Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emmanuel Tugny & The Lady Guaiba’s Swing Band
Les Variétés  (Vila Mariana / Rue Stendhal)  avril 2014

On connaissaît son phrasé à la Dominique A, grave et tendre comme un mot doux murmuré au creux du coude (ça chatouille), Emmanuel Tugny revient avec The Lady Guaibas’s Swing Band pour Les Variétés. Bravo bonhomme. Bien joué pour le titre. Mine de rien, ingénieux Les Variétés. Plus facile à classer ? Je ne crois pas non (et ça n’a rien à voir avec le fait que je n’ai toujours rien pigé au fameux classement).

Emmanuel Tugny fait penser à ces grands hommes (1m90 et au-delà) qui arpentent les chemins avec un chapeau et une valise, les mains dans les poches et la plume au bec. Nonchalant, indépendant, tranquille, le cœur plein de rêves et les pieds dans les pissenlits. Oui, je sais, il est chauve et barbu, mais qu’importe le vin pourvu qu’on ait l’ivresse. Et Manu, il l’a l’ivresse. Au point de nous emmener dans son délice musical fait d’épopées oniriques, de chant italiens et d’hommage à Nadejda Tolokonnikova.

Comment ça rien à voir ? Bien sûr que si, ce sont Les Variétés tout de même. Pas de quoi nous tromper sur la marchandise.

Sa musique ? Elle est à son image, naturelle, accompagnée d’un espiègle de cuivre et d’accords de cordes, de claviers, de zouing zouing dodelinant et d’accents roulant des hanches entre les tables. Des reprises "On the Sunny Side of the Street", "Ce n’est rien", "Isn’t it a pity", un texte de Guillaume Apollinaire, la voix de Suzanna Tissita, un ton bas et monocorde, des vocalises aguisées. Les Variétés, vous disiez ? En effet.

Il y a de tout, et un peu plus que tout dans cet album, loin du pas grand-chose et de l’à peu près, Les Variétés seraient comme la traversée d’une ville. La laideur des trottoirs magnifiée par les bacs à fleurs, eux-mêmes responsables des nuées d’abeilles chassées par des tapettes rageuses, elles-mêmes remèdes à la moiteur ambiante, elle-même propice à la sensualité des vêtements légers, eux-mêmes responsables d’incivilités, elles-mêmes sources de jeux de mots potaches, eux-mêmes prétextes à la rigolade entre potes, eux-mêmes pourfendeurs de corsets, eux-mêmes détournés en dessous sexy…

Beau et moche, gentil et méchant, tout est lié, tout se mélange, Emmanuel Tugny en est un exemple fondamental : ce nouvel album est un melting pot de tout ce qu’il sait faire avec un Swing Band tout à fait charmant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Une fille pop de Emmanuel Tugny & the Lady Gaiba's Swing Band
La chronique de l'album Voulez-vous de Emmanuel Tugny & the Lady’s Guaiba’s Swing Band
La chronique de l'album Armor de Emmanuel Tugny
L'interview de Emmanuel Tugny (avril 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de Emmanuel Tugny
Le Facebook de Emmanuel Tugny


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=