Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Compact Disk Dummies - Jel - The Notwist
Le Grand Mix  (Tourcoing)  vendredi 14 mars 2014

Triple affiche variée, ce soir.

Compact Disk Dummies, ce sont deux (tout) jeunes frangins belges, qui font de la musique avec des instruments électroniques, et ça fait comme des bulles dans les oreilles et dans les jambes. C'est peut-être ce qu'on appelle de l'électro-"pop" ? Des rythmiques comme les wagons d'un train, plus ou moins rapides mais toujours suffisamment primitives.

Enfin, ça sonne parfois carrément dance, ceci dit, mais c'est toujours bien agréable, d'autant plus que le chanteur fait le spectacle, il a manifestement fait une overdose de vidéos de Jim Morrisson en concert, et à la faveur d'un buisson capillaire qui l'évoque vaguement, il se tortille et se trémousse et descend dans le public très tôt dans leur set, histoire de réchauffer un peu tout ça. On n'arrive même pas à lui reprocher d'en faire des tonnes : non non, c'est vraiment bien. Ils feront bien quelques festivals cet été, allez jeter une oreille et le coin d'un oeil, ça vaut le coup. A défaut, il y a leur album Mess with us, qui annonce un peu la couleur.

Ensuite vient Jel, un californien "from Illinois". Il est tout seul, il tapote un pavé tactile. Ce qui en sort ressemble à du trip-hip-hop, il nous sert ce qu'il présente comme étant son tube, sorti en 2006. Et on se dit "Ah ouais, 8 ans déjà… et depuis ? Ben, pas mieux".

Ce Jel s'est décryogénisé (?) et il nous revient comme à la belle époque, sauf que c'est un peu tard, jeune homme. Un goût de cassette audio vite oubliée et malencontreusement retrouvée sous le siège passager de la Twingo.

Oserais-je dire qu'après les petits jeunes CDD, il y a comme un air du temps qui en ballait certains sur son passage. Ah oui, j'ai osé.

D'autres sont imperméables au temps qui passe, ou plutôt ils l'épousent, s'y fondent, s'en font une ombre complice. The Notwist, c'est la grande classe. Ils arrivent à 6 sur scène, dans un enchevêtrement de claviers qui mangent l'avant-scène, devant on se retrouve dessous, basse à gauche, batterie étalée derrière, xylophone, et autres où ils peuvent.

Mais tranquilles, ils sont juste là, inutile de surjouer quoi que ce soit, avec leurs dégaines de frisés quadra presque quinquas en t-shirts et à lunettes, et Bam, dès le début : Voilà.

Musique intelligente, riche et simple, très dans la continuité des albums précédents, d'ailleurs ils mélangent les anciens Neon Golden et The Devil, You + Me au dernier un peu moins pop Close to the glass. Mais là, c'est une continuité enrichie par les années, qui hume l'air vicié du temps et le digère avec une effronterie sauvage et un peu mélancolique de qui a 15 ans dans le cerveau d'un homme grave.

Et le résultat est d'une élégance. La voix du chanteur, si reconnaissable à qui l'a déjà entendue, ne change pas, douce et un peu en retrait, quand les instruments enflent et les programmes hypnotisent, les titres géniaux se succèdent, "Casino", "Close to the glass", "Run run run", "Pick up the phone" (copier-coller ici la quasi totalité des trois albums cités), et s'allongent un peu, juste assez dans le trop peu.

C'est d'une finesse, d'une subtilité en-dedans, déjà sur album, mais vraiment en live, c'est à pleurer de sobriété directe, chacun se prend ce paquet de nerfs et de rythme de transe mélodique dans les mains, "et débrouille-toi avec ça".

C'est bleu comme une ecchymose, comme le vent, comme l'intérieur d'une tête où il y a plein de choses compliquées mais qu'on aime bien malgré / pour ça, comme une folie dont on se joue.

Etrangement, quand ça devient presque vert poison, avec les rappels ça devient blanc, un peu atone, une retombée en douceur, une intégrité démente.

Zut, je ne voulais pas partir dans le lyrique…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Devil, You + Me de The Notwist
La chronique de l'album Close To The Glass de The Notwist

En savoir plus :
Le site officiel de The Notwist
Le Soundcloud de The Notwist
Le Myspace de The Notwist
Le Facebook de The Notwist
Le Bandcamp de Jel
Le Soundcloud de Jel
Le Myspace de Jel
Le Facebook de Jel
Le site officiel de Compact Disk Dummies
Le Soundcloud de Compact Disk Dummies
Le Myspace de Compact Disk Dummies
Le Facebook de Compact Disk Dummies

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Gleizes         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=