les poumons emplis d'eau j'allais bientôt devenir liquide/Je touchais presque au but je remonte maintenant les mains vides").

Album placé sous le signe du voyage, voyages intérieurs ("Retour au zoo" "La tête dans le sac/J'aurais beau faire obstacle/Je ne serais pas seul pour le dressage/Je ne serais pas seul à roder en cage/je ne serais pas seul), voyages spatio-temporels aux réminiscences bibliques ("Jéricho") ou passage vers un au-delà ("Derrière le ciel" atypique dans lequel on retrouve une des influences revendiquées par le groupe, Gérard Manset, "Derrière le ciel et le brouillard glacé/Au delà des tombes de marbre/Où es-tu donc passé?")

L'album démarre sur les grandes plaines enneigées de l'Alaska et se clôt sur la piste migratoire des indiens dans les grands déserts américains avec "Penser tout haut".

Bien sûr, cet album n'est pas parfait et les critiques mettront en exergue le parisianisme du son ou un certain maniérisme dans le phrasé du chanteur, qui est moins sensible en live, comme sur les trompeeeettttttteeeeees de "Jericho", qui rompt parfois un peu brutalement l'état serein et contemplatif dans lequel nous plonge ce disque.

Quoiqu'il en soit, Retour au zoo est un premier album très convaincant et il paraît tout à fait légitime de fonder de grands espoirs sur Vérone qui pourrait ouvrir un peu plus encore la scène musicale française à de nouveaux horizons.

Allez j'y retourne...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Fiancée du Crocodile de Vérone
La chronique de l'album Quand même EP de Verone
La chronique de l'album La Percée de Verone
Verone en concert au Nouveau Casino (11 janvier 2005)
Verone en concert au Point Ephémère (25 octobre 2005)
Verone en concert au Nouveau Casino (30 novembre 2005)
Verone en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
L'interview de Verone (4 février 2005)
L'interview de Vérone (4 juin 2010)
L'interview de Verone (samedi 26 octobre 2013)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Verone (26 octobre 2013)
Verone (07 juin 2010)


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=