Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Vandals - Underminded - The God Awfuls
La Boule Noire  (Paris)  27 janvier 2005

Kung Fu Records ça vous dit quelque chose? Non pas savatte-manchette double kick-kick-nesquick dans ta face, c'est l'un des plus gros labels de punk-rock US (c'est ce qu'on appelle une entrée en matière francassante...soignez vos accroches qu'ils nous répêtaient à l'école...là, on peut dire que c'est soigné), et en ce jeudi 27 janvier ils nous envoient trois groupes de chez eux histoire de dégourdir nos menbres frigorifiés.

Soirée spéciale Kung Fu ou pas, la présence des Vandals à l'affiche a suffi à rameuter une bonne partie des keupons de la capitale boulevard Rochechouart.

19h30, c'est le jeune groupe Underminded qui ouvre la soirée devant une trentaine de curieux. L'acceuil se fera mitigé et plutôt froid, il faut dire que ces 4 garçons aux alllures de teenagers U.S (en même temps c'est ce qu'ils sont) pratiquent un punk-hardcore à la frontière de l'emo un peu trop ancré hardcore pour le parterre de punks rockers présents (ce qui moi ne m'a pas dérangé).

Pendant 30 min, ils déversent leur musique à classer entre Shaï Hulud (avec une voix moins vénère) et Thrice. Un rythme déstructuré, lourd, mené par une voix geularde (mais pas trop), avec des passages double-pédales bien senties (le batteur se débrouillait pourtant bien) et quelques plans carrément punks. Rien de bien original, mais une musique bien foutue, bien éxécutée qui donne envie de sauter partout.

Ensuite, c'est le punk rock'n'roll de The Gods Awfuls qui débarque. Un punk qui doit beaucoup à des groupes comme Rancid ou les Dropkick Murphys, avec une voix éraillé, des choeurs très stylé californiens et une réelle énergie sur scène qui fait plaisir à voir. Perso, j'ai trouvé que tout ça se ressemblait beaucoup dans l'ensemble et j'ai assez vite décroché. Mention spéciale aux deux derniers titres où le chanteur guitariste délaisse sa gratte pour se poser un vrai frontman, ce qui donnera un peu plus de relief au show.

21h35, les légendaires californiens des Vandals arrivent, sans Josh Freeze évidemment (l'un des meilleurs batteurs au monde qui officie dans près de 12 groupes et qui est le batteur studio des Vandals et qui les accompagne en tournée seulement qu'aux U.S.A, peut-être la seule personne du monde de la musique à être plus busy que Mike Patton). A partir de ce moment là je ne sais plus vraiment quoi penser de ce concert.

Un show totalement contradictoire se déroule devant moi.

D'un côté, le chanteur nous prévient qu'il a des petits problèmes de voix et qu'il ne faudra pas lui en vouloir, il ne semble pas heureux outre mesure d'être sur scène et il mettra un terme au concert au bout d'une heure seulement (ah ces amerloques).

Et de l'autre, le guitariste (chanteur sur quelques morceaux) pêta totalement les plombs et devint imprévisible (ce qui agacera son collègue décidemment peu enclin à rigoler ce soir). Quand il passe au chant sur le tubesque "Don't stop me now" (tiré d'Hollywood potato chips leur dernier album en date) et le non moins énorme "I have a date", il fait taire le reste du groupe sur le break pour emmener le public dans un interminable sing along avec lui (il chante, on reprend etc...). Il s'empare d'une toute petite guitare se la met dans le pantalon et l'agite bizarement, il renverse des bouteilles d'eau sur les toms du batteur (celui d'Alkaline Trio, en remplacemant de Josh Freeze donc), et finira le concert à poil. Une attitude assez hilarante et incontrôlable (il faudra que la chanteur lui signifie qu'il aimerait bien continuer à jouer sinon je pense qu'on n'y serait encore à l'heure qu'il est).

Bref, un concert bizarre, imprévisible, mais sacrément trop court

A 35-40 ans, on peut comprendre qu'un groupe comme les Vandals n'est plus la même excitation de jouer qu'il y a 15 ans, mais quand même ce n'est pas tous les jours qu'ils viennent jouer à Paris !

Allez les gars, sans rancunes et à une prochaine fois.

 

Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=