Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hyperflux
Sentier des Halles  (Paris)  mars 2014

Comédie de science-fiction écrite par Adrien Cohen et Florence Roche, mise en scène de Gwen Aduh, avec Adrien Cohen et Chloé Galzin-Turco.

Alone Mirou est un employé-modèle de Newsbrib, la plateforme sociale issue de la fusion entre Google, facebook et TF1.

Le métier d'Alone consiste à créer du contenu, des news, du buzz dans un monde de l'"Hyperflux" d'informations. Il prend des bribes de textes d'agences de presse, assemble ces petits bouts d'actualités les uns aux autres dans un copier/coller sans analyse préalable quitte à donner un sens totalement différent de celui du message initial, surtout lorsque cela peut permettre aux actions de son employeur de prendre de la valeur.

Mais un jour, Alone se fait "absorber" par le système, et déclenche un bug mondial. Il est alors poursuivi sur le réseau pour être éliminé. Au cours de sa fuite, il rencontrera dans un monde virtuel plus vrai que nature le créateur de Newsbrib devenu hacktiviste et la créature cybernétique dont il est amoureux durant ses rêves.

Le spectacle d'Adrien Cohen, co-écrit avec Florence Roche, va chercher ses références d'abord dans des films de science-fiction hollywoodiens, mais aussi dans la littérature, en particulier chez Philip K. Dick, et dans le manga, voire le hentai. Les références à "Brazil", "Minority Report", "Paycheck", "Matrix" ou "Steamboy" parleront à chacun, mais c'est d'abord à "Ghost In The Shell" de Mamoru Oshii que cette pièce rend hommage.

Comment réaliser une pièce de science-fiction et évoquer des films qui n'existent que par la grâce d'effets spéciaux à plusieurs millions de dollars sur une scène minuscule et sans décors ?

La mise en scène de Gwen Aduh est, à cet égard, particulièrement brillante. Il réussit à transformer les quelques mètres-carrés de plateau en divers lieux, à mener le spectateur entre monde réel et monde virtuel et à démultiplier les personnages par l'évocation à partir de sons, de lumières ou de projections. Alors qu'Hollywood ne parvient que difficilement à mettre à l'écran, de manière visuelle et convaincante, les flux informatiques, Gwen Aduh s'en exempte avec élégance.

Mais il faut surtout le talent d'un acteur exceptionnel, Adrien Cohen, à la fois acteur, mime et danseur, dans une chorégraphie millimétrée où ses gestes s'accordent avec des sons qui forcément évoqueront des images au spectateur. Pas besoin de décors, la simple évocation auditive et les gestes d'Adrien Cohen suffisent à ce qu'on imagine des tunnels dans lesquels se déroulent des poursuites, des consoles couvertes d'écrans tactiles et tout un monde virtuel.

Sa partenaire, Chloé Galzin-Turco, apporte les périodes de respiration nécessaires à cette histoire qui a tout de la superproduction hollywoodienne, puisqu'il n'y a pas de film d'action réussi qui ne soit soutenu par une histoire d'amour. De plus, les blagues fusent, les références à l'actualité ou plateformes actuelles de réseaux sociaux ne manquent pas, qui font sourire voire franchement rire, mais aussi réfléchir à notre quotidien et à notre avenir.

Adrien Cohen offre donc non seulement une des pièces les plus originales du moment, mais il réussit un pari fabuleux, démontrer que ce sont avant tout les acteurs et une histoire qui apportent du rêve au spectateur.

En multipliant les clins d’œil au cinéma d'anticipation, alors qu'il pratique parfois un des plus vieux arts de la scène, la pantomime, l'art du muet, et en évoquant les scènes et les objets par le son, il rappelle à chacun des spectateurs qu'il a en lui un organe très puissant qui peut lui permettre de voyager, de se projeter, de rêver...

Un organe qu'on a un peu tendance à mettre en veille à longueur de surfs virtuels, un cerveau.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=