Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Merzhin
Des heures à la seconde  (Adrenaline Prod / L'Autre Distribution)  mars 2014

En trois mots : rock breton youhou.

En plus de mots ? Voyons voir… J’ai cherché ce que Merzhin voulait dire. Merlin. En breton. Evidemment. N’en déplaise à la capitale du rock clermontoise, les bretons sont tout aussi doués dans ce domaine. Mieux, ils ont cette capacité à y mêler des instruments traditionnels, pimentant un peu la rugosité de la rockabilité. Merzhin en rend ses airs un peu plus celtiques.

Les six Merlins du groupe : Pierre Le Bourdonnec, Ludovic Berrou, Damien Le Bras, Stéphane Omnes, Vincent L'Hour, Jean-Christophe Colliou (retenez ces noms, s’il vous arrive d’en croiser un jour, ça peu servir… ou pas) fêtaient leurs 15 ans de vie commune en 2012, avec une méga tournée qui ne vole pas son nom à son label : Adrénaline.

Les recettes d’un groupe qui dure et évolue ? L’écoute, le partage, la confiance et tout et tout. Ils sont tous les 6 auteurs, compositeurs, interprètes et producteurs. Voire plus encore. Leur dernier album (le cinquième, déjà) est fait d’énergie des quatre vents, il insuffle une dynamique mystérieuse et puissante. A y tendre un peu les tympans, Des heures à la seconde est blindé d’instruments à vents. Voilà donc leur secret. Le vent. D’un autre côté, quand on a grandi en Bretagne, j’imagine que le vent est plus qu’un souffle.

Cet album est définitivement rock, avec ses riffs et ses basses capiteuses. L’ambiance en est un peu noircie, dénonciatrice et rageuse. Le rock’n’roll n’est pas mort. Pas pour tout le monde en tout cas. Il revient à ses primales origines. Dénoncer, décrire notre génération, élargir les carcans, inventer un monde meilleur où il ferait bon respirer contempler les heures vagabondes.

Manu (ex membre du regretté groupe Dolly) est invitée sur "L’éclaireur" qui est pour moi le titre le plus incontournable de l’album, rock comme tout, course devant les ouragans, les tornades, les tempêtes, les cheveux emmêlés et les poings serrés, cours.

Ah non, c’est plutôt "Lignes d’horizon" : une galante poésie à la suite, au futur, à l’espoir, aux rêves, à l’ivresse. Bof… Non, je ne sais pas. J’hésite avec "Bande passante" : "on n’a plus vingt ans ni même trente assurément", mais je m’en fous de votre âge les Merzhin, je vous aime, moi : "autour on tourne autour de cette vie qui est la nôtre". Oh, j’ai failli oublier les chœurs d’enfants sur "Le pantin", attendrissant la réalité : "je suis un pantin articulé de fils sans fin".

Je sais bien que les titres d’un album sont minutieusement pensés, choisis, articulés, mais je ne peux que m’incliner devant l’ensemble Des heures à la seconde, l’ensemble est un accomplissement parfait de ce qui se fait de meilleur en matière de french-rock. Libérez-vous de vos assujettissements, osez lever les yeux au ciel, éloignez-vous des sabliers et de la vindicte populaire, soyez ce que vous faites de mieux : vous (et sauvez vos fesses).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Merzhin Live de Merzhin
Merzhin en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (samedi 7 août 2010)
L'interview de Merzhin (4 juin 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Merzhin
Le Myspace de Merzhin
Le Facebook de Merzhin


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Merzhin (7 juin 2008)


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=