Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Libre et assoupi
Benjamin Guedj  mai 2014

Réalisé par Benjamin Guedj. France. Comédie. 1h33. (Sortie le 7 mai 2014). Avec Baptiste Lecaplain, Charlotte Le Bon, Félix Moati, Denis Podalydès et Isabelle Candelier.

Voici le synopsis du film : Sébastien (Baptiste Lecaplain) se fait jeter de chez ses parents car il n'a qu'une ambition dans la vie : ne rien faire. Son but, c’est de rester le cul posé sur son canapé le plus longtemps possible. Sa vie, il préfère la contempler plutôt que de la vivre. Il se retrouve à vivre en colloc avec une fille (Charlotte Le Bon) qui est à l’opposé de lui et un mec (Félix Moati), à mi-chemin entre les deux.

Bref, un mec habitant avec des collocs ayant d’autres buts dans la vie que lui et préférant rester sur son canapé : le pitch ressemblait un peu trop à un truc que je connais bien, pas ma vie perso, mais une série TV qui a eu une petite importance dans ma vie quand même (après avoir vu le film, ça n’a rien à voir !). J’étais donc curieux de voir à quoi ressemblait le film, surtout que je partais avec des gros a priori sur le réalisateur Benjamin Guedj, qui est plutôt connu comme auteur de sketchs mais est aussi en partie responsable du scénario de cette sombre merde qu’est le film Cyprien avec Elie Semoun.

On ne va pas mentir, le film se laisse regarder avec plaisir. On passe un bon moment avec les colocataires dans lequel on s’identifie tous un peu. Mais il y a aussi quelques défauts que l’on va attribuer au fait que ce soit un premier film (même si ça n’excuse pas tout).

Il y a déjà un peu trop d’emprunts ou de clins d’oeil à d’autres films, et c’est un peu lourd (la galerie de plafonds du début fait un peu trop penser à Amélie Poulain, les glissades en chaussettes dans un couloir ont tellement été vues mille fois que je ne serais même pas citer le premier film qui a fait ça, danser en sous-vêtements comme dans Risky Bizness…).

Il y a quelques scènes à la symbolique ultra-lourdingue (le jeune mec cool qui marche à contre-sens d’une horde de businessmen en costard et attaché-case) dont on aurait aimé se passer.

Puis il y a aussi certains dialogues pas naturels pour 2 euros. On pourrait croire que les comédiens jouent mal, mais non car on les a tous vus jouer ailleurs et on sait qu’ils sont bons ! Mais c’est trop écrit, trop long. Personne ne se coupe la parole comme dans une vraie discussion entre êtres humains. On sent que les comédiens doivent suivre un texte et ça ressemble donc à trois collocs qui font une récitation.

Bon là, j’y ai été franco avec les problèmes du film. Il faut dire que je ne suis pas tendre en général avec les comédies françaises qui peinent à atteindre le niveau des comédies US ou anglaises (on a parfois des bonnes surprises comme avec Les Kaïra, ou Pop Redemption), mais il est quand même cool ! Cela ne va pas devenir le film culte d’une génération, mais on rigole franchement. Le casting est vraiment bon. Denis Podalydès y est juste parfait, Baptiste Lecaplain prouve qu’il va falloir compter de plus en plus sur lui dans le paysage cinématographique français.

Si vous n'avez pas envie de vous prendre la tête et de passer un bon moment devant un film léger et rigolo, n’hésitez pas. Mais si vous êtes un cinéphile pointilleux qui trouve chaque défaut d’une scène, vous pouvez vous en passer.

 

Didier Richard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=