Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saint Amour
Interview  (Paris)  samedi 24 mai 2014

Le rendez-vous a été donné dans une ancienne fabrique de plumes, dans laquelle la légende veut que Mistinguett se serait approvisionnée. Aujourd’hui pas de chanteuse de cabaret mais plutôt un gentilhomme classieux répondant au pseudo de Saint Amour. Elégant, le bougre a pris internet de court avec un premier album autoproduit et qui fleure bon la nostalgie des années 60’s et 70’s. Rencontre.

Ton premier album Song for Those Who Did Not Loose Their Brains In The Computer Age est sorti en mars dernier, tu l’as terminé quand ?

Saint Amour : Fin février, je l’ai sorti dans la foulée, c’est la beauté d’internet.

Tu as donc fait l’album tout seul, tu as utilisé quoi comme outil ?

Saint Amour : Mon ordinateur, c’est la base (rire). Ensuite pour les guitares : électriques, acoustiques et les basses ce sont des instruments live que j’enregistrais via ma carte son. Pour le reste, j’ai un bon micro qui donne un bon rendu, les batteries sont des programmations. Les claviers sont joués aux synthés avec ce qu’on appelle des VSTI, des instruments virtuels pour émuler des sons de clavecins ou d’orgues et globalement je travaille ma musique avec le logiciel LIVE qui propose des effets intéressants vu qu’il est principalement fait pour la musique électronique.

Comme le "reverb" qu’on entend sur le titre "Burgundy Green" ?

Saint Amour : Exactement.

Ton album est un concentré de pop des années 60’s 70’s, d’où t’est venue cette culture musicale ?

Saint Amour : C’est là que mon cœur vibre, je suis un peu un malade de ces époques qui représentent pour moi la musique pop au sens classique et traditionnel du terme. J’adore le courant power pop qui commence avec Big Star et qui continue avec BadFinger, les Raspberries, Dwight Twilley, jusqu’aux La’s dans les 90.

Il y a toute une filiation qui part de la pop des Beatles qui se sont inspirés eux même du son Motown et des grands anciens tels que les Everly Brothers ou Roy Orbison. Cette simplicité, des belles voix, ce son me touchent vraiment. Aujourd’hui on privilégie beaucoup les productions rythmiques car plus faciles à créer, au détriment des enchaînements d’accords mélodiques. C’est aussi le symbole derrière le titre de mon album, mais je n’ai pas la prétention de dire que je suis le seul à le faire et il y en a encore beaucoup qui le font aujourd’hui encore très très bien comme Elliott Smith ou The Coral.

Tu as une vision très Diachronique de la musique ! Tu joues donc tout seul, mais avant Saint Amour tu as aussi joué dans des groupes, non ?

Saint Amour : J’avais plein de chansons en tête avec leurs arrangements écrites depuis dix ans, voire plus, ça me prenait beaucoup d’espace.

En jouant avec des musiciens je me suis rendu compte qu’en plus des complications financières et d’organisations, un groupe demandait beaucoup de temps sans pour autant avancer dans la direction souhaitée. Souvent, tu te retrouves avec un rendu qui n’est pas forcément en accord avec ta vision artistique. Aujourd’hui, j’ai une vie privée et professionnelle qui m’a conduit à me pencher sur l’outil informatique. J’ai d’abord voulu faire des démos, mais vu que je n’avais pas de pression, un matériel de qualité, mais aussi du temps devant moi et pas de contraintes dues aux autres musiciens, Saint Amour est né.

Alors Saint Amour en live ça donnerait quoi ? Tu serais du genre Control Freak, parce que ton album est quand même très propre.

Saint Amour : Quand tu travailles avec un groupe, tu as deux façon de faire. Soit tu es dans une pièce avec des musiciens et vous travaillez tous les arrangements et dans ce cas de figure, il faut une sacrée vision globale de l’arrangement, ça marche pour des groupes comme Blur qui savent dans quelles directions ils veulent aller ensemble. Soit tu es limite obligé d’imposer les arrangements, même s'ils vont forcément se l’approprier un peu.

Après en live ce n’est pas la même énergie, la batterie par exemple, sur mon album c’est de la programmation et je me doute qu’avec un vrai batteur ce sera complètement différent. C’est plus facile aussi pour un musicien de rejouer des arrangements déjà écrits. Et l’interprétation ne veut pas forcément dire que tu es un Control Freak, le meilleur exemple est la musique classique, le musicien, son génie se retrouve aussi dans son interprétation d’un classique. La liberté est aussi dans l’interprétation.

Quand on écoute ton album, on pense d’abord : "tiens ça sonne années 60’s et 70’s" puis on a quelques surprises dues aux arrangements comme sur "The New Breed" ou "Burgundy Green", bref en partant d’un son assez classique et ancien tu te retrouves dans des productions plus contemporaines, est-ce dû à ta méthode de production assistée par ordinateur ?

Saint Amour : C’est le morceau qui dicte ça. "The New Breed" conte une histoire de science-fiction, d’un rift de guitare, j’ai développé des arrangements un peu futuristes, avec des effets électroniques sur la voix.

"Burgundy Green", dans la première version était joué au piano, un truc un peu à la Lennon, je n’ai pas voulu m’enfermer dans ce cliché, je me suis donc dit quelque chose du genre : "John Lennon, dans un vaisseau spatial". Cela a conduit à l’utilisation d’un synthé un peu année 80’s, pour un rendu plus coloré.

Et au fait "Saint Amour", ça vient d’où ?

Saint Amour : Un nom un peu bizarre, mystérieux. "Saint" parce que cela renvoie aussi dans mon imagination à quelque chose de traditionnel et "Amour" à quelque chose de positif. Bon bien sûr, c’était avant de savoir que c’était aussi une ville du Jura (rire).

Tu te vois composer quelque chose de plus sinistre, vu que ta musique est très positive justement ?

Saint Amour : Je ne sais pas. Je ne suis pas du genre à être influencé par les sentiments d’une chanson, je ne dirais pas comme d’autres le font, qu’Elliott Smith est triste à ce jeter sous un train. 

Pourtant tu as des lyrics assez mélancoliques il me semble, comme "Anywhere my gaze goes, darkness grows".

Saint Amour : Je pointe surtout un moment ambigu de la vie, dans lequel une page est tournée mais qui ouvre aussi sur un nouveau monde de possibilités assez excitant. Je suis assez positif dans la vie.

Retrouvez Saint Amour
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Songs for those who did not lose their brains in the computer age de Saint Amour

En savoir plus :
Le Bandcamp de Saint Amour
Le Soundcloud de Saint Amour
Le Facebook de Saint Amour

Crédits photos : Cédric Duchamp (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Saint Amour (25 mai 2014)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=