Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Boom Bip
Interview  (Paris)  février 2005

Ça s’est passé chez pias record. Je devais interviewer Boom Bip, un artiste anglais qui fait de l’electro acoustique à ce qu’ils disent. J’arrive. Trop tôt. J’attends. L’angoisse monte. Dans la panique, j’oublie de brancher le micro de mon mini disc. Voilà comment tout à commencé.

Il a fallu que je m’en rende compte dans le métro. Boom Bip c’est un gars sympa. Il n’a pas rit quand j’ai ouvert la bouche. Pourtant y’avait de quoi. Il a parlé du fait que le beau et le triste sont deux choses similaires. Mais le triste ne le concerne pas. C’est pas ce qu’il a voulu dire dans cet album. Ce qu’il voulait exprimer, lui, c’était ce qu’il a ressenti en enregistrant en Californie. L’excitation, la solitude et se sentir constamment perdu. Perdu. Ça c’est un mot qui décrit sa musique. Quand je l’ai écouté, j’avais l’impression d’être coincé dans un de ces jeux vidéo dont j’ai été délivré par le dernier morceau, le seul où une voix accompagne la musique.

Il sourit. Il ne voyait pas les choses comme ça. Mais pourquoi pas ? Voir ce que les autres ressentent en écoutant sa musique le fascine. Il ne chante pas. Les sons ont une intrepretation plus vastes. Et ils expriment mieux ce qu’il ressent. Sa musique en devient moins accessible et c’est bien mieux. Le tri se fait automatiquement. Ceux qui ne comprennent pas n’écoutent pas.

Boom Bip porte des converses. Noires et basses. Il est bavard. Je respire. C’était pas avec mes quatre questions que j’allais m’en sortir. J’improvise. On parle écriture. Composition plutôt. Lui n’écrit rien. Il prend sa guitare et laisse l’inspiration monter. C’est elle qui l’appelle. Pas lui. Il ne force rien. Il attend. Il attend en pensant. Toute la journée il pense. Il culpabilise, mais au fond il ne fait rien pour changer.

Il écoute de la musique aussi. Beaucoup de musique. Il me fourre son i pod dans les mains et j’esquisse un sourire à la vue du nom de Brigitte Bardot. Je m’arrête sur Deerhoof. Putain de bon groupe qu’il me dit. Il aimerait collaborer avec eux. Mais c’est pas fait.

Pour l’instant y’a le live en préparation. Chaque musicien avec qui il travaille veut apporter sa touche de créativité à ses morceaux, mais Boom Bip s’en fout. Cela donne une nouvelle dimension à l’album. Rien ne semble le perturber. Si quelqu’un s’approprie sa musique tant mieux. Ça veut dire qu’elle est bien et que qu’on l’admire.

Boom Bip aime le hip hop. Il s’en inspire. Sa musique s’en ressent. Il est content. Il a le sentiment d’être compris. On continue à parler. J’apprends qu’il a chien. Il le promène en écoutant de la musique. Il en écoute tout le temps, comme je l’ai déjà dit, pour s’inspirer. Pour voir ce que font les autres .

Pour le premier album, il avait fait le silence radio. Pas pour celui-ci. Il n’a pas peur de perdre sa touche. Il aime la musique et c’est tout. Son seul problème c’est qu’il pense trop. Et là on tourne en rond. Le temps passe vite.

J’arrive à court de questions. Je pense à ce que m’a dit Froggy. Si tu devais décrire ta musique en trois mots, tu dirais quoi ? Silence. "I don’t know" qu’il me répond en comptant sur ses doigts. Ça fait trois. Pas mal.

Un bon gars ce Boom Bip. Je vous le dis.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blue eyed in the red room de Boom Bip
Boom Bip en concert au Festival La Route du Rock 2005 (Dimanche)
Boom Bip en concert au Festival La Route du Rock 2005 (dimanche)


Julie G         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=