Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fatals Picards
Septième Ciel  (Adone / Warner Music)  octobre 2013

Le printemps pointe le bout de son nez quelques heures et déjà vous rêvez d’été, de demis bien frais et de concerts en plein air. Vous n’êtes pas très raisonnables. Voyez, la grisaille est déjà de retour… Vous voilà bloqués à l’intérieur et déçus, coupés dans votre élan ? Qu’à cela ne tienne, profitons-en pour ressortir nos albums de l’hiver et nous préparer aux festivals à venir !

Commençons ce jour par Septième ciel, septième album des Fatals Picards, groupe de scènes au plus d’un millier de concerts. Il serait fort étonnant de parcourir les festivals de l’Hexagone et de ne pas croiser la route de ces quatre musiciens et de leur bande rapprochée. Le ratio albums/concerts doit indiquer tout de suite au festivalier novice, la très nette propension de cette formation au live en tout genre. En conclure que l’album est pour les Fatals le support d’actualité prétexte à une tournée emplie de dates, est un pas qu’il n’est pas idiot de ne pas hésiter à réaliser…

Aussi est-il toujours d’une bien complète vanité, de palabrer à propos d’un de leurs albums, tant ceux-ci sont liés aux prestations scéniques qui les entourent, et tant ils prendront chair une fois désossés pour se greffer aux anciens titres, donnant vie aux tournées, s’incarnant pour du spectacle vivant.

Cette analyse, à la pertinence sans faille, doit aiguiller notre apprenti festivalier, vers un début de compréhension du style non-style des Fatals Picards. En effet, la première écoute à n’en pas douter, le convaincra d’abord que l’album ne parvient pas vraiment à choisir son style. Pourtant, éclairé par l’orientation présentement proposée, il conviendra d’admettre que ce n’est pas le style de l’album qui importe, mais le traitement, chanson par chanson, du style Fatals Picards, dans les liens entre albums et dans une écoute prospective tournée vers la scène. Alors bien sûr, notre festivalier néophyte retrouvera les riffs rock de plus en plus assumés depuis trois albums, au détriment du son malpropre des guitares punk, et ce même avec un Didier Wampas choriste sur un diaboliquement énergique "Punks au Lichtenstein". Il entendra les réminiscences de rythmes de l’historique Pamplemousse Mécanique sur le versant chanson française du groupe, tels "Gros con", "De l’amour à revendre"… Il comprendra l’absurdité d’origine dans les curieux "P.P.D.E.", "Pogo d’amour"… C’est bien le traitement de chaque morceau, et son inscription dans un des champs historiques du groupe qui forgent l’identité Fatals Picards de l’album.

Notre festivalier en préparation pourra être tenté de réduire la proposition du groupe, à une production de parodies, mais assez vite il conviendra de faire amende honorable et de dépasser le simplisme de cette hypothèse. La parodie, strictement, indiquerait une volonté d’initier sa démarche à partir de modèles à reproduire, en en accentuant tel défaut ou en déformant tel aspect, afin de renvoyer du modèle premier, une image moqueuse, drôle ou critique. Dans la performance du groupe qui nous intéresse ce jour, c’est davantage un processus de création que nous observons à la genèse du morceau, création qui se pare ensuite des apparats du thème choisi, pour apporter le traitement comique et décalé propre au groupe et à son univers précédemment décrit. Le fatalisme est un humanisme. Des morceaux comme "Hortense", "Atomic Twist", "Manouches", "Le dimanche au soleil" illustreront clairement ce parti pris. En conclusion, chez les Fatals Picards, l’essence précède l’existence. CQFD. Euh… qu’est-ce qu’il fallait démontrer déjà ? Que palabrer à propos d’un album des Fatals Picards était d’une bien complète vanité. Ah ben oui alors, CQFD !

Alors terminons en soulignant que Septième Ciel comptera comme un bien bel album dans la discographie du groupe, ouvertement indépendant, réellement rock, et des plus prometteurs pour les live à venir. "Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’Everest…". Peut-être que les Fatals Picards atteignent avec Septième Ciel un sommet dans leur savoir-faire. Chacun jugera. Mais souhaitons-leur, car là les attendra le plus beau challenge après le sommet. C’est alors que le plus grand reste à atteindre...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pamplemousse Mécanique des Fatals Picards
La chronique de l'album 14.11.14 de Fatals Picards
La chronique de l'album Fatals Picards Country Club des Fatals Picards
La chronique de l'album Espèces menacées des Fatals Picards
Fatals Picards en concert au Festival en Campagne 2007
Fatals Picards en concert au Fil (vendredi 6 novembre 2009)
Fatals Picards en concert au Festival Foreztival 2010 (6ème édition)
Fatals Picards en concert au Fil (samedi 26 mars 2011)
Fatals Picards en concert au Fil (vendredi 7 décembre 2012)
L'interview des Fatals Picards (14 mars 2007)
L'interview des Fatals Picards (6 novembre 2009)
L'interview des Fatals Picards (vendredi 7 décembre 2012)
L'interview de Fatals Picards (jeudi 16 juin 2016)
L'interview des Fatals Picards (mercredi 15 novembre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel des Fatals Picards
Le Bandcamp des Fatals Picards
Le Myspace des Fatals Picards
Le Facebook des Fatals Picards


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Les Fatals Picards (15 novembre 2016)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=