Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Vandals - Underminded - The God Awfuls
La Boule Noire  (Paris)  27 janvier 2005

Kung Fu Records ça vous dit quelque chose? Non pas savatte-manchette double kick-kick-nesquick dans ta face, c'est l'un des plus gros labels de punk-rock US (c'est ce qu'on appelle une entrée en matière francassante...soignez vos accroches qu'ils nous répêtaient à l'école...là, on peut dire que c'est soigné), et en ce jeudi 27 janvier ils nous envoient trois groupes de chez eux histoire de dégourdir nos menbres frigorifiés.

Soirée spéciale Kung Fu ou pas, la présence des Vandals à l'affiche a suffi à rameuter une bonne partie des keupons de la capitale boulevard Rochechouart.

19h30, c'est le jeune groupe Underminded qui ouvre la soirée devant une trentaine de curieux. L'acceuil se fera mitigé et plutôt froid, il faut dire que ces 4 garçons aux alllures de teenagers U.S (en même temps c'est ce qu'ils sont) pratiquent un punk-hardcore à la frontière de l'emo un peu trop ancré hardcore pour le parterre de punks rockers présents (ce qui moi ne m'a pas dérangé).

Pendant 30 min, ils déversent leur musique à classer entre Shaï Hulud (avec une voix moins vénère) et Thrice. Un rythme déstructuré, lourd, mené par une voix geularde (mais pas trop), avec des passages double-pédales bien senties (le batteur se débrouillait pourtant bien) et quelques plans carrément punks. Rien de bien original, mais une musique bien foutue, bien éxécutée qui donne envie de sauter partout.

Ensuite, c'est le punk rock'n'roll de The Gods Awfuls qui débarque. Un punk qui doit beaucoup à des groupes comme Rancid ou les Dropkick Murphys, avec une voix éraillé, des choeurs très stylé californiens et une réelle énergie sur scène qui fait plaisir à voir. Perso, j'ai trouvé que tout ça se ressemblait beaucoup dans l'ensemble et j'ai assez vite décroché. Mention spéciale aux deux derniers titres où le chanteur guitariste délaisse sa gratte pour se poser un vrai frontman, ce qui donnera un peu plus de relief au show.

21h35, les légendaires californiens des Vandals arrivent, sans Josh Freeze évidemment (l'un des meilleurs batteurs au monde qui officie dans près de 12 groupes et qui est le batteur studio des Vandals et qui les accompagne en tournée seulement qu'aux U.S.A, peut-être la seule personne du monde de la musique à être plus busy que Mike Patton). A partir de ce moment là je ne sais plus vraiment quoi penser de ce concert.

Un show totalement contradictoire se déroule devant moi.

D'un côté, le chanteur nous prévient qu'il a des petits problèmes de voix et qu'il ne faudra pas lui en vouloir, il ne semble pas heureux outre mesure d'être sur scène et il mettra un terme au concert au bout d'une heure seulement (ah ces amerloques).

Et de l'autre, le guitariste (chanteur sur quelques morceaux) pêta totalement les plombs et devint imprévisible (ce qui agacera son collègue décidemment peu enclin à rigoler ce soir). Quand il passe au chant sur le tubesque "Don't stop me now" (tiré d'Hollywood potato chips leur dernier album en date) et le non moins énorme "I have a date", il fait taire le reste du groupe sur le break pour emmener le public dans un interminable sing along avec lui (il chante, on reprend etc...). Il s'empare d'une toute petite guitare se la met dans le pantalon et l'agite bizarement, il renverse des bouteilles d'eau sur les toms du batteur (celui d'Alkaline Trio, en remplacemant de Josh Freeze donc), et finira le concert à poil. Une attitude assez hilarante et incontrôlable (il faudra que la chanteur lui signifie qu'il aimerait bien continuer à jouer sinon je pense qu'on n'y serait encore à l'heure qu'il est).

Bref, un concert bizarre, imprévisible, mais sacrément trop court

A 35-40 ans, on peut comprendre qu'un groupe comme les Vandals n'est plus la même excitation de jouer qu'il y a 15 ans, mais quand même ce n'est pas tous les jours qu'ils viennent jouer à Paris !

Allez les gars, sans rancunes et à une prochaine fois.

 

Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=