Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ghinzu - The film
Elysée Montmartre  (Paris)  1er février 2005

Salle comble ce soir à l'Elysée Montmartre pour le grand show de Ghinzu qui nous avait complètement bluffé lors de son show case à la Boule Noire en automne dernier.

En attendant, un nouveau venu, le groupe The Film, bénéficie de l'affluence et on sent bien que cela électrise les quatre gars (basse, guitare, saxo et batterie ou clavier) qui se démènent sur la scène, notamment le chanteur, petit gabarit qui n'est pas sans rappeler Muse, la voix en moins.

Leur rock poseur à tendance rockabilly montre vite ses limites dans une aussi grande salle et d'amusant au départ cela devient vite répétitif, le son étant par ailleurs peu habité.

Mais le public est amène car, après la grosse artillerie, il attend les chevaux légers.

Noir. Un air de péplum emphatique retentit et annonce Ghinzu. La salle presque silencieuse attend avec fébrilité l'entrée du quintet en perruques afro.

La lumière jaillit et, sur le torrent de décibels de l'intro de que Ghinzu apparaît, revêtu de masques simiesques très réalistes. Groupe de scène, Ghinzu aime cet aspect de la performance. Il n'en faut pas plus pour que lepublic se déchaîne. C'est parti !

Ghinzu est devenu, en moins d'une année, un incontournable de la scène rock belge, se faufilant dans une brèche béante depuis la mise en retrait de Tom Barman et de son dEUS, qui devrait toutefois revenir sur le devant de la scène sous peu avec un nouvel album.

En attendant, Ghinzu a su conquérir un large public large (on voyait tant les parents que les adolescents) grâce à des chansons fédératrices donc la recette love, sex and money est simple et efficace et se résume à des mélodies pop impeccables habillées d'un gros son rock et d'une très forte présence scénique de tous les membres du groupe.

Les masques tombés, les choses sérieuses commencent. Les Ghinzu n'attendent pas le rappel pour sortir l'artillerie lourde.

Et ils ont une bonne raison pour cela, ils ont suffisamment de titres phares pour ne pas les économiser.

Avec " You are sent to take/ Every time I fall/ Every piece of me" de "Blow", ils balaient tout sur leur passage et embraient sur "The reign of Hight voltage queen" puis sur "Dragon" de leur précedent album Electronic jacuzzi .

De crescendo, Ghinzu c'est une énergie fougueuse, des maelstroms soniques, qui avec "Cockpit inferno" et "Dragster wave" parvient à amener le public conquis à un "Do you read me" qui se révèle assassin, les intro au piano de John Stargasm, face à la salle sont ravageurs. Difficile d'y résister et ça pogote fort.

Aussi, les tubes pleuvent rapidement, les musiciens, Greg en tête, sont en transe et John nous gratifie de son célèbre pas de danse déhanché se transformant rapidement en tressautements et gigotements "NickCaviens".

Le public est heureux et en redemande, et le jeté de petite culotte ne refroidit pas le groupe au contraire.

Greg se précipite, la récupère et le voila en train de courir sur la scène avec la culotte sur la tête ! Un vrai plaisir de jouer communicatif qui fait oublier les quelques redondances de certains morceaux.

.Le premier rappel ne nous épargnera pas (pour notre plus grand plaisir) une version de Purple Rain détournée qui devient un classique de Ghinzu en live.

David de Soldout, à l'origine de quelques remixes du groupe, viendra même tâter de la table de mixage sur l'électro rock endiablé "Mine".

Peut être d'ailleurs aurait-il fallu s'arrêter là et ne pas revenir pour un ultime rappel peut être un peu moins puissant mais ...ne boudons pas notre plaisir.

 
La chronique de l'album Blow de Ghinzu
La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)
La chronique de l'album eponyme de The Film
Articles : The Film - Galerie photos
The film en concert au Festival Microcosm 5
The film en concert au Festival Garorock 2005 (vendredi)
The film en concert au Nouveau Casino (15 juin 2005)
The film en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The film en concert à La Maroquinerie (1er décembre 2005)

En savoir plus :

le site de Ghinzu : www.ghinzu.com

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Blow de Ghinzu
Ghinzu en show case à la Boule Noire en septembre 2004

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of Indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=