Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tense Men
Where Dull Care is Forgotten  (Faux Discx)  mars 2014

"Abrasif", "répétitif", "entêtant"... voilà trois adjectifs qui conviennent parfaitement à ces trois garçons (Oliver FisherRich Phoenix et Liam O’Neill), dont la musique post-punk est brûlante, étincelante, incandescente ! Une basse qui vrombit, des guitares en boucle, une voix sombre et d’une tristesse à faire pâlir Ian Curtis de jalousie au fond de son trou... voici les anglais de Tense Men, un projet parallèle des membres de Sauna Youth, Cold Pumas et Omi Palone.

Ce premier album officiel est sorti en mars dernier chez Faux Discx (on reparlera de ce label indépendant basé à Brighton mené par Dan Reeves car il héberge une poignée de groupes tous plus excitants les uns que les autres, en citant au hasard Omi Palone, Virginia Wing, Stuart Warwick ou bien encore Cold Pumas !). Il rassemble 6 titres sans concession. Ici, on n’en a rien à foutre du passé, on avance, on fait la musique que l’on aime, peu importe les étiquettes que l’on pourrait coller facilement à ce genre d’excités.

On commence l’album par "Stages of Boredome", où l'on rentre dans le vif du sujet, riffs stridents, basse lourde et redondante, rythmique sèche et claire. L’univers des Tense Men est moite, dur, collant, tendu. C’est un monde sans pitié, transgressif, qui va droit au but. On poursuit sur "RNRFON", la basse débute, sourde, tel un moteur de Lotus Seven, la batterie rejoint cette ligne de basse et la guitare se déchaîne, le chant se répète sans discontinuer. Hyper addictif, on en redemande !

"Lie Heavy (Desperate Times)", plus clair, guitare légèrement désaccordée, voix ostensiblement lascive et lassée, et rabâchage des notes. Quand commence "Where Dull Care is Forgotten", la chanson qui a donné le titre à ce mini-LP, on est perdu : rythme lent, d’une lenteur exagérément lancinante, chant dépressif, froid et lointain, encore ce fantôme de Curtis qui vient rôder dans les parages… C’est maladif, on se voit dans le coin d’une pièce, tourné dans cet angle, se frottant les membres, se tapant la tête un peu maladroitement dans la torpeur de notre jeunesse passée. "Nonentities" s’étale sur plus de 5 minutes, des montées, des descentes, c’est presque l’histoire d’un junkie ! On termine enfin par "Opiate Glow", ça sent l’opiacé en effet et dans toute la pièce ! C’est bon, le refrain est d’une violence tendue.

Avec Where Dull Care is Forgotten, les Tense Men tiennent un disque indispensable, on a très hâte d’entendre les nouvelles compos et surtout de voir en live ce que ce trio va pouvoir nous envoyer à travers les oreilles car en studio, c’est déjà tout simplement énorme !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Tense Men
Le Soundcloud de Tense Men


Cédric Duchamp         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=