Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Christ selon l'Afrique
Calixthe Beyala  (Editions Albin Michel)  février 2014

A l'image de sa couverture multicolore, tout est chamarré et luxuriant dans "Le Christ selon l'Afrique", dernier roman en date de Calixthe Beyala, à commencer par sa percutante et truculente langue imagée héritée de la parole africaine riche en métaphores qui teintent le prosaïque de poéticité.

Nonobstant cette exubérance scripturale, elle ne livre pas une carte postale pittoresque mais un roman concentrique qui, à partir d'une histoire individuelle, celle d'une pétulante jeune fille prénommée Boréale qui a vingt ans, l'âge de tous les possibles, aborde la condition de la femme africaine, s'élargit à la vie d'un quartier populaire et procède ainsi jusqu'à tracer une véritable radioscopie politique de l'Afrique.

Car Calixthe Beyala est une femme engagée au franc-parler virulent qui fait état sans ambages d'opinions et convictions qui ne sont pas sans susciter des controverses qui sont étayées et illustrées dans ses romans.

Ses sujets de prédilection que sont notamment les effets négatifs de la mondialisation dont l'uniformisation des esprits, le néo-libéralisme qui érige l'argent en valeur suprême et but ultime, la condition et le droit des femmes face au phallocratisme de l'homme africain, l'éloge du matriarcat comme acteur essentiel du développement et de la survie du continent africain et l'attachement aux traditions qui n'est pas antinomique avec une modernité tempérée et adaptée aux paticularités culturelles, sont donc présentes dans cet opus.

De surcroît, celui-ci aborde la question du sacré dans un pays "où chacun fait boutique avec la foi" et qui, s'éloignant de l'animisme originel, a troqué le culte des ancêtres pour l'idolatrerie des religions monothéistes importées et imposées.

Boréale, qui n'a connu ni l’esclavage ni la colonisation, nourrit des rêves générationnels devenus universels pour la jeunesse mondiale qui se résument en quelques mots : être libre, riche et célèbre.

Mais elle vit à Kassalafam, le quartier pauvre de Douala ("un foutoir, l'antichambre du codéveloppement") et, ayant abandonné tôt ses études, elle travaille comme "boyesse" auprès d'une expatriée blanche, ces nouveaux "colons" qui viennent en Afrique pour bénéficier du miracle de la multiplication des pains qui résulte du taux de change avec la monnaie locale.

Elle vit encore avec sa mère, une mère célibataire qui lui préférait sa soeur aînée, plus belle à qui était promis un destin de reine mais que "ceux qui la courtisaient n'emmenaient pas plus loin que la banquette arrière de leur voiture de luxe" avant qu'elle ne disparaisse soudainement, et qui reporte sur elle - qui ressemble à son père haï "comme deux crachats d'une même personne" - ses rancunes et frustrations de femme abandonnée.

Une mère qui n'hésite pas, sous couvert du respect de la tradition d'entraide féminine familiale, à la transformer en marchandise - devenir la mère porteuse rémunérée pour une tante stérile non pas en manque de maternité mais, mariée sur le tard à un ancien haut fonctionnaire avec une confortable retraite assurée, par crainte de voir qu"une attrape-couilles ne lui enlève l'hostie de la bouche en pondant un bâtard à son époux" - qui serait une manne pécuniaire. Car elle aussi veut devenir riche, acheter un magasin et faire fortune dans les affaires.

Ce qui n'entre pas dans le "plan de carrière" utopique de Boréale qui "refuse d'entrer dans cette macaquerie et de s'embourber dans ce marigot du négrille". Mais vivre neuf mois à lambiner "aux frais de la princesse" est tentant. Car Boréale est "une mer de contradictions" comme l'Afrique.

Et Calixthe Beyala en fait la figure métaphorique de ce continent "christique" ; "L'Afrique c'est Jésus. Elle meurt pour que le reste de l'humanité vive". Et il faut reconnaître que sa peinture de la capitale camerounaise ressemble au Temple biblique dont les "marchands" sont des prédicateurs de tous poils, vrais illuminés et prêcheurs intéressés, les élus qui "pilotent le pays dans le sens de leur enrichissement personnel" et les affairistes "qui ont érigé la corruption au rang des beaux arts".

Au premier degré chronique pétulante d'une vie de quartier avec sa galerie de portraits hauts en couleurs et archétypaux des maux dénoncés portée par une langue inventive et savoureuse, cet opus au dénouement inattendu constitue également une belle fable moderne dans laquelle Calixthe Beyala pose des questions essentielles pour l'avenir de l'Afrique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=