Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Low
The great destroyer  (Rough trade / PIAS)  janvier 2005

L'album rock de Low . Quoi de pire aurait il pu arriver au parcours quasi impeccable du trio slow-core du fin fond du Minnesota.

Malgré un coffret rétrospective un peu fourre-tout sorti l'année dernière (A Lifetime of Temporary Relief), le groupe restait une valeur sure en enchaînant les albums classieux dont le classique Trust fut le dernier maillon irréprochable en 2002.

Un changement de label de Kranky vers Sub Pop pourrait facilement expliquer les libertés que prend le groupe avec ses exigences passées, mais on ne peut pas en vouloir à Alan Sparhawk et ses amis de vouloir sortir du schéma intimiste sur lequel ils avaient construit tout leur succès… on ne peut que regretter que la magie ait singulièrement disparue lors de cette transition.

Comme il est difficile de dire du mal de groupes pour lesquels on garde une sympathie forgée sur la platine et la scène, on ne s'attardera pas trop sur les déceptions de cet album, elle est pourtant bien là.

La couleur power-rock de la première face de l'album laissera en effet peu d'espace vital aux compositions excitantes. Si certains titres comme "Monkey" fonctionnent honnêtement – l'efficacité n'a sans doute jamais fait partie du vocabulaire naturel de Low –, d'autres côtoient une écriture bas de gamme incompréhensible dans la discographie du combo : mainstream sans fraîcheur.

On peut sans malhonnêteté trouver un premier coupable dans la personne de David Fridmann, dont la production surgonflée a pu faire des merveilles par le passé chez certains groupes, mais se révèle totalement inadaptée au registre intimiste de Low ; on se le rappelle, le groupe poussait en effet à ses débuts la vanité jusqu'à prétendre occuper la place du groupe le plus lent et silencieux de la sphère du rock indépendant us. La luxuriance de la production de cette première partie de l'album noie sans recours l'âme et la grâce du songwriting classieux du groupe.

Il serait pourtant regrettable de reposer trop vite la galette dans son étagère car la bonne surprise est que la deuxième face nous réconcilie avec le groupe. Sans se braquer sur un certain systématisme dans la construction, les titres se répondent l'un l'autre et fonctionnent ainsi comme un véritable mini concept album.

Les textes plus narratifs que par le passé incarnent une maturité habitée qui avec recul mais sans nostalgie apportent un regard intriguant entre déception et foi (le titre de leur coffret fait écho à cette impression). La flamme jusqu'au-boutiste de "When I Go Deaf" répond ainsi aux regrets pesants de "Death of a Saleman" (petite perle de l'album). Les morceaux "Pissing", "Broadway" et "When I go Deaf" vont jusqu'à exploiter comme dans un exercice de style oumupien la même construction pour l'habiller de sentiments contradictoires.

On peut enfin relativiser cette déception par le fait que clairement ce nouvel album est destiné au live. Je peux nager en pleine science-fiction mais il parait crédible que le succès croissant du groupe l'ait forcé à passer dans des salles de plus en plus grandes et a ainsi eu tendance à faire évoluer sa musique.

On se rappelle ainsi avec peine de la première partie de Radiohead qu'avait effectuée Low aux arènes de Nimes, le cadre démesuré littéralement rock-arena voyait toute la justesse du groupe s'évanouir hors des cocons intimistes dans lesquels on se plaisait à les retrouver.

Pour ce qui est du présent les concerts de Low fonctionnent ainsi sur une nouvelle corde, la guitare d'Alan prenant d'avantage ses aises dans un registre tout à fait convaincant sans être révolutionnaire (calme – tempête) qui font que leurs concerts restent des dates phares à ne pas laisser passer. Cela reste surtout lorsque les anciens titres sont joués ("Two Steps" , "Lullabye" ! ) qu'on se rappelle alors que les prestations du groupe appartenaient auparavant à une toute autre dimension.

Si chose inédite chez Low, l'album est clairement imparfait et décevant, la deuxième moitié de l'album vaut a elle seule de s'y intéresser sans appréhension, notamment pour ceux qui découvriront ainsi le groupe.

Le meilleur conseil : les rencontrer en concert et se ruer sur les précédents albums.

 

Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=