Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce M.I.A.
Le Zénith de La Villette  (Paris)  dimanche 6 juillet 2014

Pour des raisons qui nous demeurent obscures, la rappeuse M.I.A. n'a que peu tourné en Europe depuis la sortie de son dernier opus et ne comptabilise qu'une poignée de dates et en majorité lors de festivals. Autant dire que son public demeurait sur les dents et ne comptait en aucun cas la rater lors de son passage en première partie de NAS le dimanche 6 juillet dernier.

Si les deux étaient réunis, le temps d'une nuit, grâce aux efforts du festival Paris Hip-Hop 2014, on comprenait très vite que le public de la salle du zénith de La Villette était divisée entre les tenants du rappeur de Illmatic et ceux convaincus par la voix issue du 3rd World. C'est que portée, par une iconographie faite de bric et de brac, de second degré et surtout d'une dimension géopolitique et culturelle outre passant largement les limites de la Grande-Bretagne, M.I.A. a su s'assurer un large panel d'oreilles, appréciant ses rythmes hallucinés tout autant que ses piques bien senties à l'encontre du système.

Un algorithme gagnant auquel s’est frotté tout un public survolté, presque comme convulsé suite aux couleurs de la tenue de l'artiste. Quoi qu'il en soit, la chanteuse a effectué un survol presque complet de sa discographie, ouvrant avec des versions sur vitaminés des titres "Sunshowers" et "Galang" issus de son premier album Arular et agrémentant son set des titres les plus fameux tirés de ses albums précédents. Et si aucune chanson de l'album MAYA ne s'est frayée de chemin jusqu'à cette performance, c'est bien Kala et Matangi qui ont imprimé toute la dynamique de ce concert dans les tympans du public.

Ainsi, "Hussle", "Y.A.L.A.", "World Town", "Bamboo Banga" et bien évidemment "Bad Girls" furent des moments d'hystérie généralisée face au rap un peu fouilli, mais surtout percutant de la chanteuse. Flanqué de deux danseurs, dont l'inégalable et infatigable WhityBoi, et d'une choriste s'attardant à chauffer la salle ou à appuyer les punchlines et les refrains, le show est de toute évidence très travaillé. C'est d'ailleurs sans surprise qu'on repère en fond de scène un DJ permettant à M.I.A. d'enchaîner entre chaque titre.

Sans marquer d'arrêt et avec une fluidité endiablée, propice à encourager le ruissellement des corps, la bad girls britannique navigue dans sa discographie, la malmène sans plus de cérémonie, bien heureuse de rendre la foule à demi folle à grands coups de punchline à la façon de "M.I.A. is comming back with power, power". A ceux qui ne se sont jamais complètement résolu à incorporer cette artiste dans la famille du hip-hop et à n'en faire qu'une artiste pop, il est temps de venir découvrir la MC britannique sur scène.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Matangi de M.I.A.
La chronique de l'album A.I.M. de M.I.A.
M.I.A. en concert au Trianon (samedi 11 décembre 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de M.I.A.
Le Soundcloud de M.I.A.
Le Facebook de M.I.A.


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 15 - Bucky Down Gun de MIA (28 aout 2016)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=